Qu'est ce qu'un homme féministe

  • Auteur de la discussion Anonymous
  • Date de début

Jezebel

Évéganéliste
Inscrit
12/5/10
Messages
7 179
Localité
Un peu partout dans le monde
Le feminisme impliquant un minimum de deconstruction des genres et des dynamiques patriarcales, non, on est pas un homme "feministe" sans le savoir.
De meme qu'on est pas un homme "feministe" en etant sexiste.

Serieux, mais t'as lu au moins ce que Moogli a posté avant d'écrire un truc pareil ou tu t'es juste dit que ah ben tiens, un nouveau thread sur lequel je vais venir étaler mes "reflexions" pour en faire profiter tt le monde (tellement masculin ça, au passage).

Et alors le poncif du personnage feminin fort en gueule donc feministe, mais le niveau zero de l'analyse féministe quoi (mais est-ce surprenant de tt facon? )

Bref, a moins d'avoir une on e de reflexion valide sur le sujet, je t'encourage fortement a lire et réfléchir a ce qui est écrit sur ce fil avant d'y répendre n'importe quoi, merci.
 

Xav

Massacre des légumes
Inscrit
15/7/12
Messages
1 704
Localité
Paris
SwompyTime":113pilp6 a dit:
Je me pose une vrai question : peut-on être à la fois un homme féministe ... sans le savoir ?
Tu as lu ce qui précède ? Ou tu viens monologuer et poser tes bouses comme d'habitude?

SwompyTime":113pilp6 a dit:
peut on être un homme féministe ... et sexiste ?
Quel est l'intérêt d'une telle remarque ?

Je crois que par décence, après ta sortie hier sur le viol (posts supprimés par la modération), que tu devrais t'interdire de participer à ce topic avant d'avoir fait un gros travail sur toi, comme le suggère d'ailleurs le texte de Stoltenberg.
 

Lutine

Massacre des légumes
Inscrit
21/7/14
Messages
2 391
Localité
Toulouse
Site web
homemadementvotre.wordpress.com
C'était pas lui les propos sur le viol. Il a soutenu des propos sexistes, mais il n'a rien dit sur le viol. Ce qui est à peine mieux.


Je dis pas ça pour le défendre hein...
 

SwompyTime

Jeune bulbe
Inscrit
31/3/17
Messages
98
Jezebel":10r0hfwb a dit:
Le feminisme impliquant un minimum de deconstruction des genres et des dynamiques patriarcales, non, on est pas un homme "feministe" sans le savoir.
De meme qu'on est pas un homme "feministe" en etant sexiste.

Serieux, mais t'as lu au moins ce que Moogli a posté avant d'écrire un truc pareil ou tu t'es juste dit que ah ben tiens, un nouveau thread sur lequel je vais venir étaler mes "reflexions" pour en faire profiter tt le monde (tellement masculin ça, au passage).

Et alors le poncif du personnage feminin fort en gueule donc feministe, mais le niveau zero de l'analyse féministe quoi (mais est-ce surprenant de tt facon? )

Bref, a moins d'avoir une on e de reflexion valide sur le sujet, je t'encourage fortement a lire et réfléchir a ce qui est écrit sur ce fil avant d'y répendre n'importe quoi, merci.
C'est une vrai question.

Le féminisme, d'après ce que j'ais compris, vise à abolir un système aujourd'hui dominant discriminant les individus sur la base de leur sexe. Pour cela, les féministes cherchent à déconstruire l'apparente évidence de nombre de privilèges possédés par les humains de sexe masculin tout en essayant de donné plus de droits à des humains de sexe féminin, le but ultime étant de créer une société avec une égalité effective entre les sexes. Est-ce que j'ais bon ?

Du coup, un des axes du féminisme est la déconstruction de l'image des femmes dans les médias, par exemple le cinéma.

Furiosa, par exemple, est une héroïne, dans tout les sens du terme. Elle prend 98% des décisions, et domine la majeure partie du casting avec ses compétences de tir, de conduite et de combat. Compétences qui ne sont égalées ... que part des femmes ayant rejeté un patriarcat primaire en gagnant leur indépendance par elle même.
D'ailleurs, la quête de Furiosa est de soustraire à un macho considérant les femmes comme des objets le harem qu'il avait honteusement constitué, bref, de se libérer.

Les femmes de 300 prennent les décisions politiques, et vont jusqu'à mener leurs hommes sur le front. La aussi, leur influence est palpable. C'est une femme, par exemple, qui motive les grecques d'aller filer un coup de main aux spartiates, tout en découvrant et tuant les espions et les traitres.
Dans Sin City, les femmes prennent toutes les décisions, les hommes étant manipulés ou n'écoutant que leurs pulsion. Et là encore, les motivations sont vraiment intéressantes : se venger, gagner sa liberté, se soustraire du patriarcat.
Et pour finir, Elektra était la première petite amie de super héros à être autre chose qu'une petite amie justement. Elle prend là encore des décisions, et est vraiment compétente. Et c'était à une époque où la Femme Invisible servait principalement de cuisinière.

Je ne pense pas que George soit féministe. Quand à Frank ... j'ais beaucoup de respect pour son œuvre, mais il a une vision qui a ses (gros) travers.
Pourtant, ils ont permis la diffusion d'héroïnes badasses, fières, indépendantes, marquantes, avec une personnalité, des objectifs, bref, des personnages complets permettant de déconstruire la triste image habituellement véhiculée par le cinéma d'action américain à très gros budget, avec un large spectre de diffusion.

Du coup, je repose ma question : peut-on être un homme féministe sans le savoir, voir en étant sexiste ?

Le reste du débat est franchement intéressant. C'est un plaisir de vous lire, car il est remplit de pistes de réflexion qui poussent à la remise en question.

[Je ne pense avoir eu des propos déplacé sur le viol. Le viol a démolit à la fois mon meilleur ami, la fille que j'aimais et la relation que j'avais avec eux. Je n'étais pas une victime, mais j'en souffre aujourd'hui encore]
 

Xav

Massacre des légumes
Inscrit
15/7/12
Messages
1 704
Localité
Paris
On ne va pas refaire la conversation d'hier qui était gerbante. Tu es venu appuyer cyniquement des propos confus et maladroits, mais inacceptables, sur le viol. La stratégie habituelle ensuite avec tes excuses une fois que le mal est fait.
Je pense que si tu étais vraiment affecté comme tu le dis par le viol et ce qu'il suppose (comme dans une autre conversation l'holocauste), tu ne ferais pas de tels commentaires.

Ce topic est destiné à discuter des moyens concrets que les hommes peuvent engager dans la vie de tous les jours pour lutter contre la domination masculine et la discrimination des femmes. Tes post ne prennent pas en compte les conversations qui précèdent et sont systématiquement ambigus.
 

Tcharls

Se gave de B12
Inscrit
14/2/12
Messages
4 842
Localité
Toulouse
Site web
www.facebook.com
tiens c'est marrant, un homme, ici, qui monopolise l'espace en exigeant des réponses, alors qu'on lui a demandé plusieurs fois de se taire...
Revenons au post de moogli, please!
 

Titesieste

Fait crier les carottes
Inscrit
12/3/15
Messages
2 662
Site web
www.instagram.com
En effet. Swompy va t'éduquer tout seul, merci.

On revient à l'excellent partage de Moogli.

moogli":379m85ok a dit:
Du grain à moudre dans https://scenesdelavisquotidien.com/2016/08/30/vers-la-justice-de-genre/#more-492

Par John Stoltenberg.

"La masculinité n’est pas, comme certains l’ont dit, un vague ensemble de « qualités » (comme « l’ambition », « la force », « le courage », ou « la compétitivité »). La masculinité n’est pas non plus un « rôle » abstrait qui peut être « joué » ou « non joué », ou que deux personnes quelles qu’elles soient peuvent endosser tour à tour. Ce qui est désigné par le mot masculinité découle de la réalité objective, la réalité de nos vies dans le patriarcat, du fait que tous les membres de la classe de genre des hommes sont autorisés à tirer leur sentiment de soi en postulant son absence pour la classe de genre des femmes, à ressentir leur valeur en affirmant l’absence de valeur des femmes, et à tirer leur pouvoir social du maintien des femmes dans l’impuissance. La masculinité est ce sentiment de soi, ce sentiment de valeur, ce droit au pouvoir, qui échoit à tout homme en raison de l’assujettissement global des femmes. Ainsi, la masculinité, cette construction culturelle de l’identité humaine, est antithétique à la justice de genre. Et, pour faire court : la masculinité est immorale."

"Mais je crois qu’il y a quelques hommes génitaux qui sont persuadés que le problème de la société est son injustice sexiste et que ce qui est inacceptable dans leur vie est leur complicité avec cette injustice. Et j’imagine que ces quelques hommes génitaux pourraient s’engager dans les deux projets suivants :

Un. J’imagine qu’un homme génital pourrait commencer, avec une sorte d’humilité, à lire et à étudier les textes féministes, une étude qui, à temps plein, pourrait prendre une année ou plus. Je pense qu’il n’est pas possible de prendre au sérieux les vies des femmes si l’on ignore ce que signifie supporter le fardeau réel de l’agression masculiniste. Et les femmes ont relayé beaucoup d’informations qui démentent complètement tous les clichés du mouvement de libération des hommes, tels que « Les hommes sont victimes, eux aussi ». Il est temps que les hommes génitaux comprennent que le chemin vers la justice de genre n’est pas pavé d’aphorismes complaisants sur « la personnalité fondamentale des hommes et des femmes ». Le fait est que les vies des hommes et les vies des femmes sont différentes parce que, dès la naissance, hommes et femmes vivent dans des conditions sociales entièrement différentes. Et les hommes génitaux ne peuvent pas présumer comprendre les conditions dans lesquelles les femmes sont obligées de vivre leurs vies par des analogies imaginaires avec les soucis privilégiés des hommes.

Deux. Dans le même temps, j’imagine qu’un homme génital pourrait commencer à vivre en tant qu’objecteur de conscience à tous les scénarios de connivence masculine – refuser de coopérer avec tous les schémas entendus où, lorsque deux hommes se rencontrent, ils se doivent de respecter leur masculinité réciproque et d’excuser leur pouvoir réciproque sur les femmes. Et j’imagine que, pendant cette période de destruction consciencieuse de la connivence, un homme génital pourrait découvrir à quel point effroyable les amitiés et les alliances masculines s’appuient sur la compréhension intime que « nous sommes des hommes, pas des femmes, et donc nous nous préférons ». Je ne sous-estime pas le choc qui accompagnera cette prise de conscience : quand un homme génital découvre que les échanges en apparence anodins entre lui et un autre homme génital peuvent se transformer tout d’un coup en un pacte tacite contre les femmes, et que, tout ce qu’il a toujours été programmé à souhaiter dans ses relations aux hommes est fondamentalement lié à un processus qui maintient les femmes opprimées. Ce qui est nécessaire, c’est que les hommes génitaux trahissent les présomptions de leur classe de genre – ostensiblement, tactiquement et sans compromis. Agir autrement, c’est à mon avis trahir chaque femme ayant un jour dit qu’elle n’est pas libre.

Voici, je pense, deux voies dans lesquelles un homme pourrait s’engager pour commencer à vivre différemment : en étudiant des textes féministes et en résistant aux connivences masculinistes. Et je pense que ces deux choix ne sont qu’un début.

Au bout du compte, peut-être, certains hommes génitaux pourraient participer à la lutte contre l’injustice sexiste en tant qu’alliés honnêtes des femmes féministes. Mais à ce jour, une chose est claire : aucun de nous ne peut présumer que nous en avons assez fait dans nos propres vies pour éradiquer notre allégeance à la masculinité. Si nous ne changeons pas, nous ne pouvons pas prétendre être camarades avec les femmes. À moins d’un tel changement, l’oppresseur, c’est nous."
 

HaricotPrincesse

Fait crier les carottes
Inscrit
20/6/16
Messages
2 547
Localité
Bruxelles
Site web
haricotprincesse.be
J’ai trouvé ce blog, qui semble avoir sa place ici : Le Mecxpliqueur.

Extrait de l’article d’intro :
Le Mecxpliqueur":2wazt5tf a dit:
On ne va pas faire de vous des hommes



La masculinité est un truc fragile. Il suffit d’un geste déplacé envers un autre homme, d’une mauvaise couleur portée, d’un rire un peu trop haut : un détail ridicule peut la mettre en doute dans le regard des autres ou en nous même.

Le corolaire c’est que la masculinité est aussi, assez souvent, un truc toxique. Pour éviter qu’elle soit mise en doute, on va redoubler de misogynie, d’homophobie et d’actions totalement stupides. “Si tes amis se jetaient tous du haut d’une falaise, tu ferais pareil?” demandaient nos maman. Elles ne comprenaient pas que pour prouver qu’on est un homme, un vrai, il faut parfois sauter de cette falaise. Ou encore mieux : y pousser un autre.

[…]
Lire la suite…

Il n’y a pas encore énormément d’articles et le rythme de parution n’est pas particulièrement élevé (euphémisme) mais ça me semble pas mal. :pouces:

Articles suivants (Oui, les titres sont parfois surprenants.) :

Bonus : un article de son épouse, « Le jour où on m’a reproché de ne pas habiller mon fils comme un garçon ».

H.
 

moogli

Mange de la salade
Inscrit
22/11/14
Messages
461
Voici ici un billet au sujet du silence des hommes sur les agressions sexuelles, et le calvaire des femmes et la culture de la complaisance et du silence. http://www.crepegeorgette.com/2017/10/13/harvey-weinstein/

"Nous nous retrouvons, nous femmes, à la merci des hommes. De ceux qui violent et de ceux qui regardent. De ceux qui comptent les points. De ceux qui établissent des agendas avec les bonnes dates pour porter plainte. De ceux qui recensent les vraies agressions des fausses. De ceux qui analysent posément. De ceux qui feignent de s’étonner. De ceux qui protègent des agresseurs, des harceleurs, des violeurs, des voyeurs. J’aimerais dire que la parole des femmes est libératrice, qu’elle va lever la chape de plomb sur les violences sexuelles que nous subissons. Cela se fera selon un agenda décidé par des hommes. Ils nous croiront peut-être ou pas. Maintenant ou dans dix ans. Ils décideront ce qui est grave ou pas, ce qui vaut la peine ou pas."

Y'EN A MARRE DU TERRORISME MASCULIN!
 

V3nom

Moulin à graines
Inscrit
17/2/12
Messages
10 174
Localité
Tours (37)
Une anecdote sur ces deniers jours qui rejoint un peu ce sujet :

D'ici quelques jours l'infirmière du lycée où je bosse va participer à la mise en place d'un "atelier" (je ne sais pas son intitulé exact, pas eu le temps d'en discuter avec elle ni de me renseigner) reconstituant un tribunal et le jugement d'un homme ayant violé sa femme. (initiative du secrétaire d'état en charge de l'égalité femmes hommes il me semble)

Évidemment que ce sujet gène, (surtout en plein boulot et quand on est surtout sollicités pour trouver du matos et des planches permettant de fabriquer un barreau pour le décor de l'atelier en question), mais je n'hésite pas à relever le caractère intéressant de l'initiative, sa nécessité de mise en lumière, du fait que le viol conjugal dans notre si fantastique démocratie est toujours aussi tabou et nié, et ainsi je l'espère participer à rendre de position que j'affiche aussi "normale" et légitime dans l'espace public que de parler du beau temps ou de la dernière connerie crapuleuse de macron.

Le truc chiant c'est que je suis toujours un peu vu comme quelqu'un d'original même si j'ai pas grand mal à faire sentir mes positions comme absolument sérieuses et étayées, mais ça me permet aussi, dans la discussion, de faire entendre (ou prendre) position aux autres personnes (hommes principalement ici), et peut-être, pour ceux qui ne se sentent pas légitime d'aborder ce sujet, ou d'avoir tel avis, de se sentir plus libres d'en parler, de se sentir concernés même s'il ne le vivent pas ou ne connaitraient personne dans cette situation...

Et dans quelques jours, on va faire la navette pour apporter le matos en question sur place, j'en saurais plus, et j'aurais plus de choses à raconter à ceux qui ne manqueront pas de nous demander "mais où êtes-vous allés apporter tous ces trucs" ? :sefrottelesmains:

Et concernant l'article de Mirion Malle, avec l'exemple de la non affaire de Woodie Allen, une amie dans la discussion m'a parlé de la merveilleuse filmo de cet homme et qu'il fallait que je regarde ses films. Je lui ai dit que j'avais jamais été attiré par son personnage ni sa manière de raconter, qu'accessoirement certains de ses ressorts étaient trop stéréotypés pour moi, et que la récente mise en lumière de ce dont toute la profession refuse de parler sous prétexte qu'il soit érigé en icône du cinéma finit de ne pas me donner envie de voir ses films. (en passant je lui ai appris l'affaire en question, elle n'en avait -sans surprise- pas entendu parler)
 

Xav

Massacre des légumes
Inscrit
15/7/12
Messages
1 704
Localité
Paris
En l'occurence, avec l'affaire Weinstein, il s'agit même d'une complicité masculine institutionnalisée puisque le procureur Vance de Manhattan avait refusé d'engager des poursuites contre Weinstein en 2015, en dépit de preuves accablantes recueillies par la police new yorkaise. On a appris depuis que Vance a profité d'une généreuse donation des avocats de Weinstein lors de sa campagne pour la réélection au poste de procureur.

Il y avait cette semaine sur France télévision une émission sur le harcèlement sexuel où, entre autres, la complicité masculine était traitée. Il y avait une place importante accordée à la parole des victimes et j'ai trouvé le documentaire aussi instructif que poignant.
https://www.france.tv/documentaires/soc ... -tous.html
 

Xav

Massacre des légumes
Inscrit
15/7/12
Messages
1 704
Localité
Paris
Merci pour la video. Mais pour avoir vu ces séquences en direct, je peux affirmer qu'elles ont été coupées. Des hommes, et quelques femmes, sont intervenu-e-s pour défendre le harcèlement sexuel au nom de la séduction et de la grivoiserie. Je trouve aussi dommage qu'infrarouge diffuse la partie "sondage" avec Baldeck et Meurice sans les témoignages de femmes harcelées qui constituent l'essentiel du documentaire. Je me demande même si ce découpage ne constitue pas un exemple de ce dont nous parlons: une forme de complicité qui s'ignore avec le harceleurs. Les discours embarrassants sont éliminés, et les témoignages de femmes harcelées non diffusés sur la chaîne youtube.
Car ce qui est le plus marquant, ce sont justement les parties témoignages sur la mécanique du harcèlement. Et aussi sur ses conséquences : une femme vit désormais avec des problèmes cardiaques chroniques, une autre évoque des problèmes émotionnels permanents après une tentative de suicide, une autre, brisée par son expérience, n'a plus le goût de sourire, etc.
 

jess

Se gave de B12
Modératrice Végéweb
Inscrit
25/5/07
Messages
5 204
Localité
Ganges / Montpellier
Oui effectivement, les témoignages sont très forts.
Après, ce test seul a l'avantage de donner aux gens une définition simple et claire de ce qu'est le harcèlement sexuel au travail, et donc je peux comprendre qu'il soit aussi diffusé seul (sachant que le documentaire complet est aussi trouvable). Par contre, c'est effectivement dommage que les remarques négatives aient été coupées.
 

V3nom

Moulin à graines
Inscrit
17/2/12
Messages
10 174
Localité
Tours (37)
La vidéo que j'ai posté est une sorte de petite bande annonce de l'émission complète, que je viens de regarder entière, téléchargée et sauvegardée dans mes archives.

Oui des réactions ont été coupées, mais ce n'est pas un montage fait pour tromper, c'est une bande annonce, en tout cas je l'ai vu et pris comme tel, surtout avec comme accroche "Meurice animateur d'un test féministe".
Parce-que s'il y avait eu également les "contre arguments", un peu sortit du contexte du docu et surtout sans le contre-contre-argument que sont les témoignages réels, je ne sais pas si ça aurait été mieux... (le mieux aurait finalement été de ne pas faire de bande annonce du tout peut-être)

En tout cas ce docu est superbement réalisé, la progression des témoignage mis en abîme avec les débats du test sont très forts et le propos global de la vidéo est sans équivoque, et ça fait du bien !

Mention spéciale pour le NAJE (Nous n'Arrêterons Jamais l'Espoir) qui fait un boulot vraiment superbe. <3

Merci à eux, merci aux femmes qui ont témoigné, et merci à la réalisatrice. (et j'ai déjà quelques idées pour diffuser ce docu auprès de mes collègues... même si je pense que personne dans mon boulot n'est concerné par cette question, en apparence)
 

jess

Se gave de B12
Modératrice Végéweb
Inscrit
25/5/07
Messages
5 204
Localité
Ganges / Montpellier
Sans vouloir te vexer V3nom, ça m'étonnerait très fortement que dans un collège (lycée?), structure comprenant environ entre 80 et 100 adultes, il n'y aie aucun problème de harcèlement sexuel... Sans parler évidemment du harcèlement entre gamins, mais ça c'est un autre sujet.

Sinon, j'ai trouvé le jeu de rôle à la fin très fort, avec la dimension thérapeutique de l'ancienne victime qui a enfin l'opportunité de prendre la parole contre un agresseur.
 

V3nom

Moulin à graines
Inscrit
17/2/12
Messages
10 174
Localité
Tours (37)
C'est bien pour ça que j'ai terminé par (et souligné) "en apparence" ;)

Mais sincèrement entre mes collègues j'ai des doutes qu'il puisse se passer quelque-chose (sans l'affirmer sans savoir évidemment), notamment parce-qu'on est beaucoup moins que le chiffre que tu avances (on est moins de 20 en comptant celles et ceux que je ne croise pas compte tenu des emplois du temps), et que je vois comment ils se comportent entre eux, et qu'on me fait beaucoup de confidences. (sans que ceci ne me rende jamais omniscient)

MAIS venant des profs qu'on croise, c'est une autre paire de manche... (voire la hiérarchie)
 

Xav

Massacre des légumes
Inscrit
15/7/12
Messages
1 704
Localité
Paris
[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=XfbM3LD0D9Q[/youtube]
 
Haut