Quand vous étiez omnis...

Zigzag

Broute de l'herbe
Inscrit
9/7/18
Messages
202
Score de réaction
31
Salutations !
A moins de naître dans une famille végan, ce qui est rare, tous les végans et végéta*iens sont d'anciens omnis. Je me posais deux questions à ce sujet :
1. Aimiez-vous la viande/les produits issus de l'exploitation animale ? En consommiez-vous beaucoup ?
2. Aujourd'hui, cette période, et le fait d'avoir mangé de la viande/ des produits issus de l'exploitation animale, sont-ils un tabou ? En avez-vous honte ? En parlez-vous facilement ?

Pour ma part :
1. J'aimais peu le fromage, mais beaucoup la viande, poisson (et sushis!) inclus. J'en consommais beaucoup. Mon cheminement vers le véganisme s'avéra très brut, une semaine de transition et ça y est j'étais végan.
2. Je n'en ai pas vraiment honte, juste un peu de regret que ce ne soit pas arrivé plus tôt (j'avais dix-sept ans). Il ne s'agit pas d'un tabou. Je pense au contraire qu'en parler, c'est montrer aux omnis qu'auparavant je leur étais semblable, que moi qui était très viandarde, je suis facilement devenue végan. Ainsi, ils peuvent s'identifier à moi et se sentir concernés. De manière générale, je trouve que raconter son cheminement vers le véganisme aide le cheminement des autres.
 

Sophie72

Jeune bulbe
Inscrit
23/11/20
Messages
41
Score de réaction
28
Localité
Oise
Bonjour.
Alors pour répondre à tes questions
1) Je n'ai jamais été une grande consommatrice de viande mais j'aimais les bons plats traditionnels qui en comportait. Je voudrais ne plus manger de produits laitiers mais je n'ai réussi qu'à diviser par trois ma consommation. Donc je peux comprendre les réticences , les obstacles à devenir végé.
2) Moi non plus, je n'ai pas honte de cette période mais je me dis que vu que quand j'étais étudiante j'étais presque végétarienne et puis j'ai fait des compromis en me mettant en couple et encore davantage avec les enfants puisqu'on ne m'a jamais dit que ce n'était pas indispensable pour la croissance de manger de la viande, je regrette d'avoir attendu la quarantaine pour vraiment m'y mettre.
 

Nono11

Jeune bulbe
Inscrit
22/2/16
Messages
84
Score de réaction
49
1) Oui je consommais beaucoup de viande, de poisson de fromage et j'adorais ça. Même au ptit dej je mangeais souvent du jambon, du fromage ou sardines en conserve. Et même des produits animaux atypiques tels que des abats, la moelle osseuse ou le lard j'en raffolais. C'est pour ça peut être que je suis moyennement indulgente avec l'excuse du bon goût de la viande x')
2) Non je n'en ais pas du tout honte, je veux dire quand on vit dans une société oú c'est perçu comme quelque chose d'aussi normal, et que nos parents nous éduquent depuis notre plus jeune âge á manger de la viande, tant qu'on est pas majeur je trouve que notre responsabilité est assez limitée. Et tout comme zigzag c'est important je trouve de montrer aux omnis qu'il est possible facilement de devenir végane même avec un passé de viandarde.
 

Carlawn

Jeune bulbe
Inscrit
15/1/21
Messages
26
Score de réaction
29
Localité
Berlin
1) Je n'aimais pas trop la viande rouge, mais j'aimais beaucoup la viande blanche, le poisson et le fromage.
2) Non, ce n'est pas tabou, au moins on ne peut pas me sortir l'argument "tu ne sais pas ce que tu rates" 😅 J'en parle facilement, mais c'est vrai que j'en veux un peu à mes parents de m'avoir nourri n'importe comment (mais je ne pense pas qu'à la viande, mais aussi aux sucres et aux plats industriels). Mais bon dans les années 90, c'était pas encore la mode due faire attention à son alimentation...J'avais une copine qui me disait "moi je pourrais pas me passer de fromage", et moi je lui ai dit "bah c'est ce que je pensais avant aussi, et en fait, j'y arrive très bien".
 

Nono11

Jeune bulbe
Inscrit
22/2/16
Messages
84
Score de réaction
49
J'avais une copine qui me disait "moi je pourrais pas me passer de fromage", et moi je lui ai dit "bah c'est ce que je pensais avant aussi, et en fait, j'y arrive très bien".
Exactement pareil, j'entend tres souvent le "moi je pourrais pas me passer de viande/fromage", mais franchement si j'ai réussi á me passer de viande, je pense que tout le monde peut y arriver haha (du point de vue gustatif hein, pas du point de vue accessibilité/économie).
Non franchement je ne nie pas le fait que la viande a bon goût et il n'est pas nécessaire de nier ça pour ne plus en manger. Apres je dis pas, aujourd'hui la viande me dégoute un peu mais j'imagine que le fait d'imaginer ce qu'il y a derriere + le fait de ne pas en avoir mangé depuis longtemps ça joue. Mais genre les 2 premieres années de végétarisme c'était pas encore le cas.
 

VegCube

Jeune bulbe
Inscrit
23/1/18
Messages
44
Score de réaction
1
1) Je n'ai jamais aimé le fromage, le seul que je "tolérais" c'était le fromage rapé sur les plats genre pizzas, gratins et autres. Je mangeais aussi d'autres produits laitiers (yaourts, lait), mais plus par habitude que par goût.
Pour la viande, quand j'étais chez mes parents j'en mangeais mais pareil j'ai jamais été une grande fan, même si j'appréciais quelques trucs (andouillette, tripes, foie, etc.). Par contre, je n'ai que très rarement cuisiné de la viande moi-même, en général j'en mangeais quand c'était que quelqu'un avait cuisiné ou au resto. J'étais une grande fan de poisson/fruits de mer par contre, mais pareil je n'en cuisinais pas moi-même.
Quand je suis partie de chez mes parents pour mes études, je n'étais pas végé mais je mangeais bien moins de produits animaux : La "viande", c'était souvent du jambon ou des trucs comme ça, le "poisson" du surimi ou des crevettes en barquette, etc.
Et quand j'ai commencé à travailler, je mangeais encore moins souvent de produits animaux, je n'en achetais plus mais en consommait à l'extérieur.
Je suis passée du véganisme du jour au lendemain sans soucis, notamment je pense car le fait de ne pas aimer le fromage aide bien ^^

2) J'en parle sans soucis, ce n'est pas un problème pour moi et ça permet je trouve de se mettre à la place de l'autre.
 

Watermelon

Se gave de B12
Modératrice Végéweb
Inscrit
14/6/12
Messages
4 625
Score de réaction
129
Localité
Paris
Moi, j'aimais bien la viande, surtout la viande rouge. Le fromage aussi. Mes parents achetais souvent des fromages assez chers. Ils en achètent moins maintenant parce qu'entre moi qui n'en mange pas et la situation sanitaire qui fait qu'ils ne peuvent plus inviter mes frères et toute leur marmaille aussi souvent, il n'y a plus grand monde pour les manger. J'aimais même la peau qui se forme sur le lait chaud. J'aimais pas le jaune d'œuf trop cuit. Je transformais systématiquement mes œufs durs en œufs mimosa.
Je dis "j'aimais" mais je suppose que j'aime encore. En tout cas, je ne ressens aucun dégoût à l'idée de ces produits. Je sais juste rationnellement ce qu'il y a derrière et c'est suffisant pour que je n'en mange plus.

Je n'ai pas de problèmes particulier pour en parler.
 

Petronie

Jeune bulbe
Inscrit
9/1/21
Messages
4
Score de réaction
3
Localité
Belgique
Enfant, oui, je mangeais de la viande.. Mais, impossible pour nous, les enfants, de manger les poules et les lapins que mon pere élevait..
Jeune fille, ça ne genait pas d'en manger, mais je mangeais peu de tout
Maintenant, je fais très bien le rapport entre la vache dans le pré et le rayon boucherie.
Je regrette un peu le petit elevage de mon père.. Au moins, les poules gambadaient et les lapins etaient relativement libres. Je ne regrette pas de ne plus manger de lapins, je regrette l'elevage "gentil" si on peut dire
 

Noraleeds

Mange de la salade
Inscrit
9/12/15
Messages
349
Score de réaction
4
J'aimais bien la viande, j'en mangeais chaque midi chez mes parents, d'ailleurs l'odeur ne me dérange pas du tout aujourd'hui, le problème, c'est l'idée. Puis, une fois étudiante avec mon appart', j'en mangeais très peu car pas d'argent. Je n'aime pas le fromage donc de ce point de vue, pas difficile. Les autres produits laitiers, hormis le beurre sur tartine, se remplacent aisément par des produits laitiers végétaux je trouve. Il y a beaucoup de choses lourdes et crémeuses dont je ne suis pas fan de base. Aujourd'hui, parce que je me suis déshabituée, mes goûts ont évolué en suivant cette tendance, c'est-à-dire que je préfère les produits laitiers végétaux à ceux animaux - qu'ils m'arrivent de consommer quand je suis invitée - que je trouve trop lourds.

A la période de ma prise de conscience, tout mon passé de mangeuse de viande a été une vraie douleur mais je n'en ai jamais eu honte. Ce n'est pas simple ni évident de se soustraire aux croyances. Aujourd'hui, comme d'autres l'ont dit, ce passé me permet au contraire de comprendre les omnis si je fais l'effort de me rappeler. Je n'ai aucun problème à en parler
 

ChrisRed

Jeune bulbe
Inscrit
25/3/15
Messages
91
Score de réaction
17
Site web
www.chrisreduniverse.com
1. Oui, j'avoue de manière générale j'aimais bien la viande et le poisson au niveau du goût. Mais je n'aimais pas tout et j'étais difficile. Je n'aimais pas les fruits de mer, ni certaines viandes ou certains plats comme le hachis parmentier car la présence de viande dans la purée me dérangeait, j'aimais pas certaines viandes hachées parce qu'elles me faisaient penser à des vers de terre. Après, j'ai été élevé dans une famille avec des origines campagnardes, dans un petit village où mon père a son propre jardin. Il élève ses poules depuis des années, des lapins aussi, etc... Donc j'ai grandi en mangeant du poulet et des œufs de qualité, et dans un pays où on mange beaucoup de confit de canard, de magret, etc... Toutefois, je ne supportais pas quand mon père tuait les animaux, je m'isolais quand il faisait ça. Plus grand, quand je suis parti à l'université et que j'ai eu mon appart, j'ai dû me faire à manger et je me suis rendu compte que je n'aimais pas cuisiner la viande, même des viandes que j'aimais. Toucher parfois le sang quand une entrecôte decongelait, mais même juste toucher la viande brute, l'odeur quand j'ouvrais un bocal de confit, je n'aimais pas du tout ça, j'en avais la nausée, c'était plus facile pour moi de manger des plats préparés genre pizzas, des quenelles déjà prêtes en conserve, ou raviolis ou des aliments genre charcuterie où tu n'as rien à faire. (J'aimais bien me faire un repas à la bonne franquette, je me prenais un bon saucisson de campagne, du fromage, une bonne bouteille de rouge et du pain et en avant Guingamp...) Je m'en veux un peu mais parfois j'ai jeté des viandes que mon père me donnait, s'il le savait... Mais je ne pouvais pas... Cela dit, à l'époque je ne me doutais pas que j'allais devenir vege et j'appréciais le goût.

2. Non, je n'ai pas honte car je n'ai pas choisi. Étant enfant, nos parents choisissent pour nous, nous montrent une façon de faire, à l'école, il y en avait à tous les menus, partout on te fait croire que c'est essentiel. Je pense que c'est dur pour un enfant d'aller à contre courant des adultes. Ensuite, t'es habitué, tu aimes le goût. Du coup, maintenant que je suis parent, on m'a dit que je forçais mes enfants à manger végétarien, mais dans tous les cas tu choisis en tant que parent, si tu leur donnes de la viande, tu les obliges aussi si tu vas par là.

Là où je veux en venir, c'est que je n'ai pas honte, mais je regrette de ne pas avoir changé d'alimentation plus tôt. Dans l'idéal, j'aurais aimé être végétarien depuis ma naissance. Mais je n'en veux pas à mes parents. Ils ont fait ce qu'ils pensaient être le mieux pour moi.
 
Dernière édition:
Haut