Pourquoi n'existe-t-il pas de ferme végétarienne?

Hecatessence

Avale du tofu
Inscrit
19/3/10
Messages
931
Score de réaction
0
Je vois que la situation de la ferme des amis de Ronfil a été évoquée. Bonne nouvelle, les animaux semblent avoir été tous sauvés. Grâce à la solidarité collective et à l'Oeuvre d'Assistance aux Bêtes d'Abattoirs.

Tu connais personnellement la situation Korbak ?
Je suis d'accord avec toi pour l'intérêt de sa démarche, qui n'enlève pas le problème de la traite.
 

savouret

Jeune bulbe
Inscrit
17/11/15
Messages
8
Score de réaction
0
Bonjour, sujet intéressant

Celui ci m'amene à poser une question qui paraitra peut etre ridicule, mais je me lance

Admettons que l'élevage perdure mais que ses finalités se transforment radicalement ( entretien des paysages, fertilisation des terres ) en perpétuant cependant une activité productive "marginale" de produits laitiers, d 'oeufs, de laine )

Comment envisager dans cette configuration la valorisation du travail des éleveurs? (Subventions, dons,achat à prix élevé de leur faible production?°

Autre interrogation qui est j'en conviens peut etre absurde. Si tous les animaux sont maintenus en vie ce qui est souhaitable bien entendu, comment gérer leur "prolifération" et la satisfaction de leurs besoins alimentaires?

Merci d 'avance de m'éclairer
 

Watermelon

Se gave de B12
Modératrice Végéweb
Inscrit
14/6/12
Messages
4 592
Score de réaction
85
Localité
Paris
Gérer leur prolifération… tu veux dire si on passait à un système ou on les laisserait libres de se reproduire par eux-même ? Parce qu'actuellement on contrôle exactement le nombre de naissances. C'est même les éleveurs qui inséminent les vaches.
 

chips

Avale du tofu
à l'ancienne
Inscrit
23/3/15
Messages
816
Score de réaction
19
Pourquoi les vaches prolifèreraient plus que des cerfs ou des bouquetins ?

Quant à valoriser le travail des éleveurs, si une filière entière a besoin d'être subventionnée, qu'en gros elle n'est pas rentable par elle-même, ça veut peut être dire qu'il faut arrêter.

Perso, ça me saoule un peu de payer des impôts pour les éleveurs alors que j'essaie d'être vegan. Il serait temps d'entamer une session de reconversion générale.
 

Taitino

Avale du tofu
Inscrit
12/11/15
Messages
534
Score de réaction
10
Localité
Parthenay, Deux Sevres
D'accord avec chips pour la session de reconversion générale, puisque nous qui sommes végétaliens n'ont aucune possibilité de ne pas payer des impots pour soutenir les éleveurs. Dans mon coin, les droits des éléveurs sont meme bien vus et soutenus par mes voisins (éléveurs..!)mais qui heureusement soutiennent aussi mes droits d'être "different"(eccentrique?). Quant à la question de Savouret, je ne vois pas de problem: si les animaux sont laissés libres sans intervention/exploitation humaine, ils vont simplement continuer à tondre les près et ajouter du fumier pour enricher le sol. Chez nous les voisins laissent qques moutons ou vaches manger dans notre pré de temps en temps pour aider la tonte et fumage. Ainsi, nous aidons les animaux apprendre un peu de liberté avec des humains sympas (c'est dommage que nous ne saurons pas leur communiquer cela!). Notre malheur est de ne savoir pas persuader les voisins à laisser quelques-uns rester en permanence. Je sais que ce probleme est vaste, mais il faut commencer qque-part pour entamer des changements d'idées car ça prendra un bon moment à démanteler le système agricole actuel, meme avec une croissance exponentielle de "fermes végétariennes" (idée pas mal en soi, mais comment y arrive?). Enfin, je ne crois pas que ces animaux laissés en liberté "proliferaient" plus (ou meme autant) que nous les humains, vu les conditions de vie au grand air. Ils ont fait cela pas mal de temps meme AVANT le début des activités agricoles des humains, et comme d'autres espèces "sauvages" ils arriveraient à controller leurs nombres selon les limites de ressources alimentaires accessibles (par contraste avec les humains omnivores qui en semblent incapable, surtout vers les "fêtes" de Noël!
 

savouret

Jeune bulbe
Inscrit
17/11/15
Messages
8
Score de réaction
0
Bonjour merci pour vos réponses qui alimentent ma reflexion
dans le prolongement de mon intervention précédente, que pensez vous de l'élevage familial de poules (excluant leur consommation sous forme de viande? Je sais en ayant parcouru un peu ce forum que la question de la consommation des oeufs produits par ce type " d 'élevage" suscite des divergences chez les membres du forum
Mais , quel est votre point de vue sur leur "utilité" (valorisation des déchets par exemple) ?
Possédez vous quelques poules ou envisager vous de le faire?( la meme question pourrait etre posée pour les cochons dans l'absolu)
merci d 'avance pour vos réponses

je précise que je ne suis pas vegan pour l'instant mais que je m'interesse à cette "philosophie de vie" et que j'ai banni une partie des produits animaux de mon alimentation(viande, produits laitiers), ayant pour horizon de devenir végétalien
 

Watermelon

Se gave de B12
Modératrice Végéweb
Inscrit
14/6/12
Messages
4 592
Score de réaction
85
Localité
Paris
Il y a déjà la question de l'origine de la poule. Il faut bien les faire naître. Que deviennent les mâles ? Il y a souvent plus de femelles que de mâles dans les poulaillers mais il naît autant de mâles que de femelles. Du coup je suppose qu'une partie des mâles doivent être tués s'ils ne sont pas vendus. De plus, même si moi j'achète un poussin à un élevage dans l'idée de laisser l'animal vivre aussi longtemps que possible, j'imagine que d'autres vont acheter dans le même élevage pour tuer leur propres poules. Quelque part, en donnant de l'argent à cet élevage je cautionnerait ce système.

Il reste la question de manger les œufs de poules sauvées d'élevages intensifs. Mais c'est censé être pour aider les animaux, pour leur apporter un refuge. Il ne faudrait pas qu'on en arrive à avoir intérêt que l'élevage intensif continue pour pouvoir manger des œufs en ayant l'illusion de respecter notre éthique.

On en parle dans ce sujet (j'ai pas tout relu, le début est ancien). En dernière page de ce sujet Kindy a posté cet article. L'équipe de traduction affirme que le simple fait de prendre des œufs au poules les incites à pondre plus, ce qui épuiserait leur corps et réduirait leur espérance de vie à la longue, mais je ne sais pas trop où chercher confirmer ou infirmer cette information.
 

savouret

Jeune bulbe
Inscrit
17/11/15
Messages
8
Score de réaction
0
Merci pour votre réponse

pour conclure sur ce ce concept de ferme vegetarienne, bien qu'il ne s'agisse bien sur pas de la panacée pour les "abolitionnistes",j' y adhere personnellement au stade actuel de mon éthique vis à vis des animaux

Je suis cependant dubitatif quant à leur viabilité économique , sachant que l' évolution des mentalités et de notre rapport aux animaux tout de meme indéniable chez certaines catégories de la population pourrait néanmoins infirmer mon hypothèse . En effet l'on pourrait concevoir(meme si c 'est peut etre trop utopique) qu'un nombre croissant de citoyens se préoccupant du sort des animaux soutiennent de diverses manières (dons, visites, acquisitions ) ce type d 'initiative.

Une question probablement un peu absurde perdure dans mon esprit cependant?Si on laisse tous ces animaux finir leur vie "naturellement" et se reproduire de façon à assurer un renouvellement des générations,quel sera l'impact écologique( consommation de terres, production de nourriture déstinée à leur alimentation,etc)?

Voila ou j'en suis de ma reflexion, merci de m'éclairer par rapport aux interrogations que ce message exprime
 

Titesieste

Fait crier les carottes
Inscrit
12/3/15
Messages
2 671
Score de réaction
22
Site web
www.instagram.com
En effet, comme un peu sur tous les sujets, y a jamais de position tranchées. Chacun devrait mener sa propre réflexion. Le véganisme n'est pas quelque chose de dogmatique.

Au sujet des poules, il y a plusieurs données qui me font réfléchir.
1) ceux sont des oiseaux, à ma connaissance les autres oiseaux ne pondent pas des oeufs à tire larigot comme ça sans qu'ils soient fécondés. Je ne sais pas bien comment mais visiblement l'exploitation des poules par les humains les a changé, on peut espérer qu'en cas de libération animale, sur le long terme, les poules reprendraient une ponte normale.
2) Les poules mangent leurs œufs. Si un oeuf casse et qu'une poule du poulailler a la curiosité d'y goûter elle prendra l'habitude de les manger, les autres se mettent rapidement à l'imiter. Donc il n'y a pas de raison de les leur prendre, on peut les casser et leur rendre.
3) Les poules ne pondent pas gracieusement pour les humains.

En cas de fin d'exploitation des animaux, si les poules étaient une espèce animale qui vivait librement, on aurait pas accès aux oeufs. Alors autant s'habituer tout de suite à ne pas considérer cela comme un aliment ?

Dans la situation actuelle, comme Watermelon le dit, acheter des poules encourage et finance une filière d'exploitation de ses animaux.
Mais tant que la situation est comme ça, parfois je me demande ce que je ferai si j'avais un grand jardin, peut être que j’achèterai/essayerai de sauver des poules destinées à l’abattoir pour les sauver et leur donner refuge dans ma jardin, je les laisserai libres et ne mangerai pas leurs oeufs. (vu que désormais pour moi c'est pas de la nourriture)
 

savouret

Jeune bulbe
Inscrit
17/11/15
Messages
8
Score de réaction
0
ok merci pour vos interventions

Pourriez vous cependant me faire part de votre point de vue par rapport a la question exprimée lors de mon dernier message aussi absurde puisse t elle paraitre?

sinon, si l'on concoit que perdure la domestication de certains animaux, (ce qui n'est pas le cas de la plupart d 'entre vous) , tout en éradiquant leur "sacrifice", la solution ne réside t elle pas dans la comjugaison de fermes "végétariennes" et de l' adoption par des particuliers ayant suffisamment d 'espace disponible pour cela? Ceci implique j'en ai bien conscience une profonde évolution des mentalités et une remise en cause de la différenciation radicale à laquelle procéde notre société entre animaux de compagnie bénéficiant de soins croissants et animaux d 'élevage soumis quant à eux à une cruauté poussée à son paroxysme.
 

Adrien

Broute de l'herbe
Inscrit
19/3/16
Messages
117
Score de réaction
0
C'est drôle, j'ai l'impression que ta démarche se résume à chercher des détours compliqués, contraignants et incertains pour continuer à exploiter des animaux qui depuis le début n'ont rien demandés, pour manger des trucs dont on a même pas besoin.

C'est quand même un peu tortueux d'imaginer faire adopter les veaux par des gens normaux pour que leurs mamans produisent du lait pour nous, les humains (et donc plus pour leurs enfants, qu'il faudra du coup supplémenter...).

Et aussi dans le cas des poules heureuses du fonds du jardin, dont les petits frères doivent être écartés puisque "inproductifs". Du coup au lieu de se dire qu'on arrête ça, on cherche plutot un rôle à ce futur coq dans notre société d'humains, pour légitimer l'exploitation?

Tout ça pour quoi ? Pour faire subsister des races d'animaux domestiques fragiles, dépendants des humains, qu'on a sélectionné pour pondre 100 fois plus que la normale des oeufs énormes, pour faire des pisseuses de lait dont les pis sont un danger pour leur survie sans la main de l'homme... des dindes incapables de se tenir debout sans se briser les os... etc... etc...

Je pense plutot que s'il y a un avenir dans une agriculture végétarienne, c'est dans une optique de transition vers le végétalisme/véganisme, et donc l'abolition de l'esclavage, pour offrir une sorte de retraite à des animaux d'élevage qui de toute façon sont là, et dont il faut s'occuper pour le restant de leurs vies.
On peut donc, après avoir fait fermé des élevages, récupérer les rescapés et ouvrir des maisons de retraites où seront pratiqués traites, tontes, relevage d'oeufs dans la limite nécessaire à leur bien-être comme but premier, voyant les productions plutot comme des pertes, dont des humains voient encore un attrait "gustatif".

En tout cas j'ai du mal à envisager une ferme végétarienne comme solution durable et éthique pour les animaux.
 

Gariounette

Mange de la salade
Inscrit
5/10/16
Messages
307
Score de réaction
0
C'était peu être pas nécessaire de répondre à un post vieux de deux ans :p
Mais pour info je monte une ferme végane :)
Je reprend une partie des terre familiales (grande culture + poulaillers) pour faire mon maraichages bio + refuge / sanctuaire, je commence à me rapprocher de l'OABA et j'aimerais bien visiter d'autre refuge pour voir comment ça marche, et à terme de convaincre la famille de faire du 100% bio et végane partout, donc y compris en grande culture, ne plus rien produire qui irait à des animaux exploités :)

Évidement je mise aussi beaucoup sur l'éco-tourisme et faire de la ferme un lieu de convivialité, car pour moi il faut revoir toute l'agriculture en générale, et si autant d'agriculteurs se suicide à cause d'un travail pénible qui ne rapporte pas (l'an dernier sur nos culture de soja par exemple, ça nous à couter plus de 150euros/hectare, oui en agriculture ça nous arrive de bosser un an pour au final vendre moins chère que ce que ça a couter de produire, parce qu'on vend au prix du marché à des coopérative qui fixent les prix...) donc il faut se reconvertir et se diversifier :)
 

RoseBonbon

Jeune bulbe
Inscrit
13/1/17
Messages
73
Score de réaction
0
Site web
monjardinvegan.revolublog.com
Bravo Gaiounette!

Je sais que des fermes sanctuaires existent aux Etats-Unis mais si tu cherches bien en France il doit y en avoir aussi. Regarde déjà les liens en anglais en cherchant "vegan sanctury farm". Je suppose que quand tu dis que tu vas cultiver bio, tu veux dire "bio végan", sans intrants d'origine animale?

Je ne suis pas une professionnelle mais je cultive de façon bio et végane depuis plusieurs années, certains professionnels le font aussi: en Angletterre Iain Tolhurst le fait depuis 40 ans:
https://www.youtube.com/watch?list=PLuF5rKLJ28M2MbUoKezVUetO_lrREpCJb&v=X_eq0V5PBcA

De plus en plus de personnes s'intérrogent sur comment leur nourriture est cultivée ...
Moi, j'ai pris la décision de cultiver ma propre nourriture pour être autonome le plus possible. Mes fruits et légumes sont cultivés de façon pacifique et végane.

:sorciere:
 

Skud

Élève des carottes
Inscrit
20/1/15
Messages
1 343
Score de réaction
2
Gariounette":26bom180 a dit:
Mais pour info je monte une ferme végane :)
Je reprend une partie des terre familiales (grande culture + poulaillers) pour faire mon maraichages bio + refuge / sanctuaire, je commence à me rapprocher de l'OABA et j'aimerais bien visiter d'autre refuge pour voir comment ça marche, et à terme de convaincre la famille de faire du 100% bio et végane partout, donc y compris en grande culture, ne plus rien produire qui irait à des animaux exploités :)

Évidement je mise aussi beaucoup sur l'éco-tourisme et faire de la ferme un lieu de convivialité, car pour moi il faut revoir toute l'agriculture en générale, et si autant d'agriculteurs se suicide à cause d'un travail pénible qui ne rapporte pas (l'an dernier sur nos culture de soja par exemple, ça nous à couter plus de 150euros/hectare, oui en agriculture ça nous arrive de bosser un an pour au final vendre moins chère que ce que ça a couter de produire, parce qu'on vend au prix du marché à des coopérative qui fixent les prix...) donc il faut se reconvertir et se diversifier :)
Jolie projet !

Je t'en conseil deux si tu as l'occasion de les visiter:

- Le petit refuge dans la prairie (du côté de Toulouse): ils misent beaucoup sur les évènements (création de cosmétiques, séances de sports, repas partagés)et l'ouverture afin que les gens viennent se rencontrer et partager autour du refuge. L'entrée du refuge est payante (enfin c'est tout petit), ce qui permet de nourrir tout le petit monde du refuge

- Groin groin (vers le Mans): à la base spécialisé dans les cochons, mais le refuge accueil de nombreux autres animaux finalement ! L'aspect qui pourrait être intéressant c'est qu'ils gèrent bien et ont trouvé un équilibre financier (via la création de nourriture pour cochons il me semble) et le parrainage qui permet d'assurer que les animaux ont a mangé


Enfin après il y en a évidemment pleins d'autres, je te parle de ceux-ci car ce sont ceux que je connais un peu mieux ^^

Bref, le plus important c'est surtout de trouver l'équilibre financier afin que les animaux puisse manquer de rien et je pense que tu peux te nourrir de l’expérience de ces deux refuges, qui ont chacun leurs spécificités (et dont les gérantes sont vraiment sympathiques).

Bon courage en tout cas, il n'y a pas encore assez de refuge en France ! (mais il y en a plein en projet... :pouces: )
 

Gariounette

Mange de la salade
Inscrit
5/10/16
Messages
307
Score de réaction
0
RoseBonbon":53nhjeuw a dit:
Je suppose que quand tu dis que tu vas cultiver bio, tu veux dire "bio végan", sans intrants d'origine animale?
Oui ça évidement. Mais aussi quand je parle de culture végane (cultiver la terre hein là dans le contexte :p) Je parle de produire fruits / légumes / céréales et oléagineux uniquement à destination de la consommation humaine et rien ne sera vendu en coopérative agricole à destination des élevage :)



Si des céréalier deviennent véganes de plus en plus, il n'y aura forcément un facteur limitant pour les élevage. Surtout au niveau des élevages industriel sans pâture complétement dépendants des fourrages et graines importées.
 
Haut