Le transsexualisme n'est plus une maladie mentale en France

flolalapine

Massacre des légumes
Inscrit
12/8/10
Messages
2 406
Score de réaction
0
Localité
Région Parisienne
Le transsexualisme n'est plus une maladie mentale en France

(AFP) – 12/02/2010

PARIS — Le transsexualisme n'est plus considéré comme une maladie mentale en France, premier pays au monde à sortir le transsexualisme de la liste des affections psychiatriques, par un décret publié mercredi au Journal officiel.

Ce décret du ministère de la Santé supprime "les troubles précoces de l'identité de genre" d'un article du code de la Sécurité sociale relatif aux "affections psychiatriques de longue durée".

Roselyne Bachelot, ministre de la Santé, avait annoncé le 16 mai 2009, à la veille de la journée mondiale de la lutte contre l'homophobie et la transphobie, que le transsexualisme ne serait plus considéré comme une affection psychiatrique en France.

"La France est le premier pays au monde à ne plus considérer le transsexualisme comme pathologie mentale", s'est félicité vendredi auprès de l'AFP Joël Bedos, responsable français au Comité IDAHO (International Day Against Homophobia and transphobia).
Après l'homosexualité, on retire le transsexualisme des maladies mentales :)

On ne peut pas dire que j'apprécie Bachelot, mais pour une fois qu'elle ne fait pas de conneries...
 

Blizzard

Jeune bulbe
Inscrit
6/1/10
Messages
72
Score de réaction
0
Localité
Caen
En effet, nouvelle très positive.
Espérons que ça fasse comme avec la chute du communisme: une réaction en chaîne dans les différents pays jusqu'à ce qu'il n'y en ait quasiment plus (de transphobie)...
 
M

Membre supprimé 15539

Guest
flolalapine":1vhrxiws a dit:
On ne peut pas dire que j'apprécie Bachelot, mais pour une fois qu'elle ne fait pas de conneries...
Oui je suis agréablement surprise.

Il y a tellement de domaines dans laquelle la France est à la traîne... (le végétarisme et la reconnaissance de ses bénéfices sur la santé, pour ne citer qu'un exemple).
 

Gwenn

Avale du tofu
Inscrit
12/12/08
Messages
714
Score de réaction
0
Localité
Toulouse
Site web
lenanig.free.fr
Oui enfin je crois qu'un-e végé-e est quand même dans une position socialement moins complexe/douloureuse qu'un-e trans...

En tout cas je me réjouis fort fort, après toutes les manifs auxquelles j'ai participé ! :YE:
 

Assia

Mange de la salade
Inscrit
8/12/07
Messages
372
Score de réaction
0
Espérons que ne soit pas une manoeuvre sournoise pour arrêter à terme de rembourser les opérations de changement de sexe.

En septembre, Roselyne Bachelot avait assuré que les transsexuels pourraient continuer à être pris en charge par la Sécurité sociale. Ce processus devrait se faire par le classement du transsexualisme comme affection longue durée (ALD) «hors liste» ou comme «maladie orpheline», explique le Comité IDAHO.
http://www.lefigaro.fr/actualite-france ... ntale-.php
 

ada

Avale du tofu
Inscrit
14/6/09
Messages
601
Score de réaction
0
Il fallait bien qu'il y ait un hic quelque part!:/
 

flolalapine

Massacre des légumes
Inscrit
12/8/10
Messages
2 406
Score de réaction
0
Localité
Région Parisienne
Etre reconnu ALD, c'est reconnaître être MALADE (d'une Affection de Longue Durée, comme le SIDA, le diabète, la sclérose en plaques,...). L'ALD prend à 100% les dépenses de santé causées par la maladie en question, mais pas le forfait hospitalier. Sinon on est pris en charge à 65% par la sécu, comme le quidam moyen pour son appendicite, sauf si la chirurgie n'est pas considérée comme thérapeutique, donc non remboursable, comme une plastie mammaire en dehors des cas définis par la sécu (reconstruction post cancer du sein par exemple).
 

Bulle

Mange de la salade
Inscrit
6/8/07
Messages
317
Score de réaction
0
Localité
Toulouse
Site web
rosecitronvg.canalblog.com
Pour avoir eu la circulaire interne à l'assurance maladie entre les mains lors du stage que je viens de finir, je suis rassurée quant à la continuité de la prise en charge à 100% : les directives de la sécu sont très claires : le classement se fera bien en ALD hors liste, et permettra donc le remboursement des traitements et opérations pendant toute la durée du protocole de réassignation.

Le seul point d'ombre à mon avis se situe au niveau de l'après-opération. la circulaire dit qu'il faudra voir au cas par cas si la personne necessite encore un traitement long et couteux. Vous me direz, que c'est le cas pour la majorité des personne trans' qui sont sous hormones à vie.
Mais seulement, le caractère couteux d'un traitement est défini par une autre circulaire de la sécu qui précise que pour être qualifié de couteux, un traitement doit rassembler au moins 3 critères sur les 5 suivants :
- traitement médicamenteux régulier
- bilan bio réguliers
- soins paramédicaux
- hospitalisation
- appareillage
Le souci, c'est que après l'opération, les personnes trans' n'ont que 2 critères sur les 5 (les médoc et les bilans bio), elles retomberons donc dans le droit commun, ce qui ne sera j'espère pas un souci pour la majorité d'entre elle (grâce aux mutuelles ou à la CMU complémentaires). S'il y a des personnes lésées, ça sera celles qui n'ont pas de mutuelles.
Après, je trouve que, finalement, c'est une bonne chose de revenir dans le droit commun à la fin du parcours, car, symboliquement, ça veut aussi dire qu'ils/elles ne sont pas malades, c'est plutôt positifs dans l'esprit...

Autre point interessant de la circulaire, elle annonce que la Haute autorité de santé va créer un nouveau protocole de prise en charge (rappel de l'actuel : 2 ans de suivi psy, puis 1 an d'hormones, puis "droit" à l'opération). j'espère que les personnes concernées et les asso seront associées à la création de ce protocole...

Si cela vous interesse, la circulaire est en ligne sur le site le syndrome de benjamin
 

Lesboseparatiste

Jeune bulbe
Inscrit
27/9/10
Messages
27
Score de réaction
0
Moi c'est pas la déclassification des maladies mentales qui me dérange, au contraire de toutes façons.
Mais c'est la propagande queer, ultra libérale, faisant les choux gras du trafic des êtres humains et directement sponsorisée par cette "industrie", car nous bombardant de porno qu'ILS osent appeler féministe, tout comme de stars du porno hétéro se prétendant lesbiennes, quand c'est pas les mecs qui se prétendent lesbiens n'est-ce pas, martelant l'adoration du pénis et des masculinités (ou du modèle pute pour les filles), et incitant les personnes à changer de sexe, à adopter des rôles stéréotypés misogynes.

En un mot le matraquage queer bénéficiant d'énormément de pognon et de la bénédiction des gouvernements (alors que les lesbiennes ont toujours été pauvres et pas spécialement aidées) a incité les jeunes lesbiennes, ne se reconnaissant pas dans le modèle poupée Barbie en portes-jarretelles et godage obligatoire dont on les matraquait, à plutôt passer de l'autre coté de l'oppression et envier la position dominante du mâle véhiculé également par la culture queer (objectification des femmes, adoration du pénis, mixité obligatoire), en se glissant dans les changements corporels et la perfomance de genres préconisés par les queers.

Bref beaucoup de FTM ne sont en fait que des lesbiennes mal dans leur peau, n'ayant aucun modèle de lesbiennes fortes sous les yeux - eh oui forcément, les vraies lesbiennes n'ont plus un seul lieu non-mixte où se réunir ni aucun magazine - et ces lesbiennes candidates au changement de sexe sont pour beaucoup victimes du retour en arrière que représente ce mouvement pour la libération des lesbiennes !

Un mouvement qui s'appelle lui-même anti-féminisme et qui est foncièrement anti-femmes et anti-lesbiennes.

Voir Sheila Jeffreys, qui a étudié pendant des années la politique queer : "Débander la politique Queer" et nombre de lesbiennes féministes historiques qui ont compris les dangers de cette pousse à la transsexualité.

A croire qu'il y a plus de transsexuels maintenant que d'homosexuels, je trouve cela un peu bizarre.

Par ailleurs, beaucoup d'hommes, dont certains pas du tout trans mais hétéros et pas du tout sous hormones ou chirurgie, se sont proclamés transgenres femmes et ont spécifiquement ciblé et exigé de pouvoir "pénétré" des lieux construits par et pour des femmes/lesbiennes comme le Michigan Womyn's Music Festival ou des centres de crises contre le viol, en tant que derniers bastions lesbiens séparatistes dont les queers et les hommes donc étaient évincés, et devant le refus opposé, ils ont attaqué en justice pour sexisme et transphobie et ont réussi à faire fermer des centres de crise contre le viol tenus par des lesbiennes pour aider des lesbiennes.

Ils ont aussi établi un camp qui s'appelle Camp Trans, juste à coté du Festival de Musiques de Femmes du Michigan, dont le seul but est de protester jusqu'à ce que les Festival de lesbiennes devienne perméable aux hommes transgenres, soit un festival comme un autre ou qu'il disparaisse.
Et quand on sait à quel point les lesbiennes prolétaires qui ont créé ce festival qui est donc un festival privé, ont acheté la Terre, se sont organisées et battues depuis plus de 35 ans pour voir leur rêve se concrétiser, à quelle point les 8000 lesbiennes qui y participent et se saignent pour venir du monde entier, verraient comme un cauchemar le fait d'y rencontrer des "transgenres", des hommes, ou des hommes se prétendant femmes et également des femmes se prétendant hommes, les queers ont fait du beau travail.

Actuellement en Angleterre, aucun lieu commercial lesbien ne pourra désormais refuser l'entrée aux hommes (et croyez-moi que devant les entrées des boites lesbiennes ce sont des hétéros voyeurs et machos qui veulent entrer), tant mieux d'un coté ça éveillera peut-être les lesbiennes à se réunir de façon associative, ou alors elles seront opprimées, l'oppression rentrera un peu plus dans leurs cervelles et elles seront forcées de supporter les hommes dans leurs lieux de rencontre à elles, donc d'être matées, draguées, suivies, battues même car il y a des bagarres en boites, forcées de supporter que les hommes s'imposent, d'y apercevoir des anciens violeurs, des ex-petits copains de leur amante fous de jalousie, etc, etc...

Actuellement au Canada il est question d'autoriser à mettre l'identité sexuelle que l'on veut sur sa carte d'identité. Cool ? C'est comme les lois sur la parité, c'est pas parce qu'il ne faut pas de discrimination que les femmes ne continuent pas à l'être sur la place de travail et dans la propriété de l'économie.

Par contre, ça présage de sacrés discriminations contre les femmes, et des procès pour sexisme contre elles spécifiquement et des attaques en règle contre ce qu'elles pourront construire ensemble, comme cela l'a toujours été de la part du patriarcat.

Imaginez un homme se travestissant - ou pas d'ailleurs - en femme, mais ayant sa carte d'identité et tous ses papiers, son nom même au féminin et qui pourra allègrement avoir accès aux femmes à leur insu et contre la volonté de ces dernières, qui pourra s'inscrire dans des listes confidentielles réservées aux femmes, aller à des meetings de femmes ou de lesbiennes, y rentrer, voter, faire un procès s'il est mis dehors.
Voire même sortir un revolver de dessous ses vêtements, une fois qu'il est à l'intérieur, et faire un carnage.

Et même si les femmes se méfieront et perdront cette confiance spontanée qui existe quand elles savent qu'elles sont entre femmes, cela veut encore dire que les hommes auront gagné, qu'ils auront réussi à faire régner la terreur y compris entre elles et dans leurs derniers retranchements.

Les lesbiennes séparatistes ne s'opposent à aucun changement de sexe, mais s'opposent à ce qu'on leur impose ces changements comme ne faisant aucune différence, ou à ce que des hommes cools se disant lesbiens rentrent dans leurs lieux et sur leurs Terres, ce serait un énorme retour en arrière obscurantiste et oppressif, pas cool du tout.
Les partisans de la mixité obligatoire, des changements de sexe et du porno, ont toutes les autres femmes et tout le reste du monde, non ?
 
A

Anonymous

Guest
Hein ?!

Je traduis : tu nous prétends que les transsexuels mecs sont en fait des lesbiennes tombées sous le poids du système misogyne ?

Qu'on soit clair. Je ne vais pas te dire que nous vivons dans un monde génial pour les filles. Je suis une pure féministe, et c'est devenu très rare. Mais là tu nous fais un gloubiboulga sans queue ni tête, mélangeant tout et n'importe quoi.

L'identité sexuelle n'a rien à voir avec les préférences amoureuses.

Exemple : prenons une transsexuelle. A la base, elle était monsieur et couchait avec des filles. Elle change de sexe et devient madame en continuant de coucher avec des filles. C'est une transsexuelle lesbienne.
Prenons en une autre qui elle était gay avant sa transformation. Après elle continue de coucher avec des garçons. Elle a une sexualité hétérosexuelle.

Cette simplification extrême ne prend pas en compte une chose simple : peu de transsexuels changent vraiment de sexe.

Ensuite je ne sais pas où diable tu es allée chercher tes idées sur le fait qu'il y aurait plus de trans que de lesbiennes, car c'est faux. De mémoire, il doit y avoir 4% de gays, 3% de lesbiennes, et 0,01% de trans. (chiffres que m'avait donné une assoc LGBT, à affiner)

Je ne sais pas non plus où tu vois des films "lesbiens" avec des trans... :mmm: Sur le fait que le porno est fait par des mecs pour des mecs, oui bien sûr, c'est pour ça que les "lesbiennes" de ces films ne sont pas extras. Cela dit, après avoir regardé un porno fait par une lesbienne avec de vraies lesbiennes, je l'ai trouvé bien plus cru que certains clichés de pornos classiques. Et je connais de nombreuses lesbiennes qui s'amusent avec de godes-ceintures (ça m'horripile ce clan de lesbiennes qui veut m'imposer ma sexualité).

Il y a aussi bien plus de transsexuelles que de transsexuels. Mais que font les gays à ne pas se plaindre de tous ces mecs qui n'assument pas leur homosexualité et préfère changer de sexe, devenir une fille beurk !

Bref, je crois que tu te trompes d'ennemi... Le problème des lesbiennes n'est pas dû aux trans. C'est dû à un double problème. Une lesbienne est et femme et homosexuelle. Et c'est terriblement dur de défendre le droit des deux.
 

sqoia

Mange de la salade
Inscrit
28/8/10
Messages
367
Score de réaction
0
Site web
www.sqoia.net
@lesboseparatiste : Wouah… Je me demandais si le pseudo « lesbo séparatiste » était à prendre au second degré, mais apparament non :><:

Je ne demande qu'à comprendre et découvrir une pensée que je ne connaissais pas, mais ça à l'air vachement communautariste comme concept, non ? Je me sens exclu :confus:

(Personnellement je pense que l'orientation sexuelle n'est pas quelque chose de très important à part durant quelques phases émotionnelles dans la vie, l'adolescence, la quarantaine… après, dans la vie de tous les jours… vivre en couple du même sexe ou de sexe différent… pas très important, j'ai pas besoin de cette information pour discuter avec quelqu'un. Il faut combattre les discriminations, mais séparer ?)
 

Lesboseparatiste

Jeune bulbe
Inscrit
27/9/10
Messages
27
Score de réaction
0
Bien ne parlons même pas des lesbiennes.

Les femmes qui changent de sexe pour devenir des hommes, qu'elles couchent avec des femmes ou des hommes ou des trans, gravitent en général dans la communauté gay ou queer, ou LGBT ce qui veut dire infiltrée par les propagandes queer.

Comme tu l'as dit la société est très macho et le queerisme est également très anti-femmes.

Toutes les femmes se sont senties mal à l'aise d'être une femme parce que opprimées, obligées à tel code de soumission, code vestimentaire, image classique de la femme, bien avant que les queers n'arrivent sur terre.

C'est comme si tu me disais que les Noirs se sentent à l'aise d'être noirs au milieu de gens ayant des préjugés racistes (et encore les Noirs n'ont que 300 ans d'oppression et de clichés à combattre), bien sûr que non.

Quel Noir n'a pas alors rêvé de se blanchir la peau. Oblige-t-on les Noirs, les Black Pantheres par exemple, qui veulent se retrouver entre eux à joindre des groupes de Blancs ou mixtes, ou bien les ridiculise-t-on parce qu'ils veulent rester entre eux ? La réponse est oui en fait. Mais encore les Noirs ont-ils des Etats entiers en Afrique, cela les sauve, cet exemple les sauve.

Donc ce mal-aise a été combattu avec succès par les femmes fortes, qui ont décidé d'être naturelles et de s'imposer comme elles sont, qui ont découvert l'amour d'elles-mêmes et des autres femmes (amour au sens large, incluant l'amour pour les femmes de la part d'une femme hétérosexuelle), ce qui a souvent passé par une recherche de ce naturel, elles ont souvent adhéré au féminisme, certaines étaient hétéro et beaucoup plus étaient lesbiennes relativement à leur %age dans la société(5 % de la population est lesbienne stricte, 50 % ou plus ont formé les groupes féministes), car les lesbiennes afin de vivre lesbiennes au grand jour et surtout si elles ne sont pas bi et ne peuvent se cacher derrière des relations hétéro-familiales/sexuelles doivent se battre contre les clichés sur les femmes, ce qui leur laisse le temps de gamberger, les femmes violées, abandonnées avec leurs gosses par leur maris ont aussi des motivations pour réfléchir.

Les gays sont des hommes et sont nettement moins féministes que les femmes, beaucoup d'hommes sont bi et occupent des fonctions importantes dans la société, ils battent peut-être leurs femmes et violent leurs gosses, va savoir.
Les gays - comme tous les hommes - ont du mal à se passer des femmes, contrairement aux femmes féministes et aux femmes lesbiennes féministes qui aimeraient bien se passer d'homme et y arrivent très bien.
Le queerisme a infiltré le milieu gay en premier, le FHAR, le seul vrai mouvement gay révolutionnaire en France, a très vite été coulé par la visibilité même qu'il obtenait, car beaucoup d'hommes bi ou gays dans le placard souhaitaient des rencontres sexuelles discrètes et sans liens, et il y a énormément d'hommes bi qui souhaitaient vivre leur sexualité, donc les backrooms, les saunas, où on y prostituait de jeunes hommes.. ont été créés pour eux et ont pu être créés pour eux tout comme les bars, des quartiers entiers, et de fait les gays sont tellement nombreux qu'après tout ils ont leur monde. Les milieux de la prostitution (en général) et du porno (en général) ne sont que la même industrie, gay ou pas, queer ou pas, leurs intérêts sont les mêmes, faire de l'argent en utilisant les clichés sexuels et le pognon des hommes.

Je sais que les trans, c'est 0,025 % de la population et pourtant la première chose qu'on met en avant ce sont leur image, ou du moins leurs droits.
Pour le porno, va sur n'importe quelle site queer, ça va te sauter à la figure, tu n'auras que l'embarras du choix, ils "sautent" même des chiens, et si tu ne me crois pas, fais une recherche avec Buck Angel, regarde comment IL est encensé pour être UNE butch cool et queer dans les milieux pseudo-féministes queer (tiens vas même sur http://www.tassedethe.com, un site qui n'avait rien de queer il y a 5 ans et qui est 100 % lesbien, Buck Angel y est en bonne place dans les lesbiennes butch FTM célèbres, il y a de quoi se tordre de rire si ce n'était si triste). Buck Angel était une femme, il s'est fait transformer le haut on va dire en mec, a gardé entre les jambes son sexe féminin et se fait empapaouter, y compris avec des chiens, il fait du porno et le vend, y-a-t-il un maquereau au dessus de lui pour arriver à une misère pareille, j'en sais rien mais je pense que oui. Trouve son site de vente de porno et tu verras qui dit vrai et qui intoxique.

Pour les stars du porno qui sont des prostituées et se prétendent représenter les lesbiennes féministes, et pour la culture du gode, du SM, cherche donc qui sont les deux lesbiennes politiques Wendy Delorme (prostituée ayant commençé le SM avec des mecs dès 15 ans et avec qui tu peux coucher sans autre à condition qu'elle te filme, et qui s'est par exemple enfilé une pomme dans le vagin en public lors d'un festival Cineffable dont 50 % de la programmation est queer soit porno et trans actuellement) et Marie-Hélène Bourcier, universitaire enseignante militante promotrice du porn-festival dont la thèse sur la multiplication des godes lors des orgies avec action à la clé a été payée par l'Etat français, et ne me dis pas qu'il y a pas de films trans, le premier à être programmé l'an dernier en séance d'ouverture de Cinéffable qui était auparavant un festival féministe pour les lesbiennes féministes et le seul rassemblement qu'il leur reste en France, c'était Ghosted de Monika Treut, un film d'amourette décousu entre une bi et une trans où une des "femmes", la blonde, est tellement à l'évidence un homme déguisé, trans ou pas, non seulement dans le physique sous le fard mais aussi dans les manières de faire, etc.. que plein de lesbiennes ont été choquées et ont quitté la salle avant la fin. Les deux derniers jours sur 4 ne sont presque que cela et tous les ateliers d'expos ne sont que cela aussi, du pervers revendiqué, du porno, de la bite en concentré.

Actuellement on ne donne pas les outils pour combattre ce mal-aise d'être une femme.
On va dire que les trans sont pour beaucoup, et là je parle surtout des FTM, influencés par les queers. Les autres, les MTF ont toujours existé.

Ensuite quand tu me parles d'un mec qui baise une femme, donc qui emploie toute la violence hétérosexuelle pour cela, puis qui change de sexe et... Au fait, il fait quoi après ? Il fait l'amour avec des femmes et il a l'amour des femmes en général et une quelconque expérience de ce qu'est la sexualité et l'amour lesbien ?
Pas plus qu'un homme hétéro n'est une lesbienne ! Il faut rire où ?
Tu rêves, premièrement il ne trouvera éventuellement que des bisexuelles pour faire des calins avec lui. Aucune lesbienne !
Ah oui, évidemment, sauf s'il a pas changé de sexe encore, ni pris d'hormones (ben oui parce que la libido chez un mâle après, y'a plus rien), dans ce cas il trouvera sans doute toujours une hétéro ou une bi.
Et encore une fois, pas une lesbienne. Les transsexuelles ne seront jamais des amantes potentielles pour les lesbiennes, même pour les pas féministes !

Donc non les transsexuelles lesbiennes n'existent pas, les seules qui se font passer pour, sont des couples de 2 transsexuelles opérées MTF...
Et elles n'ont aucune expérience de ce que c'est que d'être une femme, elles veulent et se sentent être des femmes, mais tu comprends, c'est leur définition, leurs sensations, les autres continuent de les percevoir comme hommes d'un peu plus près ou comme non-femmes.
De plus leur perception de tout un tas de choses, leur façon de réagir n'est pas celles des femmes même les plus masculines ou les plus féminines, leur perception de l'oppression peut se rapprocher de celles des femmes mais c'est tout et c'est impossible de les sentir femmes, cette connexion qui se fait entre femmes (je parle pas de celle entre femmes et hommes, gays) quelque soit d'ailleurs leur sexualité ne se fait pas entre femmes nées femmes et MTF.
Et c'est sûr que c'est triste pour elles et que leurs droits d'être trans doivent être respectés, mais pourquoi demander à des femmes d'assumer et de valider leur propre estimation de ce qu'elles sont contre l'intime perception qu'en ont les autres.
Pourquoi s'imposer comme des femmes, quand les femmes ne le sentent pas du tout ainsi.

Ne parlons même pas des trans qui ne changent pas de sexe, je suis très peinée des chirurgies mais croyez-moi, un ou une trans qui se sent vraiment de l'autre sexe, il fait tout pour se faire charcuter...

Et il y a là un quiproquo, tout le monde peut se sentir peu ou prou l'autre sexe, selon sa propre vision, ses clichés, la réalité, on peut toutes et tous s'imaginer en rêve changer de sexe, les bisexuelles ressentent peut-être moins bien que les lesbiennes la réalité des différences de sexe et se sentent à l'aise avec les deux sexes, mais pas certaines lesbiennes.

OK que les bi restent en mixité, cool, sans sexe identifié, tant mieux pour eux et elles. La mixité est déjà partout y compris dans le milieu féministe et le lit des femmes.

Par contre beaucoup de femmes et de lesbiennes ne souhaitent pas que des trans s'imposent ni des hommes dégenrés dans leurs espaces non-mixtes et elles ne les ressentent ni comme femmes ni comme lesbiennes. Point-barre. Sinon autant gommer de suite les lesbiennes et dire qu'une lesbienne n'existe pas, qu'elles ne peuvent même pas se nommer, qu'il n'y a plus de différence entre un homme coupé ou non qui baise avec une femme et elles.

Faut peut-être redescendre sur terre. Les lesbiennes sont déjà opprimées, elles n'ont pas envie qu'on leur vole leur identité de femmes et de lesbiennes, les LESBIENS "non-coupés" et sûrement en train de bander ne sont pas nouveaux, c'était des mecs qui disaient, et alors moi aussi je suis lesbien (petit sourire grivois), je peux entrer ?
 

jipi

Jeune bulbe
Inscrit
15/10/09
Messages
68
Score de réaction
0
Localité
Montréal
écoute, moi je te lis et, d'une part, gentiment, je te recommande de faire plus court car tes articles, quoique intéressants, partent dans tous les sens : si je veux y réponde, j'ai l'impression de devoir le faire en écrivant un chapitre de livre. j'aimerais participer à la discussion, mais je me sens noyé par la longueur de tes posts, hihi! bon, une petite remarque qui n'implique que moi, là, fais-en ce que tu veux

Lesboseparatiste":1d1m4d6g a dit:
Les gays sont des hommes et sont nettement moins féministes que les femmes, beaucoup d'hommes sont bi et occupent des fonctions importantes dans la société, ils battent peut-être leurs femmes et violent leurs gosses, va savoir.
Les gays - comme tous les hommes - ont du mal à se passer des femmes, contrairement aux femmes féministes et aux femmes lesbiennes féministes qui aimeraient bien se passer d'homme et y arrivent très bien.
bon. tu le comprends comme tu veux, mais je me considère féministe. pour plusieurs, c'est une "cause" sociale à embrasser. les groupes féministes auxquels je participe sont constitués de femmes en majorité, bien entendu, mais également d'hommes qui veulent en apprendre davantage et qui, c'est surtout mon cas, veulent tenter de cesser de reproduire les schémas de domination qui sont intégrés à notre culture (du genre parler plus en réunion, plus fort, résumer l'opinion des femmes à une seule voix, etc.)

aussi, les bi qui occupent des fonctions importantes dans la société (je vois pas où est le mal, d'ailleurs, et j'aimerais préciser qu'au québec, il y a plus de femmes, beaucoup plus même, à l'université et que les rôles de direction sont de plus en plus occupés par des femmes : j'ai environ quatre patrons, à des degrés divers, et un seul est mâle, et il est vieux), tu supposes qu'il bat sa femme et viole ses enfants pour diminuer son statut, son orientation sexuelle? sérieusement? tu sors un truc comme ça dans mes réunions féministes et c'est toi qui te fera battre, hehe! c'est une blague là, pour la violence, mais vraiment, c'est si fallacieux comme argument que j'ai sûrement juste pas compris ce que tu as voulu dire, assurément.

j'ai du mal à me passer des femmes? et les femmes, non? je médite là-dessus.

Lesboseparatiste":1d1m4d6g a dit:
Ensuite quand tu me parles d'un mec qui baise une femme, donc qui emploie toute la violence hétérosexuelle pour cela, puis qui change de sexe et... Au fait, il fait quoi après ? Il fait l'amour avec des femmes et il a l'amour des femmes en général ?
heu, là, je suis franchement offusqué. excuse-moi, mais j'ai vraiment, vraiment, vraiment pas l'impression de faire violence à qui que ce soit en faisant l'amour. et c'est toi qui emploie le mot "baiser". je sais pas ce que tu as connu, mais vraiment, tu dis n'importe quoi, en tout respect. cette métaphore de la pénétration qui viole le territoire féminin, à d'autres. moi, c'est le respect mur à mur. et, d'ailleurs, tu crois que ça n'existe pas les pressions sur les gars pendant l'acte? moi, ici, je ne contrôle pas tout, et la dame prend les commandes bien souvent. elle comme moi ne sommes pas passifs ou actifs, nous sommes, simplement. je le redis, je suis offusqué. sans m'énerver, je dis que j'en ai un peu soupé de me faire jeter au visage par des gens que je suis foncièrement un être violent à l'égard des femmes, alors que je cherche justement à déconstruire ces mécanismes du masculinisme qui sont inconscients, bien souvent : donc, pour ce qui est de la partie consciente, je crois me débrouiller très bien. éventuellement, j'aimerais pouvoir être quelque chose qui vient de moi, de mes choix, au lieu d'être un truc qui m'est imposé par mon sexe.

bon, désolé du ton un peu échauffé, mais je répète, je suis pas énervé, juste un peu irrité par plusieurs a priori sexistes. bon, ceci dit, je perçois à l'horizon des discussions intéressantes!

;)
 
A

Anonymous

Guest
De la part d'une lesbienne, je te trouve très... homophobe, c'est un comble. Donc pour toi un gay est forcément macho ?

Et oh, debout ! Il y a des hétéros machos, il y a des homos machos. Il y a des hétéros féministes et des homos féministes. C'est quoi cette généralisation à deux centimes ?

Tu nous refais la guerre des sexes à l'envers, je ne mange pas de ce pain là. Ce n'est pas parce qu'une lesbienne ne couche pas avec des mecs qu'elle doit tous les haïr ! Heureusement, à part toi, je n'en ai jamais rencontrées qui me tiennent un discours aussi abscons.

Merci aussi pour ton discours dégoulinant de haine envers les bisexuels, les hommes étant de potentiels maris violents, et les filles, juste bonnes à assouvir les fantasmes bizarres de mecs ne comprenant pas le mot lesbienne.

Ensuite quand tu me parles d'un mec qui baise une femme, donc qui emploie toute la violence hétérosexuelle pour cela, puis qui change de sexe et... Au fait, il fait quoi après ? Il fait l'amour avec des femmes et il a l'amour des femmes en général et une quelconque expérience de ce qu'est la sexualité et l'amour lesbien ?
Pas plus qu'un homme hétéro n'est une lesbienne ! Il faut rire où ?
Le choix de tes mots est d'une violence assez inouïe. Heu et en quoi être hétérosexuel est violent ? Tu vis sur une autre planète là !
Ensuite je pense que tu me parles d'une transsexuelle. C'est donc une femme qui, ne t'en déplaise, est née dans un corps d'homme. Si elle préfère les filles, elle est lesbienne, quand bien même la nature s'est plantée en lui donnant un chromosome Y.


Tu insistes sur le fait que les transsexuels ne sont que de pauvres malheureuses lesbiennes corrompus par le côté obscur. As-tu seulement parlé à l'un d'entre eux au lieu de raconter n'importe quoi en leur nom ? Que sais-tu de leur souffrance à voir un corps féminin quand ils sont hommes ? Si demain toi, tu te réveillais avec un pénis, alors que tu es une femme, accepterais-tu la chose avec juste un sourire ?

Ton problème est multiple :
- tu refuses de croire que la nature n'est pas parfaite et fait des erreurs.
- tu crois au gros complot gay, oups pardon "queerien" qui méprise par essence les femmes et veut anéantir ce sexe.
- tu vas chercher des infos sur des sites farfelus sur lesquels tu n'as aucun recul.

Sincèrement, arrête la paranoïa. Je connais très bien le milieu gay, le milieu lesbien (ils peuvent se croiser, si si !), un peu le trans. ET d'ordinaire, nous nous battons tous ensemble, pas l'un contre l'autre !
 

Shin

Avale du tofu
Inscrit
3/10/10
Messages
530
Score de réaction
0
Localité
Paris
Je n'ai même pas envie de rebondir sur Lesboséparatiste mais bon... je suis bi, je ne me prétend pas féministe à cause de certains détail qui entoure ce mot qui ne me plait pas, mais je suis le premier à défendre les femmes dès la moindre injustice. Je suis anti-violent, je me considère comme pacifiste, je tend toujours à privilégier la parole explicative face aux insultes et aux coups. Donc tu repasseras le jour ou tu pourras dire de moi que je suis violent. Voilà déjà pour ça.

Ensuite, pour en revenir aux sujet des TRANSEXUELS qui est à mon sens un sujet DIFFERENT de l'HOMOSEXUALITE, j'aimerais savoir une chose car il y a des points qui sont encore embrouillé dans ma tête... D'accord, le transexualisme n'est plus considéré comme une maladie mental, c'est super pour l'intégration en société et un peu moins pour leur statut pour obtenir des dédommagements. Mais par contre, si ces transexuels ne sont plus considéré comme malade mental, on leur admet avoir raison sur le fait que la nature les a "déformé". N'obtiennent-t-ils pas automatiquement alors un statut d'handicapé ou quelque chose du genre, les aidants financièrement pour ce qui concerne les soins?

P.S. : je n'utilise pas le terme "handicapé" de manière péjorative, hein? C'est juste que je ne connais pas trop les termes médicaux concernant les désavantages physique qu'un homme peu présenter, donc j'ai employé celui-ci par défaut, j'espère que vous m'en excuserez...
 

lelfe

Fait crier les carottes
Inscrit
7/7/10
Messages
2 591
Score de réaction
1
Site web
lesquestionscomposent.fr
jipi":2mj4po8p a dit:
Lesboseparatiste":2mj4po8p a dit:
Ensuite quand tu me parles d'un mec qui baise une femme, donc qui emploie toute la violence hétérosexuelle pour cela, puis qui change de sexe et... Au fait, il fait quoi après ? Il fait l'amour avec des femmes et il a l'amour des femmes en général ?
heu, là, je suis franchement offusqué. excuse-moi, mais j'ai vraiment, vraiment, vraiment pas l'impression de faire violence à qui que ce soit en faisant l'amour. et c'est toi qui emploie le mot "baiser". je sais pas ce que tu as connu, mais vraiment, tu dis n'importe quoi, en tout respect. cette métaphore de la pénétration qui viole le territoire féminin, à d'autres. moi, c'est le respect mur à mur. et, d'ailleurs, tu crois que ça n'existe pas les pressions sur les gars pendant l'acte? moi, ici, je ne contrôle pas tout, et la dame prend les commandes bien souvent. elle comme moi ne sommes pas passifs ou actifs, nous sommes, simplement. je le redis, je suis offusqué. sans m'énerver, je dis que j'en ai un peu soupé de me faire jeter au visage par des gens que je suis foncièrement un être violent à l'égard des femmes, alors que je cherche justement à déconstruire ces mécanismes du masculinisme qui sont inconscients, bien souvent : donc, pour ce qui est de la partie consciente, je crois me débrouiller très bien. éventuellement, j'aimerais pouvoir être quelque chose qui vient de moi, de mes choix, au lieu d'être un truc qui m'est imposé par mon sexe.

;)
J'irais même plus loin en disant que "la pénétration qui viole le territoire féminin" est une métaphore sexiste.
J'ai expliqué ça dans un article de mon blog: Des clefs et des serrures
Pour moi, le fait que la pénétration soit perçue comme une violence et un acte de domination est une pensée qui est le produit d'une société machiste.
 

leonbingo

Élève des carottes
Inscrit
12/3/10
Messages
1 046
Score de réaction
0
Localité
Aix en Provence
Site web
www.youtube.com
Tu vas pas me croire : je suis un garçon >:) , j'ai des amis et des patients gays filles et garçons, je n'ai toujours pas frappé, insulté , violé , des personnes gay ; hétéro ; trans ; femmes ; hommes
rayer les mentions inutiles
et j'ai même rencontrer des filles en forme de fées enchantées de partager des moments de tendresses avec moi :)
 

Jezebel

Évéganéliste
Inscrit
12/5/10
Messages
7 204
Score de réaction
30
Localité
Un peu partout dans le monde
Tu me coupes l'herbe sous le pied, Flo ^^.
 

flolalapine

Massacre des légumes
Inscrit
12/8/10
Messages
2 406
Score de réaction
0
Localité
Région Parisienne
Shin":4zjfk926 a dit:
Ensuite, pour en revenir aux sujet des TRANSEXUELS qui est à mon sens un sujet DIFFERENT de l'HOMOSEXUALITE, j'aimerais savoir une chose car il y a des points qui sont encore embrouillé dans ma tête... D'accord, le transexualisme n'est plus considéré comme une maladie mental, c'est super pour l'intégration en société et un peu moins pour leur statut pour obtenir des dédommagements. Mais par contre, si ces transexuels ne sont plus considéré comme malade mental, on leur admet avoir raison sur le fait que la nature les a "déformé". N'obtiennent-t-ils pas automatiquement alors un statut d'handicapé ou quelque chose du genre, les aidants financièrement pour ce qui concerne les soins?
Les soins post chirurgie sont pris au moins à 65% en charge par la sécu + le reste par la mutuelle, il n'y a que ceux qui n'ont pas de mutuelle et qui sont au dessus des seuils de la CMU qui vont devoir payer les 35% restant.
Il est fortement déconseillé en France de ne pas avoir au moins une toute petite mutuelle minimale, sinon en cas d'hospitalisation c'est la catastrophe... Et ça ne va qu'en empirant.
Le point positif, c'est que les trans ne sont considérés comme des malades. C'est un énorme progrès.
 
Haut