Bienvenue sur Végéweb !

Végéta*isme, dogmatisme et gâchis alimentaire

Le végétarisme dans la société

Végéta*isme, dogmatisme et gâchis alimentaire

Messagede JourMouillé » 06 Déc 2017, 18:57

Bonjour à tous,

J'aimerais avoir votre avis sur une situation à laquelle certains d'entre vous ont probablement déjà été confronté, celle de se retrouver avec quelque chose que vous vous interdisez de manger dans votre assiette. Que ce soit suite à une incompréhension (par exemple au restaurant à l'étranger, lorsque vous avez mal exprimé ce que vous vouliez) ou un refus de prendre vos choix en compte (dans un self quand on vous affirme qu'il faut manger de tout, que ça a été cuisiné avec amour...), ça m'est personnellement arrivé plusieurs fois.

Quelle est alors la meilleure solution, quand on se retrouve avec, disons, une tranche de viande dans son assiette et que l'on a décidé de ne pas en manger ?

Pour moi l'avoir dans son assiette, qu'on le mange ou non, revient à peu près au même : l'animal a été tué, le produit a été acheté et il est pour ainsi dire "consommé", que vous le mangiez ou non. Il faut donc éviter de se retrouver dans cette situation, malgré tout cela peut arriver.
En règle générale, j'essaie de refiler l'aliment problématique à quelqu'un qui mange avec moi, me disant que ça lui évitera peut-être d'aller se resservir (et en même temps je me dis que ça risquerait d'habituer certaines personnes à manger plus de viande, si cela se produit souvent...).

Mais la question se pose surtout si vous n'avez le choix qu'entre manger cette viande ou la jeter. Naturellement, ne mangeant pas de viande, je ne vais pas la manger. Tout d'abord parce qu'il me semble qu'il est plus facile de tenir un régime "strict" en se refusant totalement de manger un aliment et non en le refusant seulement dans certains contexte. En effet, les contextes pourraient se multiplier et on finirait par manger de la viande tous les jours... Mais c'est une vision peut-être trop dogmatique du végétarisme/lisme.
En fait je n'arrive pas à m'empêcher de me dire que ce n'est pas la meilleure solution : l'aliment qui n'est pas mangé (mais pour lequel on a déjà exploité un animal) va nécessiter de l'énergie afin d'être éliminé. Donc en toute logique, ne faudrait-il pas le manger pour éviter qu'il n'y ait plus de gaspillage ?

Bien sûr, il y a d'autres choses qui doivent être prises en compte : si vous ne mangez pas de certains aliments mais que vous les mangez tout de même pour éviter le gâchis lorsque l'occasion se présente, ces choix ne risquent-ils pas de ne jamais être pris en compte puisque les autres savent que vous finirez de toutes façons par en manger ? Mais ma question se pose surtout dans l'absolu (quand on est dans un self et que le contenu de l'assiette sera de toutes façons vidé dans une poubelle sans que personne ne prête attention à ce que vous avez mangé ou non).
Avatar de l’utilisateur
JourMouillé
Jeune bulbe
Jeune bulbe
Rang en cours à
36%
 
Messages: 18
Inscription: 05 Déc 2017, 16:37
Présentation
Genre: Non spécifié (par défaut)

Re: Végéta*isme, dogmatisme et gâchis alimentaire

Messagede NicolasJ » 06 Déc 2017, 21:41

Tu as fait toute la discussion à toi tout seul, ahah, on peut plus rien dire maintenant :caillou:.

La situation que tu décris, c'est la situation d'une erreur. Une erreur que tu peux difficilement minimiser, mais qui malheureusement peut arriver.
Une erreur c'est quelque chose d'imprévu et de ponctuel. Se creuser la tête à savoir comment gérer chaque erreur possible, ça ne fera qu'ajouter du stress à un mode de vie déjà pas toujours facile.

En fait je n'arrive pas à m'empêcher de me dire que ce n'est pas la meilleure solution


Ca ne me semble pas raisonnable de voir l'erreur comme un problème. Il n'y a pas de "solution".
Mange l'erreur, jette l'erreur, donne l'erreur, finalement ça a peu d'importance (et il n'y a rien de dogmatique à choisir de la jeter).
Ce qu'il faut, c'est assumer l'erreur, et à l'avenir:
éviter de se retrouver dans cette situation

et par conséquent prévoir des stratagèmes pour éviter que l'erreur se reproduise.

Là où l'erreur perd son statut d'erreur, c'est si elle se repète pour les mêmes raisons. Et c'est peut-être ce que tu décris quand tu parles des cuistots qui te mettent forcément de la viande dans ton assiette.
Là c'est une situation d'oppression, où quelqu'un abuse de son pouvoir (de servir les assiettes) sur toi. Il vaut mieux à ce moment là trouver le courage de se défendre en allant discuter avec les personnes en question, en allant se plaindre, ou en faisant une grève de la faim dans le self (trop extrême ? :><: ).


En outre:
Tout d'abord parce qu'il me semble qu'il est plus facile de tenir un régime "strict" en se refusant totalement de manger un aliment et non en le refusant seulement dans certains contexte. En effet, les contextes pourraient se multiplier et on finirait par manger de la viande tous les jours... Mais c'est une vision peut-être trop dogmatique du végétarisme/lisme.


Je suis d'accord avec ça. Dans le même ordre d'idée :
Quelqu'un qui n'achète que des oeufs "label", pour le "bien-être" des poules, mais qui au final ne s'en soucie que pour ceux qu'il achète directement, et pas ceux qu'il consomme à côté (comme si les oeufs qu'il peut manger à côté avait moins d'importance ou moins d'impact).
Ce que tu appelles "dogmatisme", à tort ou à raison, c'est aussi un moyen de s'assurer de faire le moins d'erreurs possible.
La maman du premier humain au premier humain :
« Ce n'est pas bien de manger ton papa ! »
Le premier humain :
« Mais ce n'est qu'un animal après tout ! »
David Furrer inspiré de David Olivier
NicolasJ
Broute de l'herbe
Broute de l'herbe
Rang en cours à
20%
 
Messages: 70
Inscription: 09 Nov 2017, 14:10
Présentation
Genre: Homme

Re: Végéta*isme, dogmatisme et gâchis alimentaire

Messagede Watermelon » 06 Déc 2017, 22:09

Dans un self, de la nourriture sera gâchée de toute façon. Si iels ont fait trop de nourriture je pense qu'iels seront obligé-e-s de jeter le reste même si cette nourriture n'a pas touché une assiette. Par ailleurs, ton corps n'est pas une poubelle alors pourquoi manger quelque chose qui ne t'apporte rien (parce qu'en plus d'être une nourriture que tu refuse, on ne peut pas dire non plus que la viande soit ce qu'il y a de mieux pour la santé) ?

JourMouillé a écrit:Bien sûr, il y a d'autres choses qui doivent être prises en compte : si vous ne mangez pas de certains aliments mais que vous les mangez tout de même pour éviter le gâchis lorsque l'occasion se présente, ces choix ne risquent-ils pas de ne jamais être pris en compte puisque les autres savent que vous finirez de toutes façons par en manger ?

Je ne sais pas dans un self mais si tu te trouve à manger chez des gens, refuser de manger ce qu'iels ont préparé envoie un message fort je pense.
La pastèque, c'est bon.
Avatar de l’utilisateur
Watermelon
Modo pas steak
Modo pas steak
 
Messages: 3891
Inscription: 14 Juin 2012, 22:18
Localisation: Paris
Présentation
Genre: Femme

Re: Végéta*isme, dogmatisme et gâchis alimentaire

Messagede JourMouillé » 07 Déc 2017, 12:06

NicolasJ a écrit:Ca ne me semble pas raisonnable de voir l'erreur comme un problème. Il n'y a pas de "solution".
Mange l'erreur, jette l'erreur, donne l'erreur, finalement ça a peu d'importance (et il n'y a rien de dogmatique à choisir de la jeter).
Ce qu'il faut, c'est assumer l'erreur, et à l'avenir:

C'est vrai que je n'avais pas vu les choses comme ça et que la situation est sans doute à minimiser par rapport à d'autres soucis de la vie de tous les jours.

NicolasJ a écrit:Là où l'erreur perd son statut d'erreur, c'est si elle se répète pour les mêmes raisons. Et c'est peut-être ce que tu décris quand tu parles des cuistots qui te mettent forcément de la viande dans ton assiette.
Là c'est une situation d'oppression, où quelqu'un abuse de son pouvoir (de servir les assiettes) sur toi. Il vaut mieux à ce moment là trouver le courage de se défendre en allant discuter avec les personnes en question, en allant se plaindre, ou en faisant une grève de la faim dans le self (trop extrême ? :><: ).

La grève de la faim au self, je ne suis pas trop convaincue de l'efficacité, encore faudrait-il que les personnes concernées soient au courant...
J'avais cette situation en tête parce que quand j'étais au lycée le personnel du self était hyper sympa et plutôt conciliant alors que cet été j'ai travaillé sur un séjour de vacances où le cuisinier l'était beaucoup moins. Ce n'est pas forcément évident de se placer en situation de conflit quand on travaille et qu'on a des réactions un peu hostiles à ce sujet (surtout dans un self bondé avec trente personnes derrière toi qui attendent d'être servies).
Cela dit c'est vrai que sur une longue période, si cette situation se répète, inutile de se demander ce qu'on fait de notre assiette, il vaut mieux se demander comment s'arranger pour ne plus avoir à manger dans le self en question ou ne simplement plus prendre d'assiette.

Watermelon a écrit:Je ne sais pas dans un self mais si tu te trouve à manger chez des gens, refuser de manger ce qu'iels ont préparé envoie un message fort je pense.

Oui, la situation est totalement différente. Déjà parce que si on est invité chez quelqu'un qui nous a préparé une tartiflette, il ne va pas jeter votre assiette mais la garder pour plus tard. Ensuite comme tu le dis, ça envoie un message fort qui poussera en général la personne à s'adapter la prochaine fois. Je pense aussi que c'est plus facile d'expliquer à tes hôtes que tu ne manges pas de certains aliments lors d'un dîner que dans un self ou un restaurant.
Avatar de l’utilisateur
JourMouillé
Jeune bulbe
Jeune bulbe
Rang en cours à
36%
 
Messages: 18
Inscription: 05 Déc 2017, 16:37
Présentation
Genre: Non spécifié (par défaut)


Retourner vers Société