Dans quelles matières s'habiller, quand on est vegan ?

Catherine Rivière

Jeune bulbe
Inscrit
5/6/22
Messages
31
Score de réaction
10
Localité
Bruniquel
Je suis végétarienne depuis un an. A part les produits animaux que je consomme encore, avant de devenir progressivement végétalienne, je veille à ce que mon comportement au quotidien ne nuise pas à la liberté et aux droits des animaux à disposer d'eux même. C'est à dire, je ne vais pas aller voir des spectacles avec des animaux, quels qu'ils soient. Un spectacle de fauconnerie, je n'irai pas par exemple. Je ne possède aucun animaux domestiques (je peux toutefois faire exception pour les chats et les chiens, dont la problématique est différente des oiseaux, poissons, etc). Et je ne monterai plus à cheval, ni dans une charrette ou autre tirée par un équidé, (je n'en ai pas eu beaucoup l'occasion dans ma vie, mais bon, je ne le ferais plus maintenant), etc.

Après cette introduction un peu longue, je me pose des questions sur les matières avec lesquelles on peut se vêtir ou se chausser quand on est vegan. Exit le cuir et la laine, donc. Alors pour les vêtements que reste-t-il, si on veut veiller aussi à ne pas utiliser des fibres plastiques, etc ? Je suis de ceux qui pensent, qu'il ne faudrait plus utiliser de plastique, et que pour cela, il y aurait des solutions (comment faisaient nos aïeux ?). Donc bon, pour l'instant, je ne vois que le coton et le lin, qui ne soient pas issus d'animaux, et naturels (ou presque, ça dépend comment ils sont traités lors de la production). Alors, voilà, que me conseilleriez vous comme autres matières, qui soient le moins nuisible possible pour la planète ? Synthétique ? Acrylique ? Autres ? Je n'y connais rien quant à leur composition ? Pourriez-vous éclairer ma lanterne ?

Ce qu'il me semble le plus difficile à éviter pour s'habiller, c'est la laine. Dans quelles autres matières peut-on être à l'abri du froid, tout en veillant à l'environnement quant au choix des matières des vêtements ?

Mêmes questions pour les chaussures, quant on ne veut pas de cuir... Quels autres matières s'offrent à nous, pas nuisibles pour la planète ?
 

LaFourmie

Broute de l'herbe
Inscrit
27/4/22
Messages
141
Score de réaction
79
Localité
Seine-St-Denis (93)
Pour le tissu, je trouve chanvre et ortie, pour le cuir j’ai latex, liege, eucalyptus et pinãtex (feuille d’ananas). Pas des trucs très courants.
 

crabe

Broute de l'herbe
Inscrit
17/3/15
Messages
167
Score de réaction
89
Localité
cydonia
Site web
discord.gg
Concernant ta question, j'ai trouvé ce document de l'ADEME qui pourrait t'intéresser:

Le cas du coton a l'air compliqué, aussi bien au niveau ressource qu'éthiquement. Si tu lis l'anglais:

Et de manière un peu hors sujet par rapport à ta question: je pense que ça dépend surtout de la pollution qu'on essaie d'éviter: par exemple, entre autres, une fibre naturelle va demander en moyenne énormément plus d'énergie qu'une fibre synthétique à être créée, et va générer plus de CO2. Mais une fibre synthétique va relarguer des microplastiques dans l'eau de lavage. À ce titre, le coton recyclé semble être un bon choix

Perso (et toujours hors sujet vis à vis de la question), je pense qu'en achetant des vêtements d'occasion, on ne peut pas se tromper: la production textile étant massive et continue, on a souvent pas mal de choix dans les friperies. Beaucoup de structures (type Emmaus) sont caritatives, et un achat n'encourage aucunement l'industrie textile à produire plus, ce qui est le choix qui me semble le plus écologique possible. J'ai même fait le choix très personnel d'acheter deux pulls en laine dans ce type de structure, car l'achat de laine d'occasion n'a pratiquement pas d'impact sur l'exploitation animale, vu que les structures caritatives sont déconnectées de l'industrie.
 
Dernière édition:

Tigresse

Moulin à graines
Inscrit
18/7/11
Messages
12 247
Score de réaction
303
Localité
Me cherchez pas ici, je suis ailleurs
Nos aïeux utilisaient beaucoup de cuir, laine et fourrure, justement. Y avait moins d'alternatives à l'époque. Et aussi, on récupérait et rapiécait systématiquement vêtements, draps,... Les textiles n'étaient pas jetés comme maintenant. Pense au patchwork fait de petites chutes récupérées par-ci, par-là. D'ailleurs, les vêtements et textiles faisaient partie de l'inventaire des défuns, ils étaient cités dans les testaments.

En dehors des fibres naturelles, il faut faire la distinctions entre fibres synthétiques (= issues de la pétrochimie, plastique, comme le nylon ou l'acrylique) et fibres artificielles (= issues de matières végétales comme la cellulose, mais transformées).
Et les fibres artificielles sont plutôt nombreuses : bambou, soja, rayonne, viscose, lyocell (= tencel pour les doublures), modal.
Ceci dit, les procédés de fabrication de ces fibres peuvent être + ou - polluants, selon le solvant utilisé, la récupération des produits pour les réinjecter dans le circuit de fabrication,.... tout dépend de l'usine.
Après, les fibres végétales ne sont pas non plus parfaites. Par exemple, la culture du coton utilise beaucoup de pesticides.
Et tu ne sais jamais trop bien quoi à propos des teintures et autres "ennoblissements". Est-ce testé sur les animaux ? Dans les colorants naturels, il faut faire attention à l'usage de cochenille.
Si vraiment ça te tient à coeur, tu peux te tourner vers les textiles labellisés. Le label le + connu étant oeko-tex. De même, il existe des fils à coudre en coton bio et/ou labellisés. Faut chercher un peu, y en a pas dans toutes les merceries. Les fils à coudre sont souvent en synthétique, aussi pour les vêtements de coton.
Pour les boutons, si tu ne veux ni cuir, ni plastique, ni nacre, il te reste les boutons en bois, mais je crains qu'ils ne supportent pas de nombreux lavages, et les boutons en métal. Sinon, y a les brandebourgs (mais qui sont souvent en synthétique), les agrafes, les petits nœuds,..

Pour la chaleur, il me semble que la polaire est issue de bouteilles en plastique recyclé. C'est chaud et léger (mais ça ramasse tous les poils si t'as un chat!). Et issu du recyclage. Et le coton, en grosse épaisseur, c'est chaud aussi (exemples : flanelle, velours côtelé, maille de sweat shirt,....). Tu peux aussi matelasser avec du molleton de coton à l'intérieur.
J'ai l'impression que le synthétique est plus difficile à éviter que la laine. Par exemple : la plupart des bonnets sont en polyester/acrylique. En tout cas, je vois vraiment + de vêtements chauds à base de synthétique qu'à base de laine. Ou alors, c'est mélangé, avec une grosse proportion de polyester :s

Pour les chaussures, des chaussures de bonne qualité en synthétique durent quand même quelques années. Pas l'idéal quand on ne veut absolument pas de synthétique, mais vu le temps qu'on les garde.... Sinon, y a des matières recyclées, c'est une seconde vie.

Y a aussi les vêtements et chaussures d'occasion, qui autrement seraient jetés. C'est aussi une démarche écologique.
 

Catherine Rivière

Jeune bulbe
Inscrit
5/6/22
Messages
31
Score de réaction
10
Localité
Bruniquel
Perso (et toujours hors sujet vis à vis de la question), je pense qu'en achetant des vêtements d'occasion, on ne peut pas se tromper: la production textile étant massive et continue, on a souvent pas mal de choix dans les friperies. Beaucoup de structures (type Emmaus) sont caritatives, et un achat n'encourage aucunement l'industrie textile à produire plus, ce qui est le choix qui me semble le plus écologique possible. J'ai même fait le choix très personnel d'acheter deux pulls en laine dans ce type de structure, car l'achat de laine d'occasion n'a pratiquement pas d'impact sur l'exploitation animale, vu que les structures caritatives sont déconnectées de l'industrie.
ça n'est pas hors sujet. C'est en lien avec la question. J'ai pensé justement acheter des vêtements d'occasion. C'est une très bonne alternative. D'une manière générale, je suis partisane de réparer les choses plutôt que d'en acheter d'autre. Même si la réparation d'une paire de chaussure (semelles ou autre...) me coûte aussi cher qu'une paire neuve, je fais réparer.

On jette beaucoup trop de chose qu'on pourrait réparer, ou qui pourraient être revendues ou données d'occasion. Par exemple pour les livres, j'ai choisi de les acheter systématiquement d'occasion quand je les trouve d'occasion. A prix égal, entre le neuf et l'occasion, j'achète celui d'occasion. Il a plus de valeur à mes yeux. Et j'ai prévenu mes proches, que je préférai des livres d'occasion, s'ils veulent m'offrir des livres. J'offre aussi à présent des livres d'occasion à mes proches. Et pour limiter la production de livres, j'en emprunte aussi beaucoup en médiathèque, et je lis les livres et BD numériques mis à disposition ma médiathèque.
Message automatiquement fusionné :

Nos aïeux utilisaient beaucoup de cuir, laine et fourrure, justement. Y avait moins d'alternatives à l'époque. Et aussi, on récupérait et rapiécait systématiquement vêtements, draps,... Les textiles n'étaient pas jetés comme maintenant. Pense au patchwork fait de petites chutes récupérées par-ci, par-là. D'ailleurs, les vêtements et textiles faisaient partie de l'inventaire des défuns, ils étaient cités dans les testaments.
C'est justement ce que j'envisage : apprendre à coudre, pour rapiécer, faire du neuf avec du vieux. Exemple : un vêtement troué : mettre une déco dessus comme un autre morceau de tissu... une broderie....

Tu fais bien de parler de patchwork. J'ai de très beaux paréos, mais "vieux" avec des trous, déchirures, de ci de là. Et plutôt que d'en acheter des neufs, je pourrais faire plusieurs paréos patchwork... Cela me donne d'ailleurs d'autres idées avec des chemises indiennes trouées, 2 robes avec des tâches indélébiles....
Message automatiquement fusionné :

... et fibres artificielles (= issues de matières végétales comme la cellulose, mais transformées).
Et les fibres artificielles sont plutôt nombreuses : bambou, soja, rayonne, viscose, lyocell (= tencel pour les doublures), modal.
Et du coup, comment est-ce indiqué sur les étiquette ? A part la viscose, j'ai jamais rien vu d'indiqué d'autre....
 
Dernière édition:

Tigresse

Moulin à graines
Inscrit
18/7/11
Messages
12 247
Score de réaction
303
Localité
Me cherchez pas ici, je suis ailleurs
Les étiquettes des vêtements ? Je sais pas trop. Dans les magasins de vêtements, normalement, la composition des fibres est indiquée sur l'étiquette. Sinon, si tu achètes directement à un·e couturièr·e, il suffit de lui demander (même si, parfois, c'est compliqué de se souvenir de la compo du tissu qu'on a utilisé).
Pour les tissus, c'est généralement indiqué sur le côté du rouleau, mais y a des magasins qui ont des cartons de base, sans indication.
Le bambou, j'en vois de + en + en tissu bouclette (comme les essuies) parce qu'avec la monde du zéro déchet, il y a une demande de personnes qui les utilisent pour faire des lingettes démaquillantes. Et le tencel, c'est au rayon des doublures.
Et je me dis que dans les vêtements d'occasion, il doit y avoir beaucoup d'étiquettes coupées et/ou décolorées...
 
Haut