Bienvenue sur Végéweb !

L'agriculture végétalienne

L'écologie, le bio, etc.

Une agri végane ?

Messagede Adrien » 20 Mar 2016, 12:37

Salut à tous,

Voilà j'aimerais savoir si comme moi vous réfléchissez à une agriculture végane, et aux multiples formes qu'elle pourrait prendre.

Je me pose surtout deux questions principales, que j'aimerais développer avec vous, parmi celles que vous vous posez aussi (J'espère ?) et que j'espère voir apparaître dans le sujet :)

Quelle place pour la traction animale, quelles limites? etc
les détails que j'aimerais ajouter :
-traction ne veut pas dire forcément labour (mais si vous travaillez en agriculture vous le savez surement), comme bio ne veut pas forcément dire "sans labour" non plus.
-ne veut pas dire esclavage non plus. Mais où est la frontière entre l'entente et le travail forcé ?
-Dans quels cas n'est-ce pas acceptable ? Dans lesquels le serait-ce ?

Quelle relation entre humains et autres animaux au sein de l'agriculture ?
Un espace ou tous les autres animaux sont proscris est-il réellement respectueux de la nature et de sa diversité ?
Comment imaginer un schéma d'interactions acceptable ? symbiose, mutualisme, commensalisme, neutralisme, sans tomber dans les autres schémas, néfastes dans ce cas ?
Que tirer de la biodynamie ? Comment la rendre respectueuse de la vie ? (parce que beaucoup de points sont fascinants dans ce domaine, pour moi c'est plus un mot "fourre-tout" qui amalgame différents domaines novateurs qu'un mode de production unique et indivisible, ça fait surement sens pour pas mal de gens).


Voilà, ça fait déjà pas mal d'éléments sur lesquels rebondir, mais j'espère que bien d'autres ressortiront.
- Pour ou Contre ?
-...Poutre
Adrien
Broute de l'herbe
Broute de l'herbe
Rang en cours à
67%
 
Messages: 117
Inscription: 19 Mar 2016, 13:31
Présentation
Genre: Homme

Re: Une agri végane ?

Messagede Invite10010 » 20 Mar 2016, 12:43

Traction animale? Oui si c'est de la traction humaine consentie. Et l'entente de l'animal, c'est facile de la supposer mais pour moi ça n'existe pas dans le cadre des animaux qui tractent. En tout cas, je ne vois pas à quel moment le choix leur est laissé, ainsi que la possibilité de s'en aller de l'exploitation.

Par contre quand tu parles de biodynamisme, je ne comprends pas trop, tu fais référence à la méthode de Rudolf Steiner? Si oui, on va avoir un débat long et houleux...
Invite10010
 

Re: Une agri végane ?

Messagede yapuka » 20 Mar 2016, 13:10

somadlateci a écrit:Traction animale? Oui si c'est de la traction humaine consentie. Et l'entente de l'animal, c'est facile de la supposer mais pour moi ça n'existe pas dans le cadre des animaux qui tractent.

J'avoue que je n'en suis pas si sure que ça. C'est peut être moi qui prends mes désirs pour des réalités (c'est même fort probable d'ailleurs. Je détesterais ne plus voir de vaches ou de cochons. :uups: ) mais il me semble que l'animal qui n'a pas envie ce jour-là, il le montre très bien. Evidemment il faut que l'animal humain soit "à l'écoute" de l'animal non humain, ce qui suppose un effort de communication vers l'animal avec son langage à lui et pas avec le nôtre.
Yapuka

Bien plus que le costume trois-pièces ou la pince à vélo, c'est la pratique de la torture qui permet de distinguer à coup sûr l'homme de la bête. (Desproges)
Avatar de l’utilisateur
yapuka
Fait crier les carottes
Fait crier les carottes
Rang en cours à
38.3%
 
Messages: 3765
Inscription: 21 Mar 2014, 21:37
Présentation
Genre: Femme

Re: Une agri végane ?

Messagede Adrien » 20 Mar 2016, 14:08

Un long débat c'est bien, j'espère juste qu'il sera constructif :)

Pour la traction animale
Je ne voit pas pourquoi il y aurais moins d'entente qu'avec un animal de compagnie, on lui donne pas le choix d'apprendre à s'asseoir, venir au pied, etc. Et si on accepte que donner une fonction / un rôle à un chien, c'est bon pour son moral (garder quelque chose, chasser quelque chose, chercher...) et de faire l'analogie à un bovin ou un équidé (peut-on?), alors je ne voit pas pourquoi un boeuf n'accepterait pas de tirer un outil 2 à 3 heures par jour.

1) Consentement :
Sans oublier que c'est un être sensible, et que comme le précise yapuka, il y a des jours où il sera content d'aider, de se défouler, etc, et d'autres, non. Et à ce moment là c'est au paysan d'écouter les signes qui le disent, donc pou moi il y a existence d'un choix entre travailler ou pas.
J'ai vu ce que ça donne de forcer un percheron de travailler en plein cagnard, et c'est juste débile et dangereux, pour l'animal et l'être humain qui le guide. A ce moment là on a eut beaucoup de chance, il a juste traverser le champ de pomme de terre au galop, dans sa diagonale, avec la buteuse derrière lui comme s'il trimbalait une carotte... :mmm:
Donc voilà, quand je dit "traction animale", j'entends pas forcément établir le système hiérarchique et méritocratique du travail moderne à un animal domestique.

Pour ça il y a l'ethologie, qui (pour les gens qui ont des chiens) se rapproche beaucoup du système de dressage à la récompense, ou au clicker, bref les méthodes douces modernes, à la différence de la méthode traditionnelle ("à l'ancienne"), qui est brutale, sadique, et psychologiquement traumatisante pour l'animal (instauration d'une hiérarchie implacable, inexistence du choix, système punitif, création volontaire de traumas, etc...) Mais j'ai cru comprendre que ça ne se pratique plus vraiment en France.

2) Vision du labeur :
En précisant qu'atteler un outil à un boeuf ou un cheval.. c'est un peu comme lui attacher un crayon au derrière... ou (c'est peut-être plus parlant) lui apprendre à marcher en laisse. la difficulté n'est pas (du tout) de "tirer" l'objet, mais de le tirer "comme il faut".

C'est bizarre, j'ai l'impression de retrouver le débat pour ou contre l'agility en parlant de compétition canine. Du coup ça me lance la question sur les animaux de compagnie et je vais m'empresser de lire un peu ce qui s'est déjà dit dessus!

L'idée de la traction humaine est trop bien aussi, (il y a pas mal de maraîchers qui s'inventent des outils à roues/roulettes et pédales, dont la ***houe maraîchère*** :cool: )
Mais certains travaux demandent trop de force, qu'on ne peut pas fournir avec ce genre d'outils... Mais ouais, le tracteur à pédales, je vote pour aussi! :cool:


Oui, je parle bien de biodynamie, et de tous les domaines que ça regroupe (/amalgame?).
Perso, j'y voit plusieurs introductions à des domaines encore peu connus :

L'homéopathie du sol et du compost (avec démembrement, torture, éviscération et crémation d'animaux... ou pas...)

L'influence de l'électro-magnétisme sur le vivant (Cf Eric Petiot, mais c'est encore léger..)

L'influence lunaire

J'ajoute que Rudolph Steiner est le fondateur du mouvement, mais qu'il a évolué depuis, même si il y a pas eu des changement énormes. Je ne parle donc pas de Rudolph Steiner, qui est un personnage a part entière (et qui a une philosophie de vie qu'on peut difficilement partager quand on commence à s'y pencher...)
- Pour ou Contre ?
-...Poutre
Adrien
Broute de l'herbe
Broute de l'herbe
Rang en cours à
67%
 
Messages: 117
Inscription: 19 Mar 2016, 13:31
Présentation
Genre: Homme

Re: Une agri végane ?

Messagede Invite10010 » 20 Mar 2016, 14:30

D'accord pour Rudolph Steiner.

Le reste de la biodynamie mais j'aimerais avoir une présentation du fonctionnement de tout ça avec un point de vue scientifique, je suis pas fermée mais malheureusement j'en entends rarement parler que par des personnes qui se "méfient de la science".

Pour la traction animale, je pense que même si un animal peut faire comprendre qu'il a pas envie de faire une tâche, ça veut pas dire qu'il a envie de bosser les autres fois non plus, et surtout est-ce que le choix lui est laissé?

Je suppose qu'en faisant une comparaison foireuse avec les humain·e·s et leur envie de taffer et leur possibilité de dire non et de vivre autrement, on se rend vite compte que le choix n'est pas vraiment donné à l'animal.

Avec l'éthologie ( d'ailleurs il ne s'agit pas d'éthologie, l'éthologie est l'étude du comportement animal, alors que ce dont tu parles est la mise en pratique d'une méthode de domptage/manipulation basée sur l'éthologie ) on peut peut-être arriver à dompter des animaux avec moins de violences. Est-ce que ça veut dire que le bien-être est pris en compte totalement ou juste dans une optique d'efficacité ( un animal malheureux est moins efficace, etc)?
Invite10010
 

Re: Une agri végane ?

Messagede framboise » 20 Mar 2016, 15:15

somadlateci a écrit:Avec l'éthologie ( d'ailleurs il ne s'agit pas d'éthologie, l'éthologie est l'étude du comportement animal, alors que ce dont tu parles est la mise en pratique d'une méthode de domptage/manipulation basée sur l'éthologie )

Juste déjà merci merci merci pour ça, je suis dans des études en éthologie et c'est épuisant d'avoir tout le monde amalgamer l'étude du comportement avec les méthodes de dressage ou avec l'équitation (en arrivant à la fin du message j'allais y réagir mais tu l'as fait avant moi :kiss:).

Sinon pour revenir sur le sujet du post, la traction animale rejoint des sujets que j'ai déjà vu traités sur ce forum sur le travail animal non humain, autant, comme dit plus haut, en étant à l'écoute de l'individu on peut facilement déceler les moments où il ne veut pas travailler, autant dire qu'il en a envie à l'instant t me semble quand même beaucoup plus difficile. Et pour quoi travaille-il, un abri, de la nourriture en granulés ... sauf qu'il n'en a peut-être pas vraiment besoin.

Je n'ai pas vraiment d'avis tranché sur la question, les interactions très fortes qu'on a avec les espèces domestiquées sont en même temps tellement inégales actuellement (pure dominance de l'animal humain), que je trouve difficile de se poser à réfléchir à un système totalement nouveau, par contre je serais curieuse de voir des témoignages de ce genre d'initiatives à petite échelle (j'ignore si ça peut se trouver).

(Et je ne me prononcerais pas sur le sujet de la biodynamie parce que je ne connais absolument pas :) )
Avatar de l’utilisateur
framboise
Élève des carottes
Élève des carottes
Rang en cours à
30.3%
 
Messages: 942
Inscription: 21 Mar 2015, 10:50
Localisation: IdF
Présentation
Genre: Femme

Re: Une agri végane ?

Messagede Invite10010 » 20 Mar 2016, 15:20

T'inquiètes j'ai aussi fait de l'éthologie, alors j'ai du mal à pas réagir.
Dernière édition par Panda le 20 Mar 2016, 18:51, édité 1 fois.
Raison: retrait du message précédent cité intégralement
Invite10010
 

Re: Une agri végane ?

Messagede Taitino » 20 Mar 2016, 15:42

Bonjour Adrien, à première vue un sujet de débat taillé aux membres de Vegeweb, Ca nous intéresse tous.
Sauf que, comme l'a dit Somadleteci, on a certaines reservations. Traction animale implique la bonne volonté. Il suffit de se souvenir de "Ferme Animale" de Orwell, où le grand cheval et les vaches se trouvent exploités par les cochons de façon analogue au maltraitement humain. Ce n'est pas la methodologie scientifique de Steiner que va nécessairement résoudre cela. Ma soeur, en preparation de sa diplôme pédagogique (dans les années 70,période à la mode pour les idées de Steiner) a fait une stage formation volontaire à une école Steiner pour enfants "troubles" et s'est immerge dans toute cette ambiance. Mais elle s'en est sorti quelque peu sceptique de la coherence de la vision Steiner pour l'agriculture. N'empêche pas que la certification Demeter en Allemagne s'est montré très efficace pour les produits bio. Bon, pour revenir à nos moutons, il me paraît qu'il y a des elements de agriculture végane qui seraient faisables sans impliquer exploitation des animaux, mais dès que le "domptage" soit nécessaire, l'animal n'a plus de choix. Revenir donc aux methodes non-mécanisés de cultivation des sols me paraît difficile à justifier en seule réponse alternative aux methods actuels. Choix de semences et preservation d'éspèces végétales naturellement résistantes, c'est pour moi plutôt le domaine d'évolution faisable.
Mais bon, je n'ai pas étudié l'ethologie, ce sont juste des instincts "écolo vieille école".
Taitino
« On peut juger de la grandeur d'une nation par la façon dont les animaux y sont traités". Mahatma Gandhi
Avatar de l’utilisateur
Taitino
Avale du tofu
Avale du tofu
Rang en cours à
54.5%
 
Messages: 518
Inscription: 12 Nov 2015, 17:36
Localisation: Parthenay, Deux Sevres
Présentation
Genre: Homme

Re: Une agri végane ?

Messagede Adrien » 20 Mar 2016, 16:12

Oui... éthologie est un abus de langage, c'est pas moi qui est attribué ce mot à ma méthode d'éducation équine, dsl ^^ Mais je suis d'accord c'est bête d'appeler ça comme ça!

Pour la biodynamie, bin c'est simple, il faut voir les paysans qui la pratiquent, parler aux personnes qui tentent de la véhiculer, confronter leurs discours avec d'autres sources.... et lire les bouquins si on est vraiment motivé, mais des fascicules d'introduction et le calendrier Demeter sont déjà un bon début. Seulement ils cachent assez bien leurs fameuses "recettes", et ceux que j'ai vu se contentaient de peu pour être satisfaits, sans chercher plus d'explications :S C'est un monde assez flou et faut rentrer dedans pour se faire une idée, beaucoup d'entre eux ont peur d'entrer dans les détails sans être taxé d'illuminés.

En gros c'est (entre autres choses)
des flux d'énergie entre êtres vivants
la conception de matière comme vecteur d'énergie
la vision d'une influence des énergies cosmiques sur le vivant terrestre
des recettes "homéopathiques" qui tentent de lier l'animal au végétal, pour "faire un tout", et replacer l'homme dans la nature. Dit comme ça c'est mignon, mais c'est quand on regarde comment ils lient l'animal au végétal que ça devient... chelou.

Si tu veux je poserais un message complet sur la biodynamie, mais c'est un gros taf, donc essaie de te renseigner par toi même avant s'il te plaît XD

Pour la traction animale
Je n'ai pas essayé de faire une comparaison avec les sociétés humaines et la vision du travail, je l'ai justement dit explicitement dans mon premier billet : je ne souhaite pas imposer la vision hiérarchique et méritocratique du travail à l'animal dans ma réflexion.

J'ai cru comprendre que beaucoup de véganes ont des animaux domestiques, en le justifiant par bonté humaine, parce qu'ils les ont sauvé de l'abandon, ou 'autres situations difficiles. Mais en partant de ce principe, si on accepte les animaux de compagnie, on peut étendre l'idée à d'autres espèces. Parce que finalement, faire le choix entre un chien, un chat, un lapin ou un furet comme animal de compagnie, c'est plutôt spéciste et réducteur, non ? :) (je veux un NIPOPOTAM :genoux: )


Ok. Si je continue dans ce sens et que je me renseigne sur la psychologie animale (et aussi d'après mon vécu avec les animaux de compagnie ET de ferme) je peux comprendre que les bovins, les équidés, et les canidés ont un développement cognitif qui se ressemble, en tout cas se rapproche plus qu'avec un lapin ou un hamster : on a beaucoup plus d'outils de compréhension du langage avec ces espèces.

OR : un chien a besoin d'une fonction, une "activité attitrée" pour s'épanouir pleinement, c'est pas "indispensable", mais ça aide vraiment beaucoup. Mon expérience me le dit, mais aussi des éducateurs canins et auteurs reconnus, comme Dehasse, Laetitia de la méthode bon chien, et Horowitz, parmi d'autres.

AUSSI, j'ai eu le témoignage de plusieurs personnes travaillant en traction équine et bovine, avec des animaux qui semblaient beaucoup plus épanouis que d'autres, dont les "maîtres" (pardon du mot) tentaient d'avoir une approche la plus respectueuse possible. Du coup, une demi-heure de défoulement au rond de dressage avant de travailler, travail qui venait une à deux fois par semaine, pendant 2 - 3 heures, relax.

Mais la domestication est un concept qu'il faut accepter en premier avant d'aborder le point sur la traction animale. C'est un sujet vague, qui a pas l'air du tout fixé. Du coup bin c'est pas con de commencer par là!

Alors, animaux domestiques, ou pas ? Pourquoi ? :)

J'essaie de tout résumer par tableaux pour pas qu'on perde le fil, je résumerais plus tard en cours de discussion, ça fait quand même pas mal de sujets de discussion.

— Le 20 Mar 2016, 16:34, fusion automatique du message précédent —

taitino : merci, j'espere que ça va soulever des arguments intéressants ^^

Attention je ne lie pas traction animale et biodynamie, c'est deux sujets différents pour imaginer une chose plus globale : une agriculture végane (d'ailleurs même si le mode de production végane existe déjà quelque part, ça peut être aussi l'occasion d'en discuter)

Traction :
J'ai du mal à cerner l'analogie avec La Ferme des Animaux, qui a pour moi une signification très différente et d'ordre politique très marquée :)

Je suis désolé mais je n'ai pas compris clairement non plus ton message sur la mécanisation, le retour à la non-mécanisation... Pardon :'(

Bon j'ai une petite recherche sur la domestication à faire, moi ^^
- Pour ou Contre ?
-...Poutre
Adrien
Broute de l'herbe
Broute de l'herbe
Rang en cours à
67%
 
Messages: 117
Inscription: 19 Mar 2016, 13:31
Présentation
Genre: Homme

Re: Une agri végane ?

Messagede Invite10010 » 20 Mar 2016, 22:12

Je sais pas d'où tu sors qu'un animal a besoin d'une fonction attitrée, surtout si ce n'est pas choisi.

Pour le discours des exploitant·e·s d'animaux, bien sûr qu'iels pensent que "leurs" animaux sont épanouis, comme les éleveureuses pensent que les animaux qu'iels envoyent à l'abattoir ont bien vécu et pas souffert.
C'est plus rassurant de se dire ça.

Pour ce qui est de la domestication ( on parle bien de sélection artificielle en vue de générer des animaux utiles/rentables/classes?), je pense que c'est un procédé à arrêter, voire à inverser, mais on peut y réfléchir, c'est pas maintenant qu'on va pouvoir le faire.
Donc bien sûr que je ne peux pas concevoir une traction animale éthique, vu que les animaux domestiques ont été en premier lieu créés par l'humanité pour la servir.
Invite10010
 

Re: Une agri végane ?

Messagede lola » 21 Mar 2016, 10:02

je vais amener mon grain de sel en tant qu'ancienne éducatrice pour chevaux (pour l'administration c'était "dresseur", ça m'a toujours gênée, je n'ai jamais dressé qui que ce soit de ma vie). J'ai une formation d'éthologue, et mon travail m'a menée à la naturopathie, car la grosse majorité des chevaux que je voyais au travail étaient avant tout en difficulté physique bien avant une difficulté de communication, y compris et surtout les rétifs-dangereux-méchants... je vois donc aujourd'hui tous les non humains qui ont besoin de mon aide. voilà pour le contexte.

je trouve particulièrement réducteur le concept d'animal contraint par l'homme du seul fait de leur cohabitation, et l'idée qui en découle d'une vie sauvage équivalente à une vie libre me paraît tout sauf juste.aucun de nos chevaux ne souhaite être "libéré" au bord de la route, pas plus que nos chiens! il est de notre devoir de leur apporter un cadre de vie en accord avec leurs besoins, mais quels sont-ils? j'approche l'exaspération dans le milieu équin, avec cette mode du "naturel" à tout prix...à titre d'exemple, oui un cheval peut survivre dehors par des températures très froides, mais vos chiens aussi: les laisseriez-vous dehors pour autant? nos chevaux ont-ils à être en situation de survie? ils apprécient le confort, comme tout un chacun. vivre avec des humains doit amener du confort et de la sécurité en premier. et cela doit être intéressant en second lieu.
comment intéressant? tous les chevaux ne sont pas intéressés par entretenir une relation avec des humains, mais une grande part d'eux trouvent ces échanges enrichissants. renier cet aspect revient à leur dénier toute intelligence et capacité d'évolution (dans le sens de s'élever au-dessus d'un simple besoin de survie).
nous en sommes seulement à vivre ensemble. qu'en est-il de coopérer dans une tâche précise? ça dépend de plus que d'une humeur d'un jour. s'il est vrai qu'un cheval peut avoir envie de faire une chose un jour et pas envie le lendemain, le questionnement doit aller plus loin. il s'agit en effet pour ce cheval d'un parcours de vie. donc, le gérant d'une telle exploitation est-il d'abord prêt à attendre que son partenaire équin soit prêt à travailler en terme de croissance et de maturité, à savoir plutôt vers 6 ou 7 ans que vers 3 ans comme on nous l'apprend? l'humain est-il ensuite prêt à prendre le temps de mettre en place un dialogue vraiment ouvert: un cheval peut faire quelquechose parce-qu'il craint une sanction (un temps, et puis ce n'est pas l'option envisagée si j'ai compris), parce-que c'est dans son intérêt (c'est la trame de toutes les méthodes dites éthologiques, et il n'y là qu'un choix biaisé)ou parce-que ça lui plaît. si c'est la dernière option qui est retenue, il y aura en effet des jours où il ne voudra pas, et une bonne communication lui permettra de le faire savoir sans ruiner un champs de patates. mais il y aura peut-être aussi un jour où il ne voudra tout simplement plus le faire... et ce jour là, l'humain respectera t il ce choix? et même si notre cheval demeure toute sa vie intéressé par son travail, il viendra un jour où son corps ne sera plus en mesure de l'assumer: alors l'humain saura t il veiller à maintenir son confort, mais aussi à prendre de son temps pour faire avec lui les nouvelles choses qui susciteront son intérêt? et puis lorsqu'un beau matin, ce cheval décidera qu'il préfère dorénavant revenir au simple vivre ensemble de ses jeunes années, son humain sera t il toujours présent pour lui?tout ceci s'étalant sur une durée d'une bonne trentaine d'années si tout va bien.
si la réponse à toutes ces questions est oui, alors la collaboration est envisageable. si un doute subsiste, alors un jour ce cheval ne trouvera plus son équilibre et son bonheur, et en paiera le prix.
c'est possible, il faut venir demander à ceux qui vivent chez moi, mais c'est moi qui bossent pour eux, ils ne font que ce qu'ils veulent et ça peut être rien pendant des semaines, ou à l'inverse il y a un qui ne supporte pas une seule journée sans une activité ensemble même brève... pour l'instant.
pour conclure, je dirais qu'une collaboration est possible, qu'elle peut (et doit) être enrichissante pour les deux parties, mais qu'elle ne peut fonctionner qu'à la condition de n'avoir aucune attente ni impératif de temps. ceci est-il gérable dans une exploitation, avec forcément une notion de rentabilité, je ne sais pas.
lola
Mange de la salade
Mange de la salade
Rang en cours à
56%
 
Messages: 234
Inscription: 06 Mai 2014, 07:46
Présentation
Genre: Femme

Re: Une agri végane ?

Messagede jess » 21 Mar 2016, 12:35

framboise a écrit:
somadlateci a écrit:Avec l'éthologie ( d'ailleurs il ne s'agit pas d'éthologie, l'éthologie est l'étude du comportement animal, alors que ce dont tu parles est la mise en pratique d'une méthode de domptage/manipulation basée sur l'éthologie )

Juste déjà merci merci merci pour ça, je suis dans des études en éthologie et c'est épuisant d'avoir tout le monde amalgamer l'étude du comportement avec les méthodes de dressage ou avec l'équitation (en arrivant à la fin du message j'allais y réagir mais tu l'as fait avant moi :kiss:).


Je plussoie. Etant aussi dans le domaine animalier (du moins par intermittence), je n'en peux plus d'entendre les gens parler de leur pratique de l'"éthologie équine"... Ethologie équine et équitation "éthologique" (qui n'a d'éthologique que le nom), ça n'a RIEN à voir.

Sinon, pour le reste du débat, je ne me prononcerais pas, car je n'y connais rien en agriculture, et mon avis sur la place de l'animal dans notre société n'est pas vraiment arrêté.
"Si on crie plus fort notre satisfaction, on n'entendra plus du tout ceux qui crient leur haine." Marion Seclin

"Chaque fois que je me plante, je pousse" Michelle Guez

Parce que c'est mon amie et que je suis très fière d'elle (même si j'y suis pour rien) : http://grainesdeparentillages.fr/
Avatar de l’utilisateur
jess
Modo
Modo
 
Messages: 5153
Inscription: 25 Mai 2007, 09:37
Localisation: Ganges / Montpellier
Présentation
Genre: Femme

Re: Une agri végane ?

Messagede Adrien » 21 Mar 2016, 13:59

Si vous avez une réflexion quelconque, que vous voulez mettre en avant un point de l'agriculture végane important pour vous, hésitez pas. Je compile tout sur un tableau excel derrière mon clavier (hin hin...), je le publierais régulièrement pour que l'avancement du sujet soit compréhensible ^^
(Si vous me demandez pourquoi, la vérité c'est que j'aimerais bien torturer des carottes en toute sérénité, avec préméditation et si possible en bande organisée)

Merci lola pour ton témoignage, qui fait sens et que je trouve très réconfortant ^^ (je précise que je ne suis pas un expert en éducation équine! Mea culpa si je fait quelques erreurs...)
- Pour ou Contre ?
-...Poutre
Adrien
Broute de l'herbe
Broute de l'herbe
Rang en cours à
67%
 
Messages: 117
Inscription: 19 Mar 2016, 13:31
Présentation
Genre: Homme

Re: Une agri végane ?

Messagede lola » 21 Mar 2016, 14:27

je te dirais ce que je dis souvent aux humains de mes patients: faire des erreurs c'est pas grave, les chevaux surtout ont une capacité à voir au-delà extraordinaire, ce qui est grave c'est ne pas écouter. du moment que tu te laisses guider par ton cheval, en partant du principe que lui sait et toi non, tu corrigeras tes erreurs, et vous trouverez un langage commun d'abord et des sujets de conversation ensuite. c'est le début du respect.
je reviens ce soir avec deux exemples concrets de choix des chevaux, là je dois aller travailler.
lola
Mange de la salade
Mange de la salade
Rang en cours à
56%
 
Messages: 234
Inscription: 06 Mai 2014, 07:46
Présentation
Genre: Femme

Re: Une agri végane ?

Messagede Adrien » 21 Mar 2016, 14:44

Et sur la question de la domestication je me suis renseigné un peu, du coup j'ai quelques interventions à ajouter :cuistot:

1) Attention à la diabolisation
Le chat s'est incrusté dans les populations humaines, qui lui fournissait du chaud et des souris en abondance
Le chien (ou peut-être loup de l'époque, c'est pas encore sûr, mais on peut affirmer que c'était les spécimens les moins sauvages qui le faisaient) est venu de lui-même aux alentours des villages humains pour la présence de nourriture facile à obtenir (et peut-être d'autres raisons, comme l'absence d'autres prédateurs aux alentours).

Les deux ont donc commencé une interaction de commensalisme avec les humains, (parfois en leur nuisant, ou pas), puis les humains les ont domestiqués (oui, avec toute la légèreté qu'on peut avoir au stade paléolithique, parfaitement) pour une relation mutualiste, voire symbiotique. Cette domestication (comme à peu près toutes les espèces domestiquées) a créé une relation de dépendance envers l'humain (mort des humains = mort des cocottes).

Pour les vaches et les chevaux je sais pas, mais quand on parle de domestication, je pense que c'est important de retenir que c'est pas forcément du domptage forcé et diabolique, en tout cas pas comme la domestication actuelle d'un animal à l'état sauvage. Qui est condamnable. J'imagine qu'on est d'accord (fameux nouveaux animaux domestiques... "Si toi aussi tu séquestre un renard dans ta cave, prends un pin's! :) " ), aussi condamnable que le "circuit de production" des animaux domestiques. (Oups, j'ai peut-être relancé un débat :siffle: )


2) Ensuite, il existe 3 courants : le réformisme (qui accepte la domestication), l'abolitionnisme (qui veut tous les remettre dans la nature) et l'abolitionnisme réformiste (on arrête tout, mais en douceur, donc ok pour du réformisme en attendant)
Donc dans le cas de la traction animale, je comprends que les 2 derniers mouvements soient contres, mais je vois pas pourquoi le réformisme le serait.

Perso, je peux pas me passer du contact d'autres animaux, et je voit pas pourquoi ça ferait de moi un esclavagiste-spéciste- ...iste. Couper ce contact : 1) Ça me dépiterais, 2) ça laisserais plus de place à mes confrères bipèdes pour me les briser davantage, 3) Je sais pas si ça irais vraiment dans le sens de la compréhension des autres espèces animales que de couper tous les liens, en créant cette espèce de barrière "monde des hommes"/"nature immaculée". Donc j'imagine que je suis réformiste.

— Le 21 Mar 2016, 14:53, fusion automatique du message précédent —

Du coup nouvelle question : Quelle place doit avoir l'homme dans la nature ?
Faut-il le laisser au centre de l'univers, l'exclure de la nature (frontière Humains/Autres), ou lui trouver une place parmi son écosystème, donc accepter son empreinte écologique et environnementale (je ne parle pas de pollution, mais plutôt du droit à avoir une place dans la nature, légitimée par le fait d'être aussi un animal) ?
- Pour ou Contre ?
-...Poutre
Adrien
Broute de l'herbe
Broute de l'herbe
Rang en cours à
67%
 
Messages: 117
Inscription: 19 Mar 2016, 13:31
Présentation
Genre: Homme

PrécédenteSuivante

Retourner vers Environnement