Bienvenue sur Végéweb !

Le QI en question

Pour tout ce qui concerne les sujets humains...

Re: Le QI en question

Messagede LaPtiteSuisse » 16 Juin 2016, 22:51

somadlateci a écrit:Par contre je sais pas mon QI et j'sais pas encore pour le type de neuratypique que je suis ( paranoïa, introverti, reloute, et truc comme ça, mais le nouveau psy m'en dira plus).


Personnellement je connais la valeur de mon QI lorsque j'avais 5 ans, qui n'est plus du tout la même (j'espère que j'ai évolué tout de même !)
J'ai toujours été "la rejetée", et je pense que c'est dû à mon QI étant donné que il n'y avait pas de raison apparente à ce que je me fasse détester... Pourtant j'ai souffert durant toute ma scolarité de harcèlement scolaire, aujourd'hui au lycée c'est mieux...

Par contre, comme j'avais des problèmes d'intégration j'ai été tôt chez le psy (10 ans) et puis j'ai arrêté, recommencé etc... Et aujourd'hui je commence la thérapie cognitivo-comportementale, on verra comment c'est ! Je pense aussi avoir un trouble mental (bipolaire ? maniaco-dépressive ? ) mais comme les psychologues/chiatres n'agissent pas pour trouver les troubles tant qu'on est pas sur le point de se suicider bah je sais pas ^^'
M'enfin, on verra dans la vie quoi, c'est pas grave.
Celui qui est capable de marcher derrière une musique militaire, n'a pas besoin de cerveau; une moelle épinière lui suffit.
Albert Einstein
Avatar de l’utilisateur
LaPtiteSuisse
Broute de l'herbe
Broute de l'herbe
Rang en cours à
82%
 
Messages: 132
Inscription: 13 Juin 2016, 09:39
Présentation
Genre: Non spécifié (par défaut)

Re: Le QI en question

Messagede Hélène » 17 Juin 2016, 16:55

Je me retrouve pas mal dans ce que vous dites sur les études et la scolarité.
Avatar de l’utilisateur
Hélène
Avale du tofu
Avale du tofu
Rang en cours à
62.3%
 
Messages: 549
Inscription: 06 Jan 2015, 18:43
Localisation: Bretagne
Présentation
Genre: Femme

Re: Le QI en question

Messagede yapuka » 17 Juin 2016, 20:16

J'ai passé le WAIS il y a 6 ans. J'ai enfin compris pourquoi les gens me trouvaient parfois bizarre.
En tous cas, ce n'est en aucun cas synonyme de réussite scolaire ou sociale. Je n'ai qu'un bac littéraire que j'ai obtenu avec 10,00 de moyenne.
J'ai raté un BTS parce que ça me gavait. Par contre j'ai réussi le concours de professeur des écoles (parce que j'ai 3 enfants) avec 15 de moyenne, parce que j'était hyper motivée.

Le plus pénible je crois, c'est de sauter du coq à l'âne tout le temps. Les gens ne comprennent pas que je m'implique dans un truc à fond, et puis d'un coup j'arrête, je passe à un autre truc, je ne vais jamais au fond des choses, une fois que j'ai compris le principe et que je maîtrise les bases, j'arrête. Par contre je peux reprendre un truc auquel j'ai pas touché depuis 2 ans et rebelote.
C'est agaçant aussi quand les gens parlent de quelque chose et se posent des tas de questions alors que c'est évident.

Une fois, ma tutrice à l'IUFM (ancienne école de prof des écoles) était partie dans un speech de 2 plombes, à me demander pourquoi j'avais foiré une leçon pour des élèves de CM2, et comment, et qu'est ce qui n'a pas marché.... Je comprenais pas où elle voulait en venir. J'ai fini par lui dire que je n'avais pas posé un bon cadrage en début de leçon, c'était ça qu'elle voulait entendre. 2 heures à me pomper l'air ! Alors que c'était tellement évident que je n'avais pas pensé à le mentionner. Pour moi c'était le postulat de départ. Pour elle c'était une erreur de débutant que je n'avais pas remarquée. On risquait pas de se comprendre. :mur:
Yapuka

Bien plus que le costume trois-pièces ou la pince à vélo, c'est la pratique de la torture qui permet de distinguer à coup sûr l'homme de la bête. (Desproges)
Avatar de l’utilisateur
yapuka
Fait crier les carottes
Fait crier les carottes
Rang en cours à
38.3%
 
Messages: 3765
Inscription: 21 Mar 2014, 21:37
Présentation
Genre: Femme

Re: Le QI en question

Messagede Hélène » 17 Juin 2016, 20:43

Purée, mais pareil. Tout, quasiment.

Y a tellement de questions à la fac, auxquelles je ne savais pas répondre parce que je cherchais la réponse compliquée, alors que non, la bonne réponse était tellement basique que j'y avais pas pensé. (D'ailleurs, quand mes enfants me posent une question, j'arrive jamais à faire une réponse simple).

Je saute du coq à l'âne tout le temps, j'ai pas de vraie passion "à vie". Un truc peut me passionner des semaines, voire des mois, je dévore tout ce que je peux trouver à lire dessus, ou je pratique si c'est un sport ou un instrument de musique et puis pouf, je passe à autre chose. On me l'a reproché pas mal de fois, comme si c'était pas normal.

Pour la pensée en arborescence, jusqu'à peu, je croyais que tout le monde pensait comme ça.
Avatar de l’utilisateur
Hélène
Avale du tofu
Avale du tofu
Rang en cours à
62.3%
 
Messages: 549
Inscription: 06 Jan 2015, 18:43
Localisation: Bretagne
Présentation
Genre: Femme

Re: Le QI en question

Messagede yapuka » 17 Juin 2016, 20:54

Hélène a écrit:Pour la pensée en arborescence, jusqu'à peu, je croyais que tout le monde pensait comme ça.

Moi aussi. C'est pour ça que je ne comprenais pas pourquoi ils trouvaient que je sautais du coq à l'âne, alors ben c'était juste logique.
Par contre, je connais un petit garçon, c'est une caricature de HQI : il a appris à lire tout seul, il se passionne pour l'espace,... tout comme dans les livres sur les enfants HQI. :^^:
Yapuka

Bien plus que le costume trois-pièces ou la pince à vélo, c'est la pratique de la torture qui permet de distinguer à coup sûr l'homme de la bête. (Desproges)
Avatar de l’utilisateur
yapuka
Fait crier les carottes
Fait crier les carottes
Rang en cours à
38.3%
 
Messages: 3765
Inscription: 21 Mar 2014, 21:37
Présentation
Genre: Femme

Re: Le QI en question

Messagede Charlotte » 18 Juin 2016, 22:29

Oh la la, je suis HQI aussi (dis donc, beaucoup de HQI végés ? ;) ), j'ai passé le WPPSI enfant et j'ai été "diagnostiquée". Je ne me renseignais pas vraiment sur le sujet avant même si c'était source de souffrance, mais depuis quelque temps je m'y mets pour essayer de comprendre comment je fonctionne.

Apprendre à apprendre, c'est totalement ça ! J'ai aussi des difficultés face à l'échec, je vais retenir si j'ai une mauvaise note mais pas une bonne par exemple. Récemment j'ai été refusée dans l'orientation que je voulais (c'était sur dossier), c'est assez dur à accepter aussi. Je vais aller à la fac, en espérant que j'arrive à me mettre réellement à travailler.

Sinon, quelque chose qui m'arrive très souvent c'est de comprendre un tout autre sens à des paroles, parce que j'ai eu un chemin de pensée différent que le chemin classique. Du coup ça peut amener à pas mal de quiproquos. :facepalm:

Ah, et il y a l'hypersensibilité aussi.
Avatar de l’utilisateur
Charlotte
Jeune bulbe
Jeune bulbe
Rang en cours à
56%
 
Messages: 28
Inscription: 30 Avr 2016, 14:52
Présentation
Genre: Femme

Re: Le QI en question

Messagede LaPtiteSuisse » 18 Juin 2016, 22:46

Charlotte a écrit:Ah, et il y a l'hypersensibilité aussi.

Oh je te comprends... C'est l'horreur...
Vous aussi vous comprenez super bien les autres limites vous pouvez vous mettre à leur place (façon de penser) et vous essayer de les aider et/ou de leur faire comprendre pourquoi ils sont dans le tort et pourquoi ils pensent ainsi ?
(Un peu complexe à comprendre mais vous devriez y arriver :^^: )

J'ai été chez une psychothérapeute et j'ai examiné (j'avais 12 ans) sa façon de travailler, les questions qu'elle me posait et j'ai finalement fais les questions réponses pendant la thérapie, elle était là juste pour me relancer quand j'étais à sec.
Et depuis mon esprit analytique s'est beaucoup amélioré :YE:
Bon, ça devient lourd à vrai dire car c'est surdimensionné m'enfin on s'y habitue :red:
Celui qui est capable de marcher derrière une musique militaire, n'a pas besoin de cerveau; une moelle épinière lui suffit.
Albert Einstein
Avatar de l’utilisateur
LaPtiteSuisse
Broute de l'herbe
Broute de l'herbe
Rang en cours à
82%
 
Messages: 132
Inscription: 13 Juin 2016, 09:39
Présentation
Genre: Non spécifié (par défaut)

Re: Le QI en question

Messagede Charlotte » 19 Juin 2016, 13:25

Ca arrive à pas mal de précoces ce que tu dis (prévoir/savoir à l'avance ce que l'autre va dire), moi je ne le ressent pas exactement comme ça, ce serait plutôt que j'adapte ma façon de parler etc en fonction de la personnalité de l'autre et de son mode de fonctionnement. J'essaye de moins faire ça, parce qu'être différent.e avec chacun c'est quand même particulier. :roll:

LaPtiteSuisse a écrit:vous essayer de les aider et/ou de leur faire comprendre pourquoi ils sont dans le tort et pourquoi ils pensent ainsi ?


C'est ça le problème, même si tu penses savoir ce qui est bon pour l'autre tu ne peux pas le/la forcer à le faire. ^^

Un problème commun aussi, est de ne pas aller au bout des choses, c'est effleurer plein de sujets sans jamais s'y impliquer totalement. Comme on a tendance à faire rapidement le tour des choses on se lasse facilement.
Avatar de l’utilisateur
Charlotte
Jeune bulbe
Jeune bulbe
Rang en cours à
56%
 
Messages: 28
Inscription: 30 Avr 2016, 14:52
Présentation
Genre: Femme

Re: Le QI en question

Messagede frago » 20 Juin 2016, 10:32

Je n'ai jamais connu mon QI, et je m'en fiche en fait. J'arrive à me dépatouiller plus ou moins dans la vie sans savoir si je suis considérée "normal", HQI ou déficiente mentalement.

Par contre le QI c'est le calcul de âge mental mesuré par des tests/âge réel*100.
Le gars qui a inventé ces premiers tests a testé sur différents enfants provenant de milieux sociaux diverses. Si on est au alentour de 100 ça signifie qu'en gros l'âge de notre cerveau est le même que celui qu'on a vraiment. Ce qu'il a remarqué c'est que les gamins issus de milieu populaire avaient des résultats plus bas que ceux des gamins issus de milieux sociaux et culturel privilégiés. Est-ce à dire que les gosses de prolo sont plus bêtes que les gamins de cadres et d'intellos? Et bien non, c'est juste que ces derniers ont plus étaient sollicités intellectuellement (même si les parents ne foutent pas la grosse pression pour que leurs gosse de 4ans apprennent le solfège. Juste suivre les discussions d'adultes en dessinant à côté d'eux, ce que tu fais pendant tes loisirs, ce que tes parents (ou les adultes autours de toi) font avec toi, ce à quoi tu es confronté au quotidien, etc ce sont des sollicitations intellectuelles qui construisent l'individu) , ont leurs a plus appris à s'exprimer sur ce qu'ils ressentaient, pensaient, voyaient, etc que les enfants issus de milieux populaire. On leurs a aussi appris à répondre de façon attendus pour ce type de test.
Tous ces facteurs font que ces tests sont tout de même basés sur des inégalités d'apprentissages dû aux inégalités sociales (l'apprentissage ce n'est pas juste ce qu'on apprends à l'école), qui font qu'a vu de nez et ben les gosses de prolos sont plus "retardés mentalement" que les gosses issus de milieux culturels et socialement favorisés.
Après je crois que le gars qui a inventé ces tests a assez vite réalisé ça, et qu'il a essayé de trouver une façon de faire les tests qui soient plus représentatifs.
"Les armes et l'organisation, voilà l'élément décisif de progrès, le moyen sérieux d'en finir avec la misère." Le toast de Londres de Blanqui le 25/02/1851.
frago
Fait crier les carottes
Fait crier les carottes
Rang en cours à
49.9%
 
Messages: 3997
Inscription: 13 Aoû 2012, 01:44
Genre: Non spécifié (par défaut)

Re: Le QI en question

Messagede Toto » 20 Juin 2016, 14:18

Une chose très frustrante, c'est quand l'interlocuteur se lance dans une grande tirade et tu sais exactement tout ce qu'il va dire point par point, donc tu hoches la tête très vigoureusement à chaque argument et ça traîne en longueur, mais tu peux pas vraiment lui dire par peur de le vexer donc tu tombes dans un ennui mortel.
Fool me once, shame on you, but fool me twice, shame on me.
Avatar de l’utilisateur
Toto
Mange de la salade
Mange de la salade
Rang en cours à
80%
 
Messages: 270
Inscription: 24 Avr 2016, 03:01
Présentation
Genre: Homme

Re: Le QI en question

Messagede LaPtiteSuisse » 20 Juin 2016, 20:22

frago a écrit:On leurs a aussi appris à répondre de façon attendus pour ce type de test.
Tous ces facteurs font que ces tests sont tout de même basés sur des inégalités d'apprentissages dû aux inégalités sociales (l'apprentissage ce n'est pas juste ce qu'on apprends à l'école), qui font qu'a vu de nez et ben les gosses de prolos sont plus "retardés mentalement" que les gosses issus de milieux culturels et socialement favorisés.
Après je crois que le gars qui a inventé ces tests a assez vite réalisé ça, et qu'il a essayé de trouver une façon de faire les tests qui soient plus représentatifs.


Oui en effet les tests sont remis à neufs pour éviter cela. Donc au début c'était les capacité à réfléchir au niveau logique et maintenant les tests ont été mis à jour et donc ce que tu dis n'est plus d'actualité.
Maintenant c'est plutôt la façon de réfléchir qui est pointée du doigt et non plus la capacité à le faire.
Le QI est je crois, mesuré dans le nombre de réponses justes mais aussi le temps.. Pas du tout sûre...
Celui qui est capable de marcher derrière une musique militaire, n'a pas besoin de cerveau; une moelle épinière lui suffit.
Albert Einstein
Avatar de l’utilisateur
LaPtiteSuisse
Broute de l'herbe
Broute de l'herbe
Rang en cours à
82%
 
Messages: 132
Inscription: 13 Juin 2016, 09:39
Présentation
Genre: Non spécifié (par défaut)

Re: Le QI en question

Messagede Tigresse » 22 Juin 2016, 08:55

Mais, Toto, pourquoi tu le dis pas, que tu t'ennuies ?
Ok, ça vexera un peu la personne, mais au moins t'es sauvé !
Tigresse
Moulin à graines
Moulin à graines
Rang en cours à
78.3%
 
Messages: 11349
Inscription: 18 Juil 2011, 21:11
Localisation: Me cherchez pas ici, je suis ailleurs
Présentation
Genre: Femme

Re: Le QI en question

Messagede Hell » 22 Juin 2016, 12:41

Je ne sais plus quel âge j'avais quand j'ai passé le test (comme tout le reste de ma classe).
Je me souviens juste que ça a tout changé dans mes relations avec ma mère.
Au début elle était fière que la Madame lui ait dit que sa fille était surdouée et puis... Et puis elle s'est mis en tête que je la méprisais, que je la regardais avec dédain et que je me croyais supérieure à elle. Elle n'a pas mené ses études secondaires à leur terme et la blessure était apparemment à vif.
Si je réussissais quelque chose c'était normal et je n'avais aucun mérite, et même j'aurais pu faire mieux parce que 94% ça veut dire qu'il reste des erreurs. Si j'obtenais un résultat moins bon (mon éternel 70% en néérlandais, mon cours détesté) c'était une preuve de mauvaise volonté.
Bref, elle s'est mis à me maltraiter comme le reste de la famille. J'étais une personne fondamentalement mauvaise à ses yeux. Depuis, je sais qu'elle était, et est toujours, malade, mais il m'a fallu du temps pour couper les ponts et encore beaucoup plus pour comprendre qu'il n'y avait rien à reconstruire dans cette relation.

Jusqu'à récemment, j'ai occulté l'information reçue à propos de mon HP. Bien sûr, je me sentais différente des autres, mais je considérais que c'était une tare, une difficulté d'adaptation et que je valais bien moins qu'eux du coup.
Comme beaucoup d'entre vous, les études supérieures ont été compliquées. En fait, j'ai réussi ma première année de psycho sans fournir d'efforts, j'avais l'impression d'avoir trouvé ma voie. Sauf que... Ça n'a pas duré. Pour résumer, j'ai fini par être physiquement malade en me rendant sur le campus. Je ne pouvais pas me rendre aux cours obligatoires et perdais donc de nombreux points. A la fin, je n'arrivais même plus à me rendre à tous les examens.
Je n'ai pas mené mes études à leur terme. J'ai eu honte pendant longtemps. Quand on me questionnait, je restais évasive. En fait je ne comprenais même pas pourquoi ça m'arrivait. Le plus douloureux restait les commentaires des gens qui considéraient que j'étais très intelligente et créative. Parce que moi je savais que c'était faux, moi je savais que je ne valais rien. J'avais l'impression d'être une impostrice (je crée un féminin si j'veux!) bien malgré moi. Les gens voyaient des choses qui n'existaient pas (à mes yeux).

Longtemps j'ai eu l'impression de ne jamais rien réussir. Étrangement c'est au cours d'un rendez-vous avec une diététicienne que j'ai compris que je me leurrais. Elle voulait travailler sur les émotions et le vécu. La première séance consistait donc à noter tout le chemin de vie, en commençant par les études et les expériences professionnelles (un peu comme un CV finalement, mais en ajoutant les résultats obtenus et les affects associés). Quand nous avons eu terminé, elle a conclu que j'étais brillante et déterminée; elle avait même l'air admirative. Je n'ai pas compris, alors je le lui ai dit. Parce que pour moi il n'y avait que cet énorme échec et mon incapacité à trouver autre chose qu'un emploi en intérim. Et là elle m'a montré tout ce que j'avais réussi, elle m'a montré que j'avais toujours été première partout et que j'avançais malgré les bâtons que je me mettais dans les roues. C'est moi qui lui ai donné ces informations mais je ne l'avais pas réalisé du tout!

Quelques mois plus tard, j'ai pris rendez-vous chez une nouvelle psychiatre (je ne tiens plus le compte des thérapeutes). J'ai raconté ma vie et elle a écouté sans rien dire. Quand je me suis tue, elle m'a demandé si j'avais déjà passé un test de QI (je n'avais évidemment pas parlé de ça) et j'ai eu l'impression d'être foudroyée. En fait, elle s'est spécialisée dans les personnes à HP et a tout de suite compris. Parce qu'il n'y a pas que l'intelligence, il y a surtout l'aspect émotionnel.
Elle m'a conseillé de lire deux livres qui pourront peut-être aider certains d'entre vous. Au début j'étais réfractaire et ne me reconnaissais pas du tout dans ces êtres qui semblaient avoir des super-pouvoirs mais j'ai bien dû admettre que ces livres me parlaient bien de moi et ça m'a aidée. Dans l'un d'eux j'ai même lu qu'il y aurait plus de vg parmi les HP (combo empathie et capacité d'analyse). ;)

Les livres:
"Trop intelligent pour être heureux ? L'adulte surdoué" de Jeanne Siaud-Facchin.
"L'adulte surdoué - Apprendre à faire simple quand on est compliqué" de Monique de Kermadec.
"Je pense trop : Comment canaliser ce mental envahissant" de Christel Petitcollin.
(Celui-là je l'ajoute même si elle ne me l'avait pas conseillé parce que je trouve qu'il est plus facile à lire quand on a encore des difficultés à accepter.)
Hell
Avale du tofu
Avale du tofu
Rang en cours à
18.8%
 
Messages: 375
Inscription: 21 Sep 2012, 19:42
Présentation
Genre: Non spécifié (par défaut)

Re: Le QI en question

Messagede Skud » 22 Juin 2016, 14:14

Au delà des questions de QI, lorsque vous évoquez tous vos difficultés une fois arrivé dans les études supérieures, c'est surtout le système scolaire qui est à remettre en question.

Je n'ai jamais eu l'impression de travailler avant la fac...et oui une énième personne qui a repiqué une fois arrivé à la fac, et découvert que arriver les mains dans les poches ne marchait plus.
Pour l'abolition du véganisme ! #TeamRéformiste

Si vis pacem, para bellum. Sed primum SMASHING et SMASHING²!

Image
Avatar de l’utilisateur
Skud
Élève des carottes
Élève des carottes
Rang en cours à
77.9%
 
Messages: 1323
Inscription: 20 Jan 2015, 11:43
Présentation
Genre: Non spécifié (par défaut)

Re: Le QI en question

Messagede LaPtiteSuisse » 22 Juin 2016, 14:30

Hell a écrit:Si je réussissais quelque chose c'était normal et je n'avais aucun mérite, et même j'aurais pu faire mieux parce que 94% ça veut dire qu'il reste des erreurs. Si j'obtenais un résultat moins bon (mon éternel 70% en néérlandais, mon cours détesté) c'était une preuve de mauvaise volonté.

Putain je te comprends, ma mère m'a détéstée car je suis allée en Ecole de Culture Générale au lieu du lycée mais je sentais que je n'en aurais pas été capable...

Bref, elle s'est mis à me maltraiter comme le reste de la famille. J'étais une personne fondamentalement mauvaise à ses yeux. Depuis, je sais qu'elle était, et est toujours, malade, mais il m'a fallu du temps pour couper les ponts et encore beaucoup plus pour comprendre qu'il n'y avait rien à reconstruire dans cette relation.

Sans vouloir être un peu envahissante ta maman a une maladie psychique ?
Parce que je pense que ma mère est atteinte aussi d'une maladie mais comme elle refuse de voir qu'il y a un problème et donc refuse de faire une thérapie eh bien ça n'est pas facile (et c'est moi la folle, méchante etc...) (pourtant une de ces amies m'a dit qu'elle m'adorait !

Je n'ai pas mené mes études à leur terme. J'ai eu honte pendant longtemps. Quand on me questionnait, je restais évasive. En fait je ne comprenais même pas pourquoi ça m'arrivait. Le plus douloureux restait les commentaires des gens qui considéraient que j'étais très intelligente et créative.

Purée... Je suis en train d'abandonner mes études dans le social car je ne veux plis travailler la dedans. Je compte commencer des études en rapport avec la nature, les animaux etc... Parce que je n'aime plus et que je ne m'y sens pas à ma place.

J'ai raconté ma vie et elle a écouté sans rien dire. Quand je me suis tue, elle m'a demandé si j'avais déjà passé un test de QI (je n'avais évidemment pas parlé de ça) et j'ai eu l'impression d'être foudroyée. En fait, elle s'est spécialisée dans les personnes à HP et a tout de suite compris. Parce qu'il n'y a pas que l'intelligence, il y a surtout l'aspect émotionnel.

Bah écoute, la même avec ma nouvelle psychologue :popcorn:
J'ai l'impression que tu racontes ma vie c'est assez perturbant :confused:
Mais alors tu n'es pas seule du tout, je comprends ta vie du coup.

Abusé :cool:
Celui qui est capable de marcher derrière une musique militaire, n'a pas besoin de cerveau; une moelle épinière lui suffit.
Albert Einstein
Avatar de l’utilisateur
LaPtiteSuisse
Broute de l'herbe
Broute de l'herbe
Rang en cours à
82%
 
Messages: 132
Inscription: 13 Juin 2016, 09:39
Présentation
Genre: Non spécifié (par défaut)

PrécédenteSuivante

Retourner vers Problématiques humaines