Médias français : Qui possède quoi.

V3nom

Moulin à graines
Inscrit
17/2/12
Messages
10 174
Score de réaction
0
Localité
Tours (37)
J'ai hésité à en faire un simple post dans le fil d'actualité, mais comme c'est une question bien plus importante qu'un soubresaut dans l'histoire des médias, je pense qu'avoir une trace plus facile à retrouver pour la consulter peut-être intéressante.

Voici l'organigramme des plus importants médias français et de leurs conflits d'intérêt, des groupes et grandes fortunes qui les possèdent, et les collusions qui en découlent plus ou moins fatalement... (un peu sur le même style que l'organigramme des grands groupes alimentaires)

http://www.monde-diplomatique.fr/cartes/ppa

Évidemment qu’au sein de ces médias il y a des journalistes qui sont de bonne foi, mais ils ont un poids tout relatif face à leurs patrons et lignes éditoriales eux-même soumis aux idées politiques et convictions de leurs propres grands patrons.

Et quand ton journal est possédé par un fabriquant de béton, un fabriquant de centrales nucléaires ou un trafiquant d'armes, tu peux envisager qu'au delà même du contenu des articles et spots d'info présenté, le choix même des infos présentés seront pas tellement neutres...

La première question à se poser dans une information de média, ce n'est pas de savoir si c'est objectif ou biaisé (je dirais que c'est la 2ème ça), c'est ce qu'on a, en creux, "choisit" de ne pas montrer.
Même quand tu es de bonne foi, quand tu te concentre sur un point, tu tend à rendre le reste invisible, et c'est d'autant plus vrai concernant la télévision et l'opinion publique.

Et cette question d'indépendance ne suffit pas à nous garantir de l'information non biaisée. Radio-France, pourtant service publique, passe son temps à faire de la propagande patronale, alors que depuis le changement du dirigeant, la dernière émission un tant soi peu "éducation populaire" qu'était Là-bas si j'y suis, de Daniel Mermet, a été supprimée.

Et concernant un service public payé par les impôts de tous, avoir de la propagande non neutre, ça fait chier.

Sur cette question, les documentaires de Pierre Carles sont, depuis ses premiers travaux à Strip-Tease en 1994 et 95, une mine d'or de remise en question de ce problème tellement global que tout le monde est aussi concerné qu'il est difficile d'en lever le voile.
 

kob27g

Moulin à graines
Inscrit
12/7/12
Messages
11 119
Score de réaction
9
Dassaut vend des armes, Bouygues contribue au nucléaire.
Ce n'est pas marqué directement sur le graphique.
 

V3nom

Moulin à graines
Inscrit
17/2/12
Messages
10 174
Score de réaction
0
Localité
Tours (37)
Disons que rien n'est caché (wikipedia suffit déjà à retrouver qui se développe dans quel secteur et quels sont les partenaires influents) comme le dit kob, mais les dirigeants ne sont jamais explicitement évoqués quand tu assiste à une présentation journalistique d'un sujet, et encore moins à quoi ils participent également.

Dassault, Lagardère, Bouygues, Bettancourt et compagnie, qui font partie des fameuses 200 familles les plus riches de france (et de très loin), n'ont pas bâtis leurs fortunes uniquement (rarement ?) à la sueur de leur front, elles ont (et aujourd'hui encore) quasiment toutes participé à ce qu'on peut sans retenu appeler de la collaboration, que ce soit durant la 2nd guerre mondiale, tout comme aujourd'hui vis à vis du néo colonialisme toujours caché derrière de nouveaux cache-sexes qui changent de noms "propres" comme la mode...

Et même sans aller évoquer leurs participations à des trucs complètement injustifiables, le simple fait d'être de grosses fortunes ET de grosses entreprises lobbyistes (nucléaire, béton, armes, et plus généralement commerces d'influences géopolitiques) font qu'il est absurde de croire que les journaux qu'elles possèdent auront champ libre pour présenter des sujets qui peuvent porter préjudice à leurs activités ou à celles de leurs "partenaires", actionnaires ou celles de dirigeants/élus/représentants les ayant soutenus. Que ce soit comme je l'ai évoqué, dans le fond et la forme des sujets présentés, comme dans le choix-même des sujets.

Ce n'est pas un hasard si la plupart des sujets évoqués dans le Monde Diplomatique (qui est totalement indépendant car 100% financé par ses lecteurs donateurs), pourtant très intéressants (et traduit dans 37 pays et 20 langues), pertinents et quasiment toujours on ne peut plus d'actualité, ne sont évoqués nulle-part ailleurs en france. Pour la même raison que la visite de Correa et la teneur de sa conférence en france n'a été évoqué que par le Monde Diplo, au mépris de tous les autres médias (avec leurs excuses bidons finement mises en images par Pierre Carles)
 
Haut