Bienvenue sur Végéweb !

L'influence des lobbies au cœur du pouvoir

Le végétarisme dans la société

L'influence des lobbies au cœur du pouvoir

Messagede Pommier » 26 Aoû 2018, 16:52

Cadeaux, pressions : du Parlement aux ministères, les lobbies influencent la politique et les lois, notamment sur les dossiers agricoles et de santé publique liés à la viande et aux animaux :
https://www.franceinter.fr/emissions/se ... -aout-2018

Et vous, quel sont vos idées et vos propositions pour lutter contre les lobbies ?
Participez au Veggie Challenge
https://vegan-pratique.fr/veggie-challenge/
Pommier
Avale du tofu
Avale du tofu
Rang en cours à
4%
 
Messages: 316
Inscription: 01 Juin 2018, 15:21
Présentation
Genre: Non spécifié (par défaut)

Re: L'influence des lobbies au cœur du pouvoir

Messagede Xav » 27 Aoû 2018, 15:40

Une illustration avec le lobby de la chasse, entre électoralisme, promotion d'une pseudo "tradition culturelle française" et indifférence à la biodiversité et à la souffrance animale.

Lobbying : les chasseurs caressés dans le sens du poil par le gouvernement
La réforme de l’activité cynégétique préparée par le gouvernement devrait entériner une baisse du prix du permis de chasse.
LE MONDE | 24.08.2018 |Par Pierre Le Hir

Un permis de chasse à prix réduit : ce devrait être la mesure la plus percutante de la réforme promise par Emmanuel Macron aux porteurs de fusil. Avec l’espoir, décryptent certains, de capter des voix dans le monde rural, quitte à mécontenter les associations de défense de l’environnement, ulcérées à l’idée d’un cadeau aux tueurs de gibier. Le dossier sent la poudre. Ce n’est du reste pas au ministre de la transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, qu’il a été confié, mais à son secrétaire d’Etat Sébastien Lecornu. Après avoir consulté tous les acteurs, celui-ci a remis ses propositions au chef de l’Etat et au premier ministre, qui devraient arbitrer prochainement.
Parmi tous les groupes d’influence, celui des chasseurs, représenté par l’influent lobbyiste Thierry Coste, possède il est vrai une puissance de feu considérable. Par leur nombre d’abord : 1,2 million de pratiquants selon leur fédération nationale (FNC), ce qui fait de cette activité, vante-t-elle, « le troisième loisir des Français », après le football et la pêche. Cela, même si leurs effectifs ont fondu de moitié au cours des quatre dernières décennies, un déclin qu’ils veulent enrayer en « démocratisant » l’accès à la gâchette.
Ensuite, par les très efficaces relais dont ils disposent chez les élus locaux et au Parlement – à l’Assemblée nationale, où le groupe d’études Chasse et territoires fédère 118 membres de tous bords politiques, comme au Sénat, où le groupe Chasse et pêche compte 68 affiliés.
Dès la mi-février, le président de la FNC, Willy Schraen, reçu à l’Elysée par le chef de l’Etat, claironnait victoire : « Dans un échange extrêmement cordial et constructif, le président de la République a donné son feu vert pour ouvrir le chantier de la réforme du permis de chasser à 200 euros », affirmait-il. Deux cents euros pour la validation annuelle nationale, contre 400 euros aujourd’hui pour la formule complète « petit et grand gibier ». Fin mai, dans Le Figaro, M. Lecornu a confirmé le principe d’une baisse, mais sans la chiffrer. L’objectif, a-t-il expliqué, est d’« améliorer l’accessibilité à la pratique de la chasse » et de « simplifier le système ».

Passe d’armes
L’affaire a donné lieu à une passe d’armes au ministère de l’écologie. « Pour l’instant, rien n’a été décidé », assurait Nicolas Hulot sur France Inter, le 6 juin, ajoutant : « Jusqu’à preuve du contraire, le ministre concerné, c’est moi. » Quelques jours plus tard, sur Europe 1, Sébastien Lecornu ripostait : « Je proposerai une simplification du permis de chasse qui conduira probablement à une diminution de celui-ci, parce qu’en retour, nous allons demander des choses aux chasseurs, notamment en matière de protection de la biodiversité ou de restauration des milieux naturels. »
« Vouloir réduire une fiscalité écologique appuyée sur le prélèvement d’un bien commun – c’est-à-dire la faune – est une hérésie, s’étrangle Yves Vérilhac, le directeur général de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO). Il faudrait au contraire l’augmenter. Le tarif actuel de 400 euros pour le permis national est très faible au regard de la valeur vénale d’un grand gibier tel qu’un cerf ou un chamois, qui dépasse 1 000 euros pièce. »
La formule finalement retenue par le gouvernement pourrait être celle d’un permis unique, pour tout le territoire, dont le prix se rapprocherait de l’actuelle validation départementale, autour de 150 euros. Mais la réforme en gestation est plus vaste. Elle vise aussi à mettre en place une « gestion adaptative des espèces ». En clair, à augmenter ou à réduire les quotas de chasse autorisés pour chaque type de gibier, en fonction de l’état de leurs populations.
Si elles ne sont pas hostiles à ce principe, les ONG sont, là encore, sur leurs gardes. « Nous sommes favorables à une réforme de la chasse à la française, la plus rétrograde d’Europe, avec 64 espèces chassables – plus que dans aucun autre pays –, dont 20 sont pourtant classées en mauvais état de conservation dans la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature », précise Yves Vérilhac. Parmi elles – toutes des oiseaux – figurent par exemple la barge à queue noire, la macreuse brune, le courlis cendré, la sarcelle d’été et la tourterelle des bois.
Mais, poursuit le directeur de la LPO, « il est hors de question que, sous prétexte de gestion adaptative, on ajoute de nouvelles espèces au tableau de chasse ». Car, « même si cette activité n’est pas la cause principale de la perte de biodiversité, surtout imputable à la destruction des habitats naturels, elle ne fait que l’amplifier ». Un grief qui courrouce les chasseurs, prompts à se revendiquer comme les meilleurs « protecteurs de la nature ». Le gouvernement, lui, assure vouloir agir dans l’intérêt bien compris de la biodiversité autant que des chasseurs.

Réforme au goût du terroir
A cet effet pourrait être organisé le rapprochement de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) et de l’Agence française pour la biodiversité (AFB), créée en janvier 2017 et issue de la loi pour la reconquête de la biodiversité de 2016. Lors de l’examen de cette loi, les chasseurs, qui détiennent la moitié des sièges du conseil d’administration de l’ONCFS dont ils ont fait leur « chasse gardée », s’étaient farouchement opposés à son rattachement à la nouvelle agence. Le conflit pourrait être tranché par la réunion des deux entités au sein d’une nouvelle structure.
Celle-ci regrouperait l’ensemble des missions de police de l’environnement et de la ruralité, pour mieux contrôler la chasse et protéger les milieux naturels. Le « plan biodiversité » présenté le 4 juillet va dans ce sens : il prévoit, pour assurer ces tâches, « une taille critique » d’effectifs, « de l’ordre de quinze agents par département », et annonce que « les pouvoirs de police des inspecteurs de l’environnement seront renforcés ».
Emmanuel Macron n’est pas le premier président à courtiser le monde cynégétique. Mais celui-ci a rarement été autant caressé dans le sens du poil. Au domaine de Chambord (Loir-et-Cher), où il fêtait en famille, le week-end des 16 et 17 décembre 2017, son quarantième anniversaire – « Noël avant l’heure », a-t-il ensuite fait savoir –, le chef de l’Etat a longuement rencontré les présidents des fédérations de chasse réunis pour une « battue de régulation » des sangliers, en les assurant de son soutien. Durant la campagne présidentielle, il s’était dit favorable à la réouverture des chasses présidentielles, supprimées en 2010 par Nicolas Sarkozy mais associées, à ses yeux, à la « culture française ».
En mars 2017, devant le congrès annuel des chasseurs, le candidat Macron avait conquis son auditoire en déclarant : « Je veux porter avec vous un discours de développement de la chasse en France. » Une activité « culturelle, économique, environnementale et sociale » qu’il avait érigée en « mode de vie (…) qui fait partie de l’identité française ». En sortant aujourd’hui une réforme au goût du terroir, il espère montrer qu’il n’est pas seulement le « président des villes », mais aussi celui des campagnes.
"Nous, animaux humains, si démunis, égoïstes, violents, intéressés, et dont la chétive allure ne soutient pas la comparaison avec celle d'un tigre sibérien ou d'un grand perroquet bleu" (A. Badiou)
Avatar de l’utilisateur
Xav
Élève des carottes
Élève des carottes
Rang en cours à
93.6%
 
Messages: 1449
Inscription: 15 Juil 2012, 01:49
Localisation: Paris
Présentation
Genre: Homme

Re: L'influence des lobbies au cœur du pouvoir

Messagede HaricotPrincesse » 27 Aoû 2018, 18:13

Pierre Le Hir a écrit:1,2 million de pratiquants selon leur fédération nationale (FNC), ce qui fait de cette activité, vante-t-elle, « le troisième loisir des Français », après le football et la pêche.
Et après la télé, l’Internet, la lecture, les jeux vidéo, la musique… :siffle:

H.
Nous sommes deux : Haricot (qui signe H.) et Princesse (qui signe P.)

« On est quand même malins : on a adopté une cause où manger est un acte militant. :^^: » – P.
Avatar de l’utilisateur
HaricotPrincesse
Massacre des légumes
Massacre des légumes
Rang en cours à
46.5%
 
Messages: 2198
Inscription: 20 Juin 2016, 18:42
Localisation: Bruxelles
Présentation
Genre: Non spécifié (par défaut)

Re: L'influence des lobbies au cœur du pouvoir

Messagede V3nom » 27 Aoû 2018, 18:52

Ce toujours très bon docu sur la question :



De Stéphane Horel <3 et Brigitte Rossigneux
(avec un montage qui me fait toujours autant rire)

— Le 27 Aoû 2018, 21:06, fusion automatique du message précédent —

Et cette émission dans laquelle Thierry Coste, le lobbyiste spécialiste de la chasse dont il est question dans l'émission de France Inter se retrouve face à Caroline Lanty, avocate, à l'époque, de L214 et ancienne présidente de la SPA et Fabrice Nicolino (peu après la sortie de son livre Bidoche) à propos d'une des premières vidéos """illégales""" des conditions d'abattage dans l'industrie.

https://rutube.ru/video/64e98ad8d9a8fe3 ... _id=315145
* Votre existence au quotidien ne dépend pas du type de bulletin que vous glissez dans l’urne tous les cinq ans, mais du type d’individu que vous glissez chaque matin hors de chez vous. * (Thoreau)
"Entre le fort et le faible, entre le riche et le pauvre, entre le maître et le serviteur, c'est la liberté qui opprime et la loi qui affranchit"
ImageImageImage
Avatar de l’utilisateur
V3nom
Moulin à graines
Moulin à graines
Rang en cours à
39.1%
 
Messages: 10172
Inscription: 17 Fév 2012, 19:46
Localisation: Tours (37)
Présentation
Genre: Non spécifié (par défaut)

Re: L'influence des lobbies au cœur du pouvoir

Messagede Pommier » 29 Aoû 2018, 09:55

Merci pour vos réponses je regarderais les "alimenteurs"
Participez au Veggie Challenge
https://vegan-pratique.fr/veggie-challenge/
Pommier
Avale du tofu
Avale du tofu
Rang en cours à
4%
 
Messages: 316
Inscription: 01 Juin 2018, 15:21
Présentation
Genre: Non spécifié (par défaut)

Re: L'influence des lobbies au cœur du pouvoir

Messagede Lapislaz » 29 Aoû 2018, 22:03

Pour donner le coup d'envoi, il faudrait une équipe à la Jeffrey Wigand & Lowell Bergman.
A lie gets halfway around the world before the truth has a chance to get its pants on. (Winston Churchill).
Lapislaz
Broute de l'herbe
Broute de l'herbe
Rang en cours à
13%
 
Messages: 63
Inscription: 01 Aoû 2018, 14:33
Présentation
Genre: Femme


Retourner vers Société