Et la nacre ?

Plantte

Avale du tofu
Inscrit
14/12/11
Messages
590
Score de réaction
0
Les moules et autres huîtres sont des animaux, ils sont animés, ça me suffit à ne pas les manger. Tout comme je ne me nourrirais pas d’un steak de bactéries si ça existait.
Et hop, une bonne dose de dogmatisme!
Pour info (parce que là c'est quand même énorme) : LES BACTERIES NE SONT PAS DES ANIMAUX.


Pour ceux qui en doutent, et qui rétorquent « dans ce cas là arrêtons de manger de la laitue car on abime la plante et c’est pareil que de tailler une coquille saint Jacques en deux », je tiens juste à dire que ça me fait le même effet que quand un carnivore me dit que les carottes crient et souffrent et que dans ce cas on se nourrit plus de rien et que pour finir vaut mieux continuer à tout manger indistinctement. Un faux argument qui permet de se dédouaner.
Premièrement, le fait que ça te fasse "le même effet" n'est pas un contre argument à quoi que ce soit.
Ensuite, se dédouaner de quoi exactement? Tout le "débat" que tu n'as pas pris le temps de lire consiste justement à se demander si on a une responsabilité morale à ne pas tuer des bivalves. Le fait de dire : ce sont des animaux et on ne mange pas les animaux est une réponse dogmatique complètement débile. On voit bien aussi où tu en es, si les bactéries (des êtres vivants ayant encore moins de traces de sensibilités que les mollusques ou les plantes) étaient des animaux, dans ton esprit ça suffirait à ne pas les manger.

Principe de précaution? J'entends bien, mais où est ce principe pour les plantes? Toi tu considères que l'éventuelle sensibilité qu'on leur prête n'est pas une raison de se demander comment on pourrait réduire le nombre de plantes tuées par exemple. Moi je considère que l'éventuelle sensibilité qu'on prête aux bivalves n'est pas une raison pour se demander comment on pourrait réduire le nombre de bivalves tués... donne moi tort.

Pour le moment, tout ce que je vois avec ce principe de précaution c'est de dire que la probabilité de la sentience des bivalves serait, mettons par exemple, d'une chance sur un million, alors que la sentience prêtée aux plantes serait d'une chance sur 1 milliard. Ma remarque c'est : pourquoi devrions-nous nous préoccuper de la chance sur un million et pas de la chance sur un milliard? Pourquoi mettre la ligne juste au niveau de la classe biologique des animaux et pas ailleurs? Par convention? Par habitude? Parce que ça nous facilite la vie? Parce que non les plantes vraiment on peut s'en foutre? Ca te rappelle pas des arguments carnistes (pour reprendre ta belle remarque)?
 

Arizona

Jeune bulbe
Inscrit
21/4/18
Messages
5
Score de réaction
0
J’ai jamais un instant dit que les bactéries étaient des animaux. Cela dit, j’en mangerais pas, parce que c’est animé.

C’est un abus de langage de parler de dogme, mais si on en est à employer mal des mots qu’on ne maîtrise pas, ça me ferait une belle jambe que cela devienne réellement un dogme, je n’ai rien contre les croyances tant qu’elles ne font de mal à personne, et je n’ai rien contre l’ignorance non plus.
Tu t’impose en « sujet sachant », je trouve ça particulièrement agaçant, donc à moins que ton but soit d’agacer, redescend à ma hauteur.

Tu me prêtes aussi un raisonnement que je n’ai pas quant aux plantes, que tu essayes à tort de mettre en parallèle avec ta propre réflexion sur les mollusques. Mon chemin vers le végétalisme a été très progressif, et si par ailleurs il s’avérait que dans mes recherches je découvre que les plantes ont un système nerveux rudimentaire au même titre que les mollusques, je te prie de croire que j’arrêterais de manger de la laitue pour me contenter d’aubergines, de céréales, de fruits, etc etc, ma vie n’en sera pas perturbée.

Je comprends bien que tu te sens agressé dans ton assiette par mon propos, mais ça ne change rien à la réalité, les mollusques dont tu parles ont un système nerveux rudimentaire qui n’a rien à voir avec les plantes. Le jour où on découvre des ganglions à mon plan de carotte je réfléchirais.

Non, je ne lirai pas l’intégralité de tout le débat, personne ne le fait, et ce que j’ai lu est suffisamment pompeux.


Envoyé de mon iPhone en utilisant Tapatalk
 

Plantte

Avale du tofu
Inscrit
14/12/11
Messages
590
Score de réaction
0
Désolé pour ma posture de sujet sachant mais il y a des choses dans ta réponse que je n'apprécie pas (jugement de valeur sur la consommation de moules ou de palourdes). Si tu veux défendre l'immoralité d'une action, il faut pouvoir argumenter ta position ou éviter les jugements de valeur.

Voici un résumé de ce qu'on trouve sur ce fil de discussion : nous constatons que les animaux ont la capacité de souffrir et nous constatons que les élevages les font souffrir. Donc nous devenons végane pour éviter que des animaux souffrent inutilement. OK.
Ensuite, certains de ces animaux (bivalves) ne semblent pas posséder la capacité à souffrir. Donc il existe deux positions : l'une est de dire qu'il est peu probable qu'ils souffrent mais que dans le doute il faut s'en abstenir (c'est ta position), l'autre position est de dire qu'il est peu probable qu'ils souffrent et que la probabilité est tellement faible qu'il n'y a pas de raison de s'en abstenir (c'est ma position).

Selon moi, les deux positions se valent. Là où j'ai un problème c'est lorsqu'on commence à être dénigrant avec ceux qui ne partagent pas notre position sans même prendre la peine de justifier ce que l'on affirme.

Le dogme que je mentionne est dans le raisonnement circulaire qui est assez frappant :
Pourquoi ne mange-t-on pas les animaux?
- on ne mange pas les animaux parce qu'ils souffrent.
Cet animal ne souffre pas, pourquoi ne mange-t-on pas cet animal?
- on ne mange pas les animaux parce qu'on ne mange pas les animaux.
...

Enfin, l'hypothèse de la sentience prêtée aux plantes n'est pas (que) le délire farfelu de carnistes qui veulent défendre leur steak. Les plantes sont des organismes très complexes, elles peuvent bouger, elles ont des mécanismes de défense, elles ont des mécanismes d'entraide, elles peuvent prévenir d'autres plantes d'un danger, etc. De plus l'hypothèse d'un équivalent au système nerveux existe aussi pour les plantes.
 

Arizona

Jeune bulbe
Inscrit
21/4/18
Messages
5
Score de réaction
0
Je suis d’accord avec presque tout ce que tu dis.

Si ce n’est que pour moi il n’est pas « peu probable » que les mollusques souffrent à partir du moment où on sait qu’ils ont un système nerveux, même rudimentaire.

Je pense aussi que les plantes réagissent aux agressions et peuvent en pâtir, et qu’il faut mieux les traiter, mais c’est un autre débat qu’il faudrait creuser indépendamment de celui des mollusques.

Merci pour le ton employé dans ton second message, et désolée de t’avoir bousculé.

Après, qu’on soit clair, je m’en fiche complètement que tu manges des moules, ou que untel mange du steack, je ne suis pas militante et je crois que chacun fait son chemin, que c’est dans l’ordre des choses de devenir végétarien mais aussi d’avoir été carnivore avant, et je ne juge personne.



Envoyé de mon iPhone en utilisant Tapatalk
 
Haut