Les véganes doivent t-il plaire au carnistes ?

Lapislaz

Broute de l'herbe
Inscrit
1/8/18
Messages
141
Score de réaction
0
Chocogrenouille":29s23nmq a dit:
je vois mal comment une marche pourrait rassembler vgs et carnistes derrière un même mot d'ordre :gné:.

Bonjour chocogrenouille,
Et pourquoi pas ? Sur cette vidéo entre 6.30' et 6:53' je vois l'illustration de pourquoi ça pourrait être possible.
https://www.youtube.com/watch?v=0YeVosH1UuA
Un message porté par un mangeur de viande a peut être même plus d'impact que celui porté par un vegan, parce qu'entre mangeurs de viande il n'y a pas d'énorme fossé.
Pour cette raison je suis personnellement convaincue que les végé devraient se rassembler AVEC les mangeurs de viandes, au moins pour agir sur les points précis évoqués par Ruffin dans la vidéo.
 

jess

Se gave de B12
Inscrit
25/5/07
Messages
5 215
Score de réaction
18
Localité
Ganges / Montpellier
Parce qu'un carniste n'est pas quelqu'un qui mange de la viande, mais quelqu'un qui revendique le fait d'en manger envers et contre tout.
Ruffin n'est pas végétarien, mais ce n'est clairement pas un carniste non plus.
 

Lapislaz

Broute de l'herbe
Inscrit
1/8/18
Messages
141
Score de réaction
0
Voilà pourtant un homme qui s'est déjà sérieusement penché sur la question, il a forcément déjà étudié en profondeur les arguments des vegans, et malgré les constats qu'il a du faire, il affirme qu'il est normal de manger de la viande. Je suis évidemment très loin de vouloir le critiquer, c'est ici un magnifique plaidoyer qui lui fait honneur. Je tentais juste de montrer qu'il y a de la place pour un rassemblement entre mangeurs de viande et végans. Mangeurs de viande = carnistes et omni.
---
Ceux qui revendiquent le fait de manger de la viande envers et contre tout (donc les carnistes).... Et bien qu'est ce qui vous fait dire que ceux là ne peuvent pas adhérer au discours de F. Ruffin ?
 

Plantte

Avale du tofu
Inscrit
14/12/11
Messages
590
Score de réaction
0
jess":e5mu1f3e a dit:
Parce qu'un carniste n'est pas quelqu'un qui mange de la viande, mais quelqu'un qui revendique le fait d'en manger envers et contre tout.
Ruffin n'est pas végétarien, mais ce n'est clairement pas un carniste non plus.
Pourriez-vous un peu précisez (Chocogrenouille ou jess) ce terme carniste que vous utilisez?

J'ai tendance à penser qu'un carniste est une personne dont l'idéologie est le carnisme. Et le carnisme est une idéologie qui, selon l'instigatrice du mot : Mélanie Joy, représente un ensemble de pratique et de croyance qui permettent d'utiliser des animaux à toutes fins qui nous semblent utiles.

Donc, toujours selon Joy :
- l'omnivorisme est l'aspect biologique (il peut digérer...) ou pratique (il mange de "tout")
- le carnisme est l'aspect idéologique (il considère qu'il est acceptable d'un point de vue moral d'utiliser ou tuer des animaux)
 

NicolasJ

Broute de l'herbe
Inscrit
9/11/17
Messages
173
Score de réaction
1
Didichandouidoui vient de publier une excellente illustration de ce qu'un végane cherchant à plaire aux carnistes doit faire pour les séduire:

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=pwyXVyJO65A[/youtube]

Rassemblons les véganes et les carnistes derrière un unique mot d'ordre:
Vive le status quo !
 

James64

Mange de la salade
Inscrit
14/11/17
Messages
363
Score de réaction
32
[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=sxm1XhTSH2s[/youtube]

J'ai regardé, il n y a pas longtemps une vidéo de la fondatrice de L269 life qui avait un tout autre discours de celui de Didi.

Le discours de Didi sous entend que tout le monde a un bon fond et qu'on se tournera tous donc avec le temps vers un régime végétalien.

Par-contre, celui de Tiphaine Lagarde, comme pour les autres causes passées, pense que l'usage de la violence peut-être nécessaire pour faire avancer la cause animale là où Didi pense qu'elle ne la ferait que régresser.

Ce que je pense, c'est qu'un animal libre n'aurait pas hésité à se defendre/utiliser de la violence pour se défendre de son oppresseur. Tandis que les animaux des élevages sont tellement conditionnés depuis la naissance qu'ils ne se défendent pas ou très peu. Je pense que à leurs place, on serait probablement comme eux, résignés. Si des humains étaient à la place des animaux, est-ce que l'usage de la violence serait admis pour libérer ces humains ? je pense que tout le monde dirait que oui. Par contre avec les animaux, comme ils n'ont pas encore beaucoup de valeurs aux yeux des humains, alors l'usage de la violence pour les défendre n'est pas admis/considéré comme étant extrême.

Mais plus la tendance végétalienne sera importante et - les végétaliens feront des efforts à être pacifiste pour tenter de séduire les autres.
 

Zigzag

Broute de l'herbe
Inscrit
9/7/18
Messages
213
Score de réaction
35
Je relance un ancien sujet.

J'ai déjà entendu des conseils de carnistes (tu devrais moins culpabiliser, être moins dans la colère, être moins extrémiste...) qui me semblent déplacés. Je ne suis pas là pour dire ce que les gens veulent entendre. Ces carnistes sont totalement extérieurs à la lutte.

Quand on parle d'exploitation animale à des personnes qui consomment des produits animaux, vient forcément un moment où le/la carniste se rend compte que sa consommation pose problème. Il y a donc culpabilisation en soi, quel que soit le degré de tact du/de la militant.e. Ce n'est pas la personne qui milite qui culpabilise, c'est la situation qui est culpabilisante.

Chaque végan a sa manière de militer, mais je ne vois pas pourquoi les végans qui ont tendance à culpabiliser devraient se sentir coupables.
Ou, pour répondre à la question : non, ce n'est pas aux végans de plaire aux carnistes.
 

Watermelon

Se gave de B12
Modératrice Végéweb
Inscrit
14/6/12
Messages
4 675
Score de réaction
168
Localité
Paris
En même temps, une personne qui n'est pas convaincue et qui n'a pas envie de l'être n'est pas la meilleure placée pour te dire comment convaincre. Si cette personne le savais elle serait déjà convaincue.
 

Chribou

Jeune bulbe
Inscrit
3/1/19
Messages
89
Score de réaction
14
Localité
Du Québec
Il y a donc culpabilisation en soi, quel que soit le degré de tact du/de la militant.e. Ce n'est pas la personne qui milite qui culpabilise, c'est la situation qui est culpabilisante.

Personnellement j'ai cette faiblesse de culpabiliser parce que je culpabilise l'autre mais je pourrais aussi me reprogrammer autrement pour être fier d'appeler un chat un chat en assumant pleinement mon acte de culpabilisation lorsque j'essaie de sensibiliser l'autre à toutes les conséquences causées par sa consommation de chair animale ou les pratiques qui en général causent des torts aux autres animaux.
 
Haut