Et l'écologie dans tout ça ?

Numa

Massacre des légumes
Inscrit
4/8/11
Messages
2 277
Score de réaction
116
Localité
Marseille
@Lulu_G Merci pour les sources et les calculs ! Concernant la question "transport vs alimentation", j'ai malheureusement pas le temps / la disponibilité d'esprit de lire ton message en détails maintenant, mais j'espère y revenir plus tard.
Pour le streaming et les réseaux sociaux, un petit article (j'en ai d'autres mais le message commence à être long)
J'ai parcouru l'article, et globalement je trouve pas qu'il donne l'impression que les réseaux sociaux et le streaming sont la pire partie de notre empreinte carbone numérique, on y trouve même cette citation : « Si l’on veut vraiment s’attaquer à son empreinte numérique, le leitmotiv, c’est moins d’équipements et qui durent plus longtemps. En l’appliquant, on s’attaque à 75 % de son impact numérique. » Ce qui laisse au plus 25% au reste. Ceci dit, si tu as des sources plus spécifiques sur l'impact des infrastructures, ça m'intéresse - avec le bémol que j'aurai pas le temps de lire en détails avant au moins quelques jour !
 

James64

Mange de la salade
Inscrit
14/11/17
Messages
399
Score de réaction
55
C'est pris en compte, sur la ligne juste en dessous, ça représente certes une partie, mais la déforestation toute entière ne peut pas être mise sur le compte de l'élevage..

Ton article date de 2005, j'ai retrouvé un article plus récent qui confirme les dires de Janco.


23% pour l'agriculture/élevage (dont la moitié juste le cheptel bovin).
Message automatiquement fusionné :

Donc on peut difficilement demander à quelqu'un de ne plus manger de bananes ou de chocolat car ça a un coup psychologique, par contre demander à la planète de manger végétalien ça peut être envisageable ?

Tu compares deux choses qui ne sont pas égales.
Il y a entre 250 et 600 milliards d'animaux tués chaque année pour l'alimentation humaine.
Manger quelques bananes et cacao importés, n'aura pas de grande conséquence pour la planète et les animaux. Alors que continuer à manger les animaux ont des conséquences néfastes pour la planète et les animaux concernés.

La motivation principale, de manière générale, qui pousse un individu à être végétalien est majoritairement pour les animaux d'élevage et non pour la planète. (même si indirectement, il se trouve que la planète s'en trouverait bien mieux).

Ensuite, le végétalisme, est un choix individuel que tu peux effectuer assez rapidement alors que changer toute l'urbanisation/transport/supprimer les voitures à essences de la circulation/changer les modèles énergétiques etc, ne dépend pas de toi mais du système entier.

De même, pour atteindre la neutralité carbonne, il faudrait diviser par 5 nos émissions de GES, donc le transport à lui tout seul, ne peut pas suffire.
 
Dernière édition:

Lulu_G

Jeune bulbe
Inscrit
22/8/22
Messages
24
Score de réaction
11
Localité
Reims
Ton article date de 2005, j'ai retrouvé un article plus récent qui confirme les dires de Janco.


23% pour l'agriculture/élevage (dont la moitié juste le cheptel bovin).
Message automatiquement fusionné :



Tu compares deux choses qui ne sont pas égales.
Il y a entre 250 et 600 milliards d'animaux tués chaque année pour l'alimentation humaine.
Manger quelques bananes et cacao importés, n'aura pas de grande conséquence pour la planète et les animaux. Alors que continuer à manger les animaux ont des conséquences néfastes pour la planète et les animaux concernés.

La motivation principale, de manière générale, qui pousse un individu à être végétalien est majoritairement pour les animaux d'élevage et non pour la planète. (même si indirectement, il se trouve que la planète s'en trouverait bien mieux).

Ensuite, le végétalisme, est un choix individuel que tu peux effectuer assez rapidement alors que changer toute l'urbanisation/transport/supprimer les voitures à essences de la circulation/changer les modèles énergétiques etc, ne dépend pas de toi mais du système entier.

De même, pour atteindre la neutralité carbonne, il faudrait diviser par 5 nos émissions de GES, donc le transport à lui tout seul, ne peut pas suffire.

Les moindres petits gestes ont un impact énorme, donc si demain les gens décident que la voiture n'est plus nécessaire, et les jets privés non plus, ça aura un gros changement immédiatement..
En revanche, l'industrie de la viande ne laissera pas les gens si facilement arrêter, il y aura des campagnes de pub disant qu'il faut manger de la viande, que les enfants ont besoin de lait, que des gens meurent du veganisme...

Je rejoint à 200% la cause vegan croit moi bien, et j'essaie et essaierai toujours d'y faire adhérer autant de gens que possible.
Mais le gap me semble trop grand, infranchissable, alors que je trouve que se battre pour montrer que la vie sans voiture est possible (ça me semble seulement, c'est subjectif) plus simple.

Aujourd'hui on est dans une mode de "passer à la voiture électrique", "prenez les transports en commun" donc les gens n'ont qu'à faire le pas. Alors qu'à côté de ça, quand je vais voir mon coach pour lui dire que je passe végétalienne, il me dit que je pourrais plus faire de sport parce que j'aurai pas assez d'apport. Et quand je vais voir mon gynéco parce que je me sens faible pendant mes règles, avec de réfléchir à l'endométriose il me dit que je devrai manger de la viande rouge...

Ces raisons me poussent à croire qu'il sera plus simple de changer de mode de transport que de régime alimentaire pour une grande partie de la population.

Quand au sujet de ton article, je veux bien accepter tes chiffres, mais dans "GES liés à l'élevage" il y a une partie non négligeable lié au transport, puisqu'il fait pousser du maïs, du blé et autres céréales en Afrique ou en Asie, on les fait venir jusqu'à nous pour nourrir les cochons et les boeufs. Puis on distribuent en grande surface, et là les consommateurs prennent encore leur voiture pour aller les acheter.
Donc apprendre à manger local (pour réduire les transport), en s'assurant que la viande qu'ils mangent a manger local, c'est éviter une grosse partie du transport.
Aller à pied chez le boucher au lieu de prendre la voiture pour aller à Leclerc, c'est un plus aussi.
Et quand la viande aura triplé de prix parce que les gens deviennent exigeant ou parce que les lois écologistes sont appliquées, alors les gens consommeront moins de viande, ce qui découlera bien d'une modification de base du transport et du manger local. Mais je pense qu'à part les "illuminés" qui mangent vege pour la cause ou pour la planète, peu le feront de manière spontanée.
Combien de mes copines j'entends dire "j'adore les animaux, alors je mange pas de bébés" (comprendre veaux, marcassin, nuggets...) Quelle stupidité de dire ça.

Ensuite dans les GES liés à l'élevage et l'agriculture, on a aussi bien sûr la déforestation, qui devrait être considérée comme un crime contre l'humanité, mais ça tout le monde s'en fout, la preuve, on ouvre le journal pour trouver "X hectares de forêts brûlés cet été, c'est tellement malheureux" alors que ce n'est rien apr rapport à ce que l'homme abat volontairement depuis des décennies.

Tout ça pour dire, je suis convaincue que le transport pollue bien plus qu'annoncé, puisqu'il faut aussi créés des autoroutes, des aéroports, des gares, mettre le wifi dans le train et des aires d'autoroutes avec spa et jacuzzi.
Mais la cause animale est plus sensible car ils paient de la débilité des hommes.

Il n'y a pas de hiérarchie des luttes, il faut avancer de front, voilà mon avis !

(En tout cas merci pour ton article, je l'ajoute à mes articles utiles, j'aime être retranché dans mes idées comme tu le fais, voilà longtemps que je n'avais pas eu de discussion comme celle ci)
 

James64

Mange de la salade
Inscrit
14/11/17
Messages
399
Score de réaction
55
Les moindres petits gestes ont un impact énorme
En effet, mais là on parle de quelques kilos de CO2 émis pour quelques chocolats/bananes à l'année et d'une tonne en moins si l'on passe à une alimentation végétale. L'impact n'est clairement pas du même ordre de grandeur.

Quelqu'un qui n'est pas trop sensible à la cause animale mais "juste" sensible à la cause environementale/réchauffement climatique, n'a pas besoin de passer à une alimentation vegétalienne, une alimentation flexitarienne lui permettra déjà de diminuer concidérablement ces émissions de CO2 dans le secteur de l'alimentation.

Aujourd'hui on est dans une mode de "passer à la voiture électrique", "prenez les transports en commun" donc les gens n'ont qu'à faire le pas

C'est loin d'être aussi simple. Certains selon leurs situations peuvent peut-être sauter le pas mais pour une bonne partie cela resterait très compliqué, voir impossible. Perso, j'habite dans une région, où il y a pas mal de collines, où les bus les plus proches sont assez loins, lieu de travail très compliqué d'atteindre avec les transports en commun, voiture peut être utilisée professionnelement plusieurs fois dans la journée avec des timing sérés selon les métiers (par exemple accompagner plusieurs personnes agées à domicile durant la journée), comment amener les enfants à la crêche quand celle ci n'est pas à côté? Revenir avec ton enfant + tous tes sacs de courses quand ton supermarché/épicerie se trouve loin etc Concernant la voiture électrique ce n'est pas encore au point pour tout le monde, les gens qui vivent par exemple dans des appartements ne pourront pas forcément recharger leurs voitures, les bornes de recharges ne sont pas forcément dispo dans ton super marché (et encore moins si tout le monde devait passer à l'électrique d'un coup).

Pour plein de situations donc, le pas ne pourrait être sauté que si la société/le système change dans sa globalité.
 
Dernière édition:

screugneugneu

Mange de la salade
Inscrit
23/10/19
Messages
311
Score de réaction
233
Le tout électrique en transport n'est pas non plus plus une solution viable comme le rappelle Tigresse.

Sinon, pourquoi pourquoi vous faites une compétition à la highlander entre local et végétalisme ? Déjà c'est pas du tout incompatible et j'avais plutôt l'impression que les véganes font quand un peu attention à comment ils consomment même si pour beaucoup la motivation première c'est les animaux. Et ensuite, s'il y a une chose sur laquelle toutes les études et les rapports, même quand ils se contredisent, s'accordent pour la planète, c'est que la solution ne viendra pas de l'action sur un seul levier mais sur une combinaison de leviers.
 

Gegelevege

Broute de l'herbe
Inscrit
24/6/22
Messages
137
Score de réaction
65
Localité
France
Et l'industrie du textile on en parle ?

Les personnes surconsomment les vêtements de nos jours, avec la fast fashion, alors qu'on pourrait avoir une philosophie de vie plus minimaliste, et se fournir avec de l'occasion, ce qui en plus évitera le gaspillage, et permettra à certaines personnes de récupérer un peu d'argent, autre chose intéressante le zero déchet vous connaissez (je ne fais pas personnellement tout ce que je dis, mais ce sont des idées).

Autre chose d'intéressant :

"En Europe, 4 millions de tonnes de déchets vestimentaires sont jetés par an. Le site d’informations Novethic a résumé l’ampleur du gaspillage vestimentaire avec ces quelques chiffres :

  • 70% des vêtements qui constituent notre garde-robe ne sont pas portés.
  • Chaque année, un Français achète 9kg de vêtements et en donne 3 kg.
  • L’équivalent d’une benne de vêtements est jetée chaque seconde dans le monde."
"Cependant, le gaspillage vestimentaire ne concerne pas seulement les consommateurs mais aussi les marques de mode rapide. En effet, pour que les prix restent abordables, les marques se doivent de produire en masse. Ainsi, les invendus sont stockés mais cela a un coût onéreux : le loyer des entrepôts de stockage et les impôts sur le stockage. Aussi, le recours à l’incinération des invendus est très fréquent. Il est courant que les entreprises elles-mêmes jettent leur production et contribuent au gaspillage vestimentaire."

De plus, les enfants sont exploités, et sont payés une misère quel honte !

D'un point de vue éthique c'est beaucoup mieux, plus respectueux de l'être humain, des animaux(cuirs, ou autres matières animales), de la planète, et du portefeuille...

En bref privilégions l'occasion. Essayons de jouer sur les différentes possibilités disponibles afin de réduire drastiquement la pollution et la souffrance dans ce monde de brutes ...

 
Haut