Bienvenue sur Végéweb !

Actualité

Toute l'actualité, près de chez vous et à l'autre bout du monde

Re: Actualité

Messagede kob27g » 08 Mai 2019, 13:13

C'est bien le problème des "Grandes Gueules". Souvent elles disent n'importe quoi mais essayent de convaincre l'auditoire en criant le plus fort. L'agriculteur en es le parfait exemple...
Avatar de l’utilisateur
kob27g
Moulin à graines
Moulin à graines
Rang en cours à
68.1%
 
Messages: 11044
Inscription: 12 Juil 2012, 09:45
Présentation
Genre: Homme

Comment combattre la malbouffe ? Politiques VS Industriels

Messagede Pommier » 10 Mai 2019, 15:30

Participez au Veggie Challenge
https://vegan-pratique.fr/veggie-challenge/
Pommier
Avale du tofu
Avale du tofu
Rang en cours à
68%
 
Messages: 572
Inscription: 01 Juin 2018, 15:21
Présentation
Genre: Non spécifié (par défaut)

Re: Actualité

Messagede Skud » 14 Mai 2019, 11:33

Hop une petite news des Pays-Bas, ou c'était tendu hier...

Une centaine de militants de tous pays (néerlandais, belges et allemand surtout) se sont rassemblés dans une ferme. Ils ont bloqué la ferme toute la journée.
Entre temps, de nombreux éleveurs se sont rassemblé autour d'eux...Ces derniers ont d'ailleurs renversé quelques voitures de militants, bien picolé et organisé un barbecue de protestation :roll:

De nombreux activistes ont été arrêtés, reste à voir ce que tout ça va donner.
L'action était coordonnée par l'asso "Meat the Victims". Je suis pas fan d'ordinaire des "actions d'occupations" mais là pour le coup, j'apprécie. Le côté international et avoir profité du fait que des gens de nombreux pays étaient là est une bonne initiative (d'autant plus pendant une période pré électoral européenne ^^)


J'ai pas vu d'articles en français sur le sujet pour le moment, mais il y a toujours celui-ci de Dutch News en anglais : Police end pig farm occupation, dozens of activists arrested
Pour l'abolition du véganisme ! #TeamRéformiste

Si vis pacem, para bellum. Sed primum SMASHING et SMASHING²!

Image
Avatar de l’utilisateur
Skud
Élève des carottes
Élève des carottes
Rang en cours à
80%
 
Messages: 1340
Inscription: 20 Jan 2015, 11:43
Présentation
Genre: Non spécifié (par défaut)

Re: Actualité

Messagede Xav » 17 Mai 2019, 15:51

Mobilisation à Paris pour des cirques sans animaux sauvages
Plusieurs associations de défense des animaux se sont rassemblées, jeudi, à Paris, pour demander l’interdiction des cirques avec ce genre de spectacles.
Par Mathilde Gérard, Le Monde, 16/05

Sur une pancarte se dessine la silhouette de la tigresse Mévy, abattue en novembre 2017 dans Paris après s’être échappée de son cirque. Sur une autre, celle de l’éléphant Tyke, qui avait connu le même sort en 1994 après avoir été pris d’un coup de folie à Honolulu (Hawaï).
A l’appel de Paris Animaux Zoopolis, association née en 2017 qui lutte contre la captivité animale, plusieurs organisations (One Voice, L214, Parti animaliste) et des dizaines de militants ont participé à un rassemblement, jeudi 16 mai, à quelques pas de la place de la République, à Paris, pour demander une loi interdisant les cirques avec des animaux sauvages. Une question sensible, au point qu’une présentation avec des animaux, initialement prévue par des circassiens le même jour et sur cette même place, a été annulée.
Difficile, à ce jour, de savoir précisément combien d’animaux sauvages se trouvent actuellement sous les chapiteaux de France. Un registre doit être établi à partir de la base de données d’identification de la faune sauvage protégée (I-FAP), qui oblige depuis 2017 à renseigner la « fiche d’identité » de chaque animal sauvage en France. L’association Code Animal, qui milite contre la captivité de la faune, estime à deux mille environ le nombre d’animaux sauvages détenus par une centaine de cirques en France, principalement des tigres, lions, macaques, babouins, éléphants et zèbres.

Un « amusement aux dépens des animaux »
Transports longs, déplacements constants, conditions de captivité inadaptées entraînant des stéréotypies (comportements répétitifs), techniques de dressage, positions contre-nature… les associations, à l’instar de L214, dénoncent un « amusement aux dépens des animaux ». En réponse, les circassiens mettent en avant le fait que les bêtes, pour la plupart nées dans les cirques, n’ont pas connu d’autre environnement et ont des besoins différents de leurs congénères en liberté.
« Il faut des milliers d’années pour modifier les besoins physiologiques des espèces », réfute Sophie Dol, vétérinaire praticienne à Paris et présente dans la manifestation. Une position rejoignant celle de la Fédération des vétérinaires d’Europe (FVE), qui regroupe des organisations vétérinaires de plus de trente-cinq pays, et qui considère, dans un avis rendu en juin 2015, que « les animaux [en captivité] ont le même patrimoine génétique que leurs homologues dans la nature et conservent les pulsions et besoins de leur comportement instinctif naturel ». La FVE, dont est membre l’Ordre national des vétérinaires français, s’est ainsi positionnée contre l’utilisation de mammifères sauvages dans les cirques itinérants, arguant de « risques graves tant pour la santé animale que pour la santé et la sécurité publiques ».
Plusieurs pays ont pris, ces dernières années, des mesures interdisant la présence d’animaux sauvages dans les cirques itinérants. Selon un recensement de Code Animal, vingt-huit Etats ont adopté une interdiction totale, parmi lesquels la Belgique, l’Italie ou le Mexique. Le dernier en date à s’être positionné en ce sens est le Royaume-Uni, dont le ministre de l’environnement, Michael Gove, a présenté, le 1er mai, un projet de loi.
Plusieurs autres pays ont instauré une interdiction partielle, locale ou par catégories d’espèces. En France, des dizaines de villes ont pris des arrêtés d’interdiction, mais un grand nombre d’entre eux ont été annulés par la justice. D’autres villes ont émis des souhaits non contraignants, comme Strasbourg ou Lille, qui a adopté, le 4 avril, un vœu de « retrait progressif des animaux sauvages dans les cirques ».

Une détention réglementée en France
Interpellé par une question écrite du député socialiste Régis Juanico, le ministère de la transition écologique et solidaire a répondu, le 30 avril : « En l’état actuel du droit une interdiction générale de cirques avec animaux n’est pas recevable, du moins bien entendu pour les cirques qui respectent la réglementation et ne présentent pas de risque pour la sécurité. »
En France, la détention d’animaux non domestiques dans des spectacles itinérants est réglementée par un arrêté du 18 mars 2011, qui stipule que « les animaux doivent être entretenus et entraînés dans des conditions qui visent à satisfaire leurs besoins biologiques et comportementaux, à garantir leur sécurité, leur bien-être et leur santé ».
A la demande du ministère, un groupe de travail sur le bien-être de la faune sauvage captive a été mis en place au printemps, réunissant douze représentants des professions circassiennes, douze associations de protection animale et des maires. Deux réunions sur quatre ont déjà eu lieu, la prochaine se tiendra le 23 mai. Cette commission doit remettre des propositions au ministre au début de l’été.
« On ne pourra pas se contenter d’aménagements et de tailles de cages », met en garde Sophie Dol. Les associations mettent en avant le fait que les cirques peuvent se réinventer sans animaux à quatre pattes. De plus en plus de compagnies, comme les cirques Phénix, Romanès ou Joseph Bouglione, ne proposent plus de spectacles avec animaux. Le cirque autrichien Roncalli est allé plus loin encore, en investissant 500 000 euros pour créer des hologrammes de fauves et de primates, et compte présenter un numéro avec un… robot acrobate.
"Il s'agit d'étendre à nos frères dits inférieurs le sentiment qui déjà dans l'espèce humaine a mis fin au cannibalisme" (Elisée Reclus, 1901)
Avatar de l’utilisateur
Xav
Massacre des légumes
Massacre des légumes
Rang en cours à
5.5%
 
Messages: 1582
Inscription: 15 Juil 2012, 01:49
Localisation: Paris
Présentation
Genre: Homme

Re: Actualité

Messagede Xav » 27 Mai 2019, 02:42

Par les temps électoraux qui courent où dominent l'ultralibéralisme et la xénophobie , c'est toujours ça de pris... :)

Avec plus de 2% des voix, le Parti animaliste estime avoir obtenu "un beau succès"
JDD / le 26 mai 2019 / Par Mathilde Durand
Le Parti animaliste français obtient entre 2,2 et 2,4% des votes aux élections européennes selon les premières estimations. Un "beau succès" estime la tête de liste Hélène Thouy.
Le Parti animaliste obtient plus de 2% des votes lors de ces élections européennes, selon les dernières estimations. Classé parmi "les petits partis", il se hisse finalement au-dessus de la liste Alliance jaune de Francis Lalanne ou encore l’Union Populaire Républicaine (UPR) de François Asselineau. Une victoire, juge pour le JDD la tête de liste Hélène Thouy, avocate girondine engagée pour la cause animale. "A la lumière de notre budget, de nos moyens de communication et de notre exposition médiatique, c’est un beau résultat."
Si le score est évidemment insuffisant pour obtenir un eurodéputé - il faut 5% pour envoyer un élu à Bruxelles -, il a doublé par rapport au dernier sondage Ipsos pour France Info et Radio France, dans lequel le parti était crédité d'1,5% des intentions de vote. Au niveau européen, les défenseurs des animaux obtiennent deux eurodéputés allemands. Au Pays-Bas et en Espagne, les partis de défense de la cause animale obtiennent respectivement 3,6% et 1,5% des voix.
Le parti dénonce les conditions de vote
En France, le parti animaliste dénonce toutefois les conditions du scrutin. "Nous avons reçus des signalements de fraude", assure Hélène Thouy. Nous avions livré comme prévu nos bulletins de votes, tout notre budget y est passé, et dans certains bureaux ils n’étaient pas sur la table." L'avocate dit envisager des recours, évoquant un "potentiel électoral énorme".
Né en 2016, le parti pour la défense des animaux avait décidé pour cette élection de présenter un programme de 148 mesures sur le thème unique de la défense de la cause animale. Lors des élections législatives de 2017, la formation avait obtenu environ 1,1% des voix.
https://www.lejdd.fr/Politique/avec-plu ... es-3901000

— Le 27 Mai 2019, 04:32, fusion automatique du message précédent —

Bis...

Européennes 2019 : le Parti animaliste crée la surprise parmi les « petits »
Le parti, créé en 2016, obtient 2,2 % des voix, doublant son score des législatives de 2017. C’est presque autant que les voix obtenues par le Parti communiste (2,3 %).
Par Mathilde Gérard, Le Monde, Publié le 27/05

Parmi les petites listes, c’est celle qui a le plus créé la surprise : sans avoir été invité à aucun des débats entre candidats organisés sur les principales chaînes télévisées, le Parti animaliste a recueilli, selon les estimations, 2,2 % des suffrages exprimés en France aux européennes du dimanche 26 mai. C’est plus que la liste Urgence écologie de Dominique Bourg (1,8 %), l’Union populaire républicaine de François Asselineau (1,2 %) ou Lutte ouvrière (0,8 %) et presque autant que les voix qui se sont portées sur le Parti communiste emmené par Ian Brossat (2,3 %).
Pour sa deuxième participation à un scrutin, le jeune parti créé en novembre 2016 double son score obtenu aux élections législatives de 2017 (1,1 %) et ce malgré des accusations d’irrégularités et de non-distribution de ses bulletins dans certains bureaux. Sa tête de liste, Hélène Thouy, avocate au barreau de Bordeaux, qui a notamment défendu l’association L214, peut se targuer d’une enviable progression qui s’explique notamment par un positionnement monothématique sur un sujet longtemps dédaigné par les partis politiques – la condition animale –, mais qu’un nombre croissant d’associations veut porter à l’agenda.
A Bruxelles, des organisations en défense de la cause animale se sont regroupées au sein d’une plateforme, Eurogroup for animals, pour faire avancer leurs dossiers au sein du Parlement et de la Commission européenne, et ont fait signer un « plaidoyer pour les animaux » par plus de 1000 candidats. Car c’est bien à l’échelon bruxellois que se jouent de nombreux dossiers affectant le bien-être animal, notamment à travers la politique agricole commune, mais aussi plusieurs directives déterminant les conditions de transport d’animaux d’élevage, ou les modalités de pêche, pisciculture ou d’expérimentation animale.
Le soutien de personnalités médiatiques
Le parti animaliste propose près de 150 mesures dans son programme, ciblant dans leur grande majorité la souffrance des animaux d’élevage, mais portant également sur la chasse, la corrida, les cirques ou les expérimentations scientifiques. La formation peut compter sur un militantisme de terrain, qui permet à ses drapeaux violets de figurer en bonne place dans les rassemblements anti-corridas ou contre l’utilisation de la faune sauvage dans les cirques, et sur une présence marquée sur les réseaux sociaux.
Le parti a par ailleurs reçu le soutien de personnalités médiatiques. Quelques jours avant le scrutin, une cinquantaine d’acteurs, animateurs et chanteurs - parmi lesquels, outre l’incontournable Brigitte Bardot, figurent Claude Lelouch, Laurent Baffie, Laura Smet, Virginie Lemoine, Anny Duperey, Dave… - ont signé une tribune appelant à « prendre le parti des intérêts des êtres sensibles ».
Si le score de la liste animaliste en France ne lui permet pas d’envoyer d’eurodéputé à Strasbourg, ni d’obtenir un remboursement de sa campagne, en Allemagne, le Parti de la protection des animaux obtient 2 sièges avec 1,5 % des voix.
"Il s'agit d'étendre à nos frères dits inférieurs le sentiment qui déjà dans l'espèce humaine a mis fin au cannibalisme" (Elisée Reclus, 1901)
Avatar de l’utilisateur
Xav
Massacre des légumes
Massacre des légumes
Rang en cours à
5.5%
 
Messages: 1582
Inscription: 15 Juil 2012, 01:49
Localisation: Paris
Présentation
Genre: Homme

Précédente

Retourner vers Actualité