Bienvenue sur Végéweb !

Santé des sols, rotation et harmonie

L'écologie, le bio, etc.

Re: Santé des sols, rotation et harmonie

Messagede Defieco » 12 Juil 2016, 16:34

Pour ma part, quand je pense "harmonie" par rapport au sol, je pense pour beaucoup aux associations culturales. Ces anciennes (ou très récentes, c'est selon) méthodes qui permettes à la fois de respecter les sols tout en permettant de minimiser les problèmes rencontrer par les agriculteurs.
Je pense sincèrement que les agriculteurs, qui sont au début de la chaîne, font fasse à tellement de contraintes qu'ils ont aussi besoin d'un coup de pouce pour "mieux vivre" avec elle, et je ne parle pas de finances :)
Defieco
Jeune bulbe
Jeune bulbe
Rang en cours à
8%
 
Messages: 4
Inscription: 09 Juin 2016, 15:54
Genre: Homme

Re: Santé des sols, rotation et harmonie

Messagede HaricotPrincesse » 10 Aoû 2016, 23:09

J’adhère aux interrogations de Croustifouette.

On peut voir ça de manière générale sur les entrées et sorties. Pour cela, prenons l’exemple d’un élément : le phosphore. Un plant de courgettes ou de blé va utiliser le phosphore contenu dans la terre et l’utiliser dans ses tissus. Une partie de ce phosphore peut retourner à la terre via le compostage ou via la couverture du sol par les pailles ou le vert de la courgette.

Mais la partie contenue dans les grains de blé ou les fruits de la courgette sort de ce cycle en passant dans notre alimentation. Elle est ensuite évacuée dans nos déjections ou stockée dans notre corps (notamment dans nos os, dont la partie minérale est du phosphate de calcium).

Les déjections sont traitées en station d’épuration (s’il y en a), où une partie du phosphore va passer dans les cours d’eau (puis dans les mers) et une autre rester dans les « boues ». Ces boues peuvent servir comme base d’engrais. Mais je ne sais pas dans quelle mesure ça l’est ni si c’est suffisamment sain, les eaux d’égoutage recevant quand même un bon paquet de crasses.

Quant au phosphore contenu dans le corps, il se retrouve enterré en cimetière (où on ne fait rien pousser) ou réduit en cendres, elles-mêmes non utilisées pour l’agriculture.

Le cycle est donc ouvert (càd qu’il y a une partie qui en sort sans y revenir). Et il y a une perte en phosphore qui doit être compensée par du phosphore fossile venu de mines de phosphate ou de guano. Et mettre une étape animale entre la culture de la plante et l’alimentation humaine n’y change rien.

L’idéal serait de pouvoir recueillir l’ensemble des déjections des gens pour les composter (ce qui élimine les pathogènes), et faire de même avec leurs cheveux, ongles, etc., ainsi qu’avec leurs corps. Mais, pour organiser et faire accepter ce refermement de cycle, ce n’est pas demain la veille. :S

Ceci vaut aussi pour les autres éléments comme le potassium, le calcium, le zinc, le fer, etc.

Mais, concernant le méthane, l’argument est faux. D’une part, c’est un composé, une molécule : il peut donc se décomposer, se recomposer, etc., contrairement aux éléments, qui ne se dégradent pas (hors réaction nucléaire !). En plus, le méthane est un gaz : il peut donc (lui ou ses produits de décomposition) être réintégré par n’importe quel milieu vivant, via la dispersion dans l’atmosphère.
______________________

Place aux différents points :
* Les sols contiennent des bactéries utiles aux plantes qui, pour se développer, on besoin d'éléments relâchés dans l'air par les animaux d'élevage (notamment le méthane).
Même si cette affirmation est vraie, ce n’est pas grave : le méthane peut être produit par des animaux hors élevage (et aussi par des bactéries). Et, comme c’est un gaz, il n’a pas besoin d’être produit localement.
* La production de méthane (dont on sait qu'il participe au réchauffement climatique) peut-être rendue quasiment "neutre" dans les bonnes conditions par absorption dans le sol par ces fameuses bactéries. L'environnement est pour ainsi dire "fait" pour supporter de très grandes quantités de méthane.
Incohérence entre « peut-être rendue quasiment "neutre" dans les bonnes conditions » (que je comprends comme « On peut le faire en utilisant les bonnes techniques. ») et « L'environnement est pour ainsi dire "fait" pour supporter de très grandes quantités de méthane. » (qui semble supposer un équilibrage spontané). Je ne me prononce pas plus loin.
* Les sols contiennent des champignons qui interagissent avec les plantes en leur apportant des nutriments et en récupérant du carbone. Les animaux sont indispensables à cet échange car en broutant, ils le stimulent en "brassant" le sol.
Ni les champignons ni les animaux ne vont apporter le phosphore (ou autre élément) perdu. Et les animaux hors élevage, grands ou petits (coucou les lombrics !), brassent très bien le sol aussi.
* L'argument pro-végétarisme avançant les vertus d'une production uniquement végétale versus une production multiple pour un hectare de sol ne prend pas en compte le fait qu'il n'est pas possible d'assurer année après année une production purement végétale à cause de l'épuisement des sols, problème résolu par l'élevage qui fait alors parti intégrante de la rotation.
La majorité du texte est correcte (voir ma tartine du début), mais la conclusion est idiote : les sols utilisés pour nourrir les animaux, ils sont fertilisés par magie ?
* Il est possible de développer une harmonie entre les humains et les animaux dans le cadre d'une production agricole (dans les rizières de Chine par exemple, où les poissons et canards se nourrissent des insectes, limitant ainsi les dommages faits aux végétaux et où les buffles sont indispensables pour labourer les terres).
Pour les poissons et les canards, je pourrais le comprendre. Mais en quoi les buffles rendent-ils le cycle harmonieux ?
* L'urgence dans laquelle nous nous trouvons est avant tout écologique, la question du bien-être animal n'est pas centrale. En effet, nous devons nous diriger vers une production écologique pour assurer notre alimentation et celle des générations à venir. Le bien-être animal est alors un problème de second plan.
En éliminant ou en diminuant drastiquement l’élevage, tu fais d’une pierre deux coups, mon gars. Ça vaut toutes les éoliennes du monde !

H.
Nous sommes deux : Haricot (qui signe H.) et Princesse (qui signe P.)

« On est quand même malins : on a adopté une cause où manger est un acte militant. :^^: » – P.
Avatar de l’utilisateur
HaricotPrincesse
Massacre des légumes
Massacre des légumes
Rang en cours à
69.9%
 
Messages: 2548
Inscription: 20 Juin 2016, 19:42
Localisation: Bruxelles
Présentation
Genre: Non spécifié (par défaut)

Précédente

Retourner vers Environnement