Bienvenue sur Végéweb !

Les céréales, monocultures, pollution

L'écologie, le bio, etc.

Re: Les céréales, monocultures, pollution

Messagede NicolasJ » 21 Aoû 2018, 18:29

Les données que j'ai indiquées sont les rendements en grains ou en tubercules, les pailles et autres résidus de culture ne sont pas inclus dedans (généralement, il y a entre 2 et 4 tonnes de matière sèche supplémentaire en fonction de la culture).

En restant dans un cadre purement "monoculture", je trouve que réduire une production vivrière à son rendement en "kcal" (donc tous éléments nutritifs confondus, peu importe leur "équilibre" ou non équilibre) me semble trouver assez vite une limite de pertinence, surtout si on compare ce qui est produit comme céréale en france avec une autre monoculture maraichère. (par exemple une production potagère toujours "mono" qui peu comprendre à la fois racines et feuilles, comme le choux fleur, des carottes ou des radis, où là tout est consommable mais sans apporter les mêmes éléments nutritifs)

Oui mais justement, il reste à prouver que le milpa "bio" cultivé sur une superficie A est plus efficace que trois parcelles conventionnelles de superficie A/3 de maïs, haricots et courge (les deux dernières sont rarement en monoculture par ailleurs). Et ça sincèrement, je n'y crois pas :). Ce rendement en kcal peut tout autant être appliqué pour du haricot, des tomates, des courges, du chou, ou tout autre légume en culture seule comparé à une association de culture. L'hypothèse que je prends ici, c'est que le mode de culture influence peu sur la quantité de nutriments essentiels présents dans les récoltes, et donc que prendre l'énergie en référence est tout à fait pertinente pour comparer la valeur totale des productions (j'exclus certes le fait que les produits bio puissent contenir davantage de composés bénéfiques en dehors des nutriments essentiels et moins de composés nocifs).
Par contre, il est tout à fait possible que cette association soit plus productive en agriculture "bio", en supposant qu'il n'y ai pas trop d'intrants qui doperaient les rotations dans le cas des cultures séparées.


Finalement, il est clair que le milpa a des avantages en terme de soutenabilité (et donc pour de l'agriculture vivrière) que l'agriculture conventionnelle n'a pas.

PS: Pour en revenir à mon avis sur la définition de monoculture: là on a un problème avec le milpa. Puisque les paysans mexicains qui historiquement ont fait du milpa, ils le faisaient probablement en monoculture (en replantant leur milpa systématiquement au même endroit). Donc j'insisterais sur le fait de parler de "culture seule" opposée à "cultures associées" et de "monoculture" opposée à "rotations culturales".
La maman du premier humain au premier humain :
« Ce n'est pas bien de manger ton papa ! »
Le premier humain :
« Mais ce n'est qu'un animal après tout ! »
David Furrer inspiré de David Olivier
NicolasJ
Mange de la salade
Mange de la salade
Rang en cours à
15.3%
 
Messages: 173
Inscription: 09 Nov 2017, 14:10
Présentation
Genre: Homme

Re: Les céréales, monocultures, pollution

Messagede V3nom » 21 Aoû 2018, 19:06

Ha bin si tu compares du conventionnel avec du bio c'est sûr que tu aura un meilleur rendement tout court (engrais à foison, pesticides, etc), mais à quel prix...

C'est pour ça que lorsque j'ai donné l'exemple du milpa au départ, je n'ai pas parlé de bio ou conventionnel, mais de rendement surfacique et par cultivateur (bon j'avais pas précisé ici, ça me semblait trop évident)

Pour ton post scriptum, la question est pertinente.
Personnellement j'aurais du mal à parler de monoculture pour du milpa sans rotation étant donné que la rotation ici ne sert plus à grand chose, surtout si tu utilises ensuite la biomasse restante non consommable pour amender ton sol soit par paillage intercalaire, soit via compost. (toujours dans une optique permaculture, sans déchets non réutilisés)

Mais les termes et les intentions sont importants à distinguer et à nommer tu as raison.
Avatar de l’utilisateur
V3nom
Moulin à graines
Moulin à graines
Rang en cours à
39.1%
 
Messages: 10174
Inscription: 17 Fév 2012, 19:46
Localisation: Tours (37)
Présentation
Genre: Non spécifié (par défaut)

Re: Les céréales, monocultures, pollution

Messagede Tigresse » 22 Aoû 2018, 08:11

Comme le précise wikipedia, la monoculture est bien la culture d'UNE seule sorte de plante ("mono") sur une parcelle. ET en plus le fait que c'est chaque année la même sorte de plante qui revient sur cette parcelle.

De ce que je vois dans les champs autour de chez moi, c'est que les fermiers essayent quand même de faire un minimum de rotations (blé - maïs - betterave ou pomme de terre) par exemple.

Le milpa, cultivé plusieurs années de suite sur une même parcelle n'est pas une monoculture, mais simplement une absence de rotation.
Mais vu que ça serait lassant de se nourrir exclusivement de maïs, haricot et courge, on peut très bien faire une rotation avec des autres cultures vivrières (ici, je pense plutôt à une production locale car le milpa me semble difficilement mécanisable pour être produit sur de très grandes surfaces)
Tigresse
Moulin à graines
Moulin à graines
Rang en cours à
87%
 
Messages: 11610
Inscription: 18 Juil 2011, 21:11
Localisation: Me cherchez pas ici, je suis ailleurs
Présentation
Genre: Femme

Re: Les céréales, monocultures, pollution

Messagede V3nom » 22 Aoû 2018, 08:29

Absolument, ce n'est pas mécanisable du tout, mais c'est tout à fait adapté à une "ceinture maraichère" locale, comme par exemple des jardins ouvriers comme ici à Saint-Pierre-des-corps. (et surement ailleurs)
Avatar de l’utilisateur
V3nom
Moulin à graines
Moulin à graines
Rang en cours à
39.1%
 
Messages: 10174
Inscription: 17 Fév 2012, 19:46
Localisation: Tours (37)
Présentation
Genre: Non spécifié (par défaut)

Re: Les céréales, monocultures, pollution

Messagede NicolasJ » 22 Aoû 2018, 10:07

Le problème avec le fait de définir la monoculture à la fois comme étant le fait qu'il n'y ait qu'une seule espèce ET que ce soit la même espèce tout le temps, c'est que ça n'est pas du tout comme ça qu'on l'entend habituellement (pour les systèmes céréaliers). Le premier lien que je trouve quand je cherche sur google "monoculture blé", http://www.lafranceagricole.fr/article/ ... 82481.html, fait clairement la distinction entre un blé assolé (-> inclut dans un assolement/une rotation) et un blé en monoculture.
Monoculture s'oppose directement à polyculture, et polyculture est définie comme la présence de plusieurs espèces sur une ferme, et comme l'association de culture n'est pas du tout une norme, on parle avant tout de rotation culturale classique.

Par contre, dans la littérature anglaise, le couple monoculture/polyculture a exactement le sens que tu donnes, et pas du tout le sens qu'on a l'habitude de donner en français pour les mêmes mots dans le domaine céréalier. Dans le domaine du jardinage et en particulier via la permaculture, ces définitions commencent à être importées.


C'est pour ça que je préfère utiliser le couple "culture seule" et "culture associée" en complément de "mono/polyculture" quand on parle de grandes cultures, afin de préciser le discours et de ne pas mélanger les deux notions.
La maman du premier humain au premier humain :
« Ce n'est pas bien de manger ton papa ! »
Le premier humain :
« Mais ce n'est qu'un animal après tout ! »
David Furrer inspiré de David Olivier
NicolasJ
Mange de la salade
Mange de la salade
Rang en cours à
15.3%
 
Messages: 173
Inscription: 09 Nov 2017, 14:10
Présentation
Genre: Homme

Re: Les céréales, monocultures, pollution

Messagede Tigresse » 22 Aoû 2018, 15:27

Bein justement, au contraire, t'avais l'air de dire que monoculture, ça voulait dire que c'étaient les mêmes cultures qu'étaient replantées chaque années.
NicolasJ a écrit: Donc j'insisterais sur le fait de parler de "culture seule" opposée à "cultures associées" et de "monoculture" opposée à "rotations culturales".

Du coup, j'ai préféré préciser.
NicolasJ a écrit:ça n'est pas du tout comme ça qu'on l'entend habituellement (pour les systèmes céréaliers). Le premier lien que je trouve quand je cherche sur google "monoculture blé", http://www.lafranceagricole.fr/article/ ... 82481.html, fait clairement la distinction entre un blé assolé (-> inclut dans un assolement/une rotation) et un blé en monoculture.

Là, tu te corriges, et c'est effectivement dans ce sens que je le connaissais (monoculture = culture d'une seule sorte de plante sur une surface étendue)
Tigresse
Moulin à graines
Moulin à graines
Rang en cours à
87%
 
Messages: 11610
Inscription: 18 Juil 2011, 21:11
Localisation: Me cherchez pas ici, je suis ailleurs
Présentation
Genre: Femme

Re: Les céréales, monocultures, pollution

Messagede NicolasJ » 22 Aoû 2018, 16:33

Bein justement, au contraire, t'avais l'air de dire que monoculture, ça voulait dire que c'étaient les mêmes cultures qu'étaient replantées chaque années.


Bein justement, c'est bien ce que je dis dans ta première citation :). S'il n'y a pas de rotations, c'est toujours la même culture qui est mise année après année. J'oppose monoculture à rotation (tu as peut-être mal lu).

Dans le lien que je cite, le "blé en monoculture" correspond bien à cette définition; c'est un blé qu'on replante sur la même parcelle année après année. Un blé assolé, c'est un blé qui va suivre un pois ou un colza par exemple.

Sur le fait de ne pas appeler "monoculture" une parcelle sur laquelle on planterait différentes espèces en même temps, je ne suis pas d'accord. Si on plante le même méteil (blé-seigle par exemple) année après année, ça reste de la monoculture, même s'il y a deux espèces différentes.
La maman du premier humain au premier humain :
« Ce n'est pas bien de manger ton papa ! »
Le premier humain :
« Mais ce n'est qu'un animal après tout ! »
David Furrer inspiré de David Olivier
NicolasJ
Mange de la salade
Mange de la salade
Rang en cours à
15.3%
 
Messages: 173
Inscription: 09 Nov 2017, 14:10
Présentation
Genre: Homme

Précédente

Retourner vers Environnement