Bienvenue sur Végéweb !

Actualité

Toute l'actualité, près de chez vous et à l'autre bout du monde

Re: Actualité

Messagede Xav » 21 Nov 2019, 18:52

Il faut décidément se méfier avec ce gouvernement qui ne se ménage jamais pour préserver les intérêts de l'industrie agro-alimentaire : toute annonce d'une initiative (aussi modeste soit-elle) en faveur de la condition animale est contrebalancée au même moment par des reculs manifestes...

Des associations dénoncent un recul du gouvernement sur les élevages de poules en cages
Huit organisations rendent public un courrier du ministère de l’agriculture, qui leur était adressé fin octobre, proposant une définition qu’elles jugent restrictives d’un article de la loi EGalim.

Par Mathilde Gérard, LE MONDE, 20/11/2019
https://www.lemonde.fr/planete/article/ ... _3244.html

C’était une des rares dispositions de la loi agriculture et alimentation (EGalim) portant sur le bien-être animal. En octobre 2018, les députés avaient voté l’interdiction des nouvelles constructions et réaménagements de cages pour les poules pondeuses. Un an après, le décret d’application de cette mesure n’est toujours pas paru et plusieurs associations de défense des animaux s’inquiètent d’une « marche arrière » du gouvernement.

Mardi 19 novembre, elles ont rendu public un courrier qui leur avait été envoyé par le ministère de l’agriculture, indiquant que la notion de « bâtiment réaménagé » serait circonscrite aux élevages augmentant leur surface de production. Autrement dit, il serait possible pour des exploitants de réaliser des investissements de rénovation de cages existantes, tant que la capacité de production ne grimpe pas.

Ce courrier, daté du 28 octobre, est adressé à huit associations de défense du bien-être animal par Isabelle Chmitelin, la directrice de cabinet du ministre de l’agriculture, Didier Guillaume. Le courrier réaffirme la volonté « d’accélérer la transition vers un mode d’élevage alternatif », mais insiste sur la nécessité que « les exploitants qui ne peuvent mener cette transition à court terme puissent conduire les améliorations indispensables au maintien des meilleures conditions d’élevages possibles pour les animaux encore détenus en cages ».

Dans ce document, la directrice de cabinet conclut : « Le ministre souhaite que soit respecté l’arbitrage retenu lors du vote de la loi, à savoir interdire toute augmentation de surface de poules pondeuses en cages, tout en permettant la rénovation des cages existantes. »

Une transition ralentie
Pour Agathe Gignoux, de l’association Compassion in World Farming France, « on est en train de rogner un article de loi avec une définition restrictive contraire à l’esprit de ce qui a été voté l’an dernier par les députés ». Pour les associations, si des investissements sont engagés dans la rénovation de cages, la procédure de transition s’en trouvera ralentie. En 2012, la filière avait engagé de lourds frais pour moderniser les bâtiments avec cages pour les mettre en conformité avec la réglementation européenne. Ces coûts de rénovation ont été mis en avant par la filière pour justifier les délais dans la mise en œuvre d’une transition vers le hors cage.

« Mais alors, la première chose à faire est bien d’empêcher tout nouvel investissement dans ces systèmes », s’alarment, dans un communiqué commun, les associations destinataires du courrier du ministère (parmi lesquelles la Fondation Droit animal, 30 Millions d’amis, Welfarm, la Société protectrice des animaux, la Fondation Brigitte Bardot). Cette définition des « bâtiments réaménagés » passe d’autant plus mal auprès des associations que le ministère a distillé au compte-gouttes, ces dernières semaines, des annonces sur l’amélioration les conditions de certains animaux d’élevage. Deux mesures ont été annoncées par Didier Guillaume : la fin du broyage des poussins mâles d’ici à la fin 2021, ainsi que l’interdiction de la castration à vif des porcelets. Mais les associations attendaient des mesures plus ambitieuses. Pour Agathe Gignoux, « ces engagements sont bien maigres et la question des cages est un des points noirs ».

Engagement de campagne d’Emmanuel Macron
La France est le premier producteur européen d’œufs, avec 14,3 milliards d’unités en 2018. Selon les données du Comité national pour la promotion de l’œuf, 58 % des poules pondeuses en France sont en cages, deux fois moins qu’il y a dix ans. Mais cette proportion reste supérieure à la moyenne européenne (56 %), quand certains pays, comme l’Allemagne, se sont engagés à l’abandon total des cages d’ici 2025.

Sous la pression des consommateurs et des associations, plusieurs enseignes de la grande distribution (Les Mousquetaires, Carrefour, Aldi, Lidl, Monoprix, etc.) ont lancé une marche accélérée vers le hors cage. En 2018, les ventes d’œufs standards ont reculé de 3,4 % par rapport à 2017, passant pour la première fois sous les 50 % de part de marché dans les hyper et supermarchés. Mais les œufs en batterie prédominent toujours dans la production française destinée à l’export ou à la transformation agroalimentaire (ovoproduits), pour laquelle ils échappent à tout étiquetage sur les conditions d’élevage (cages, au sol, plein air et bio).

La filière s’est fixée pour but d’atteindre 50 % de poules pondeuses en élevages dits « alternatifs » en 2022. « Mais il n’y a aucun objectif au-delà de cette échéance », regrette Agathe Gignoux, qui rappelle que lors de campagne électorale, Emmanuel Macron s’était engagé à « faire disparaître l’élevage en batterie des poules pondeuses ».
"Il s'agit d'étendre à nos frères dits inférieurs le sentiment qui déjà dans l'espèce humaine a mis fin au cannibalisme" (Elisée Reclus, 1901)
Avatar de l’utilisateur
Xav
Massacre des légumes
Massacre des légumes
Rang en cours à
13.2%
 
Messages: 1698
Inscription: 15 Juil 2012, 01:49
Localisation: Paris
Présentation
Genre: Homme

Re: Actualité

Messagede Editpifpaf » 15 Jan 2020, 14:29

Alimentation : pourquoi la consommation de viande va-t-elle baisser ?
La consommation de viande dans le monde aurait atteint son pic historique en 2019, avant de diminuer. Conclusion étonnante : plus un pays est développé, plus la consommation de viande stagne ou même ralentit.
(https://www.rtl.fr/actu/conso/alimentat ... 7799852085)
écouter l'émission - https://radioenlignefrance.com/rtl
Editpifpaf
Jeune bulbe
Jeune bulbe
Rang en cours à
8%
 
Messages: 4
Inscription: 25 Sep 2019, 13:17
Localisation: Paris
Genre: Femme

Re: Actualité

Messagede Aurèle » 16 Jan 2020, 10:08

Je suis dubitatif. Il me semble avoir lu dans "L214 : une voix pour les animaux" que devant la demande, à ce rythme, il faudrait une augmentation de 73% de l'élevage d'ici 2050 ! Chiffres corroborés par le "No steak" de Caron qui prévoyait lui un doublement (l'ouvrage date de quelques années).
La demande est en plein boom dans des pays en développement éco. La population augmente. J'ai l'impression que la stagnation voire la baisse concerne surtout les pays dits occidentaux. Lesquels sont de toute façon très au-dessus de la consommation mondiale moyenne, idem pour l'Amérique Latine (avec des disparités).
De mémoire, conso mondiale moyenne : 40-45 kg/par an/habitant
Conso US ou Europe : entre 80 et 100 kg par an/habitant (le pic en France date de... 1998)
Sans compter les consommations de poissons...

Avec de grandes disparités. Certains pays d'Afrique Noire tournent autour de 5-15kg par an/par personne. De même que L'Inde pour des raisons religieuses et culturelles, conso très basse. Pays avec le plus grand nombre de végétariens mais qui voit une augmentation (relativement modérée car elle part de loin) de sa consommation de viandes, liée au niveau de vie qui s'améliore encore poussivement.
Aurèle
Jeune bulbe
Jeune bulbe
Rang en cours à
20%
 
Messages: 10
Inscription: 21 Oct 2019, 08:54
Genre: Homme

Re: Actualité

Messagede Balika » 17 Jan 2020, 16:22

C'est à n'y rien comprendre : la demande mondiale baisse ou est-ce qu'elle explose au contraire ?
“L’élevage est la première cause de destruction des écosystèmes”
- Science of the Total Environment
Avatar de l’utilisateur
Balika
Élève des carottes
Élève des carottes
Rang en cours à
53.9%
 
Messages: 1131
Inscription: 29 Nov 2016, 12:01
Présentation
Genre: Homme

Re: Actualité

Messagede Tigresse » 17 Jan 2020, 20:47

Si j'ai bien compris, mondialement ça baisse, mais dans les pays en voie de développement, ça augmente avec l'augmentation du niveau de vie.

Généralement, par tête d'habitant, + son niveau de vie augmente, + sa consommation augmente, jusqu'à un certain palier où ça stagne, voire ça décroît.

J'ai l'impression que ça suit ce qui s'est passé en Europe il y a quelques décennies : les gens accédaient à davantage d'argent pour acheter de la nourriture (surtout après la guerre ou d'autres périodes de restrictions), et aussi, il y avait + de produits disponibles, d'où une envie de consommer de la viande tous les jours (pour faire comme les riches) et pas seulement le dimanche. Sauf qu'au bout de quelques années, à en manger de + en +, ça a été corrélé avec tous les problèmes que ça engendre pour la santé (et les gens deviennent + soucieux de leur santé, surtout sur le long terme, maintenant qu'ils ont une longue espérance de vie) et puis, y a une sensibilité qui se développe pour les animaux et l'environnement (public mieux informé, aussi)

Et aussi, par pays, + il y a d'habitant = + de bouches à nourrir = + de demande en produits carnés.
Tigresse
Moulin à graines
Moulin à graines
Rang en cours à
88.1%
 
Messages: 11644
Inscription: 18 Juil 2011, 21:11
Localisation: Me cherchez pas ici, je suis ailleurs
Présentation
Genre: Femme

Précédente

Retourner vers Actualité