Bienvenue sur Végéweb !

Identités de genre, non binarité.

Pour tout ce qui concerne les sujets humains...

Re: Identités de genre, non binarité.

Messagede kindy » 15 Juin 2015, 21:06

Et mince j'ai lu quelques commentaires... :facepalm:
Action Dimanche sans CHASSE Haute-Loire (43)
https://www.facebook.com/events/384059389010509/
Avatar de l’utilisateur
kindy
Massacre des légumes
Massacre des légumes
Rang en cours à
79.7%
 
Messages: 2696
Inscription: 05 Jan 2013, 19:12
Présentation
Genre: Femme

Re: Identités de genre, non binarité.

Messagede Lutine » 23 Juin 2015, 18:18

Je suis tombée sur cette image l'autre jour (capture d'écran de Tumblr), ça m'a fait penser à ce topic :
Image

Je pense que beaucoup de gens ont du mal à comprendre la question de la transidentité parce qu'ils essaient de s'imaginer ce que ça fait d'être trans, mais qu'ils ne s'y prennent pas de la bonne manière. Par exemple, une femme cis va essayer de comprendre la transidentité en se disant "comment je le vivrais si je me sentais/voulais être un homme ?", alors qu'elle devrait plutôt se demander "comment je le vivrais en tant que femme si on me prenait tellement pour un homme que je serais obligée de prétendre en être un ?"
Et je pense que c'est quelque chose qu'il faut garder à l'esprit et expliquer quand on essaie d'aborder ce sujet avec des gens qui n'y sont pas familiers.

Je n'y avais jamais pensé de cette façon, mais bordel, ça me paraît complètement logique maintenant.


Je plussoie la remarque de la personne, du coup, c'est vrai que c'est vachement clair dit comme ça et vraiment palpable.
Hep toi ! Oui, toi là, qui me lis ! Je te fais un câlin :calin: Et prend un chaudoudou aussi. As-tu fait quelque chose qui t'a fait très plaisir aujourd'hui ? Viens partager tes petits bonheurs !

_____________________________________________________________________________________________
Avatar de l’utilisateur
Lutine
Capitaine bonnasse
Capitaine bonnasse
 
Messages: 2385
Inscription: 21 Juil 2014, 19:03
Localisation: Toulouse
Présentation
Genre: Femme

Re: Identités de genre, non binarité.yy

Messagede MVA » 23 Juin 2015, 19:44

En rapport avec ce topic, j'ai découvert "assignée garçon", une BD superbe qui explique pleind de choses et fait rendre compte suand on z ded privilèges de cisgenre!
Et puis, c'est une BD, donc généralement agréable à lire! http://assigneegarcon.tumblr.com/post/94878427175
Dernière édition par Cépafo le 24 Juin 2015, 10:02, édité 1 fois.
Raison: Correction lien hypertexte
Avatar de l’utilisateur
MVA
Fait crier les carottes
Fait crier les carottes
Rang en cours à
48%
 
Messages: 3960
Inscription: 04 Jan 2013, 13:26
Localisation: Limousin.
Présentation
Genre: Non spécifié (par défaut)

Re: Identités de genre, non binarité.

Messagede Invite10010 » 23 Juin 2015, 20:52

Oui cette BD est trop bien (j'avais pas déjà parlé de ça plus haut?).


Une chaine youtube qui parle un peu de nous: Keskessé, vlà la première vidéo, y en a d'autres mais pas encore beaucoup.

Invite10010
 

Re: Identités de genre, non binarité.

Messagede Dodo » 13 Mar 2016, 15:54

somadlateci a écrit:Pour contrebalancer, on me donne l'impression que pour une trans, je ne fais pas assez d'effort pour être féminine, comme si je devais compenser mon "handicap" en me maquillant, en faisant toujours attention à tout. Je le prends surtout comme un exercice pour ne plus du tout performer le mec.


Ouais enfin, les gen.tes comprennent pas qu'iels non pas a donner leur avis sur la façon dont les trans expriment leur genre. De plus, coller le maquillage et le soin de l’esthétisme aux femmes est sexiste. Après, je sais bien que les femmes trans sont très facilement mégenrée si elles ne se soumettent pas aux "normes esthétique" :S

Sinon sur le thème, je vou.es propose cette petite perle :p
https://www.youtube.com/watch?v=z0n6smG ... rj&index=1
Dodo
 

Re: Identités de genre, non binarité.

Messagede Marcelina » 13 Mar 2016, 22:18

Tiens, c'est marrant que ça remonte en ce moment ce thread. Je m'informe énormément sur la question en ce moment.

Je crois que c'est difficile de critiquer les gens qui posent des questions un peu con. Enfin, si, ils sont évidemment critiquables, sinon on excuse tout et légitime tout. Mais je veux dire par là que c'est juste tellement dur, pour certains, d'imaginer autre chose que femme et homme. Déjà, avant de rentrer dans les a-trans-bi-pan-fluid etc etc, pour certains, voir un couple de deux femmes ou deux hommes amène forcément à se poser la question "mais qui fait l'homme et qui fait la femme?". Ca c'est déjà un truc assez fou. Oui je suis une nana, je peux aimer les nanas, sans me dire que ça serait bien d'être membrée comme un homme ou d'avoir un "rôle" assigné parce que c'est comme ça que la société valide le truc.
Je trouve qu'avant même de définir les termes, de rentrer dans des cases, incompréhensibles pour beaucoup, faut réussir à pas tomber dans les clichés propres à chaque case.
Je m'explique, j'ai rencontré un trans-genre il y a peu. Il a donc été assigné fille à la naissance mais se définissait en "il" et se reconnaissant d'identité masculine. Pour autant, il a gardé son prénom de naissance, et n'a pas nécessairement changé quoi que ce soit. Ce qui fait que, la plupart du commun des mortels, le croisant dans la rue, se dirait que c'est un "elle" et non un "il". La société ne validerait pas son identité masculine parce qu'il accepte d'être né avec son nom et son corps et qu'il ne ressent pas le besoin de changer quoi que ce soit pour entrer dans la case "homme".
Ca m'a vachement interpellé, sur la force de l'expérience intérieure que c'est. C'est pour ça que je parle de cases... c'est génial de savoir qu'elles existent, ça peut rendre plus attentif.ve, plus vigilent.e et donc faire qu'on soit moins indélicat.e.s mais finalement, y a probablement autant de cases qu'il y a de gens. Dans un monde parfait, on devrait employer un article neutre pour définir les gens, jusqu'à que ces derniers disent "tu peux dire elle/lui/autre", un peu comme pour le tutoiement "Tu entres dans mon cercle de conversation/intimité, tu peux me tutoyer", hé bien de la même manière, livrer son identité profonde comme ça.

Bref, ça me fait juste beaucoup réfléchir tout ça. Du coup c'est un peu fouillis et sorti de nulle part, mais voila.
J'aime pas, par exemple pour ma part, devoir me reconnaître de quoi que ce soit. Je ne me sens ni un truc ni un autre. :/

Merci en tout cas Soma d'avoir proposé ce topic, c'est génial de pouvoir parler de ça.
(mes amis sont pas les plus ouverts sur la question erf....)
"Il ne faut pas confondre la vérité avec l'opinion de la majorité." -Jean Cocteau

:monkey: :monkey: :monkey:
Avatar de l’utilisateur
Marcelina
Élève des carottes
Élève des carottes
Rang en cours à
3.5%
 
Messages: 728
Inscription: 01 Jan 2016, 21:52
Localisation: Normandie
Présentation
Genre: Femme

Re: Identités de genre, non binarité.

Messagede newmissmilly » 14 Mar 2016, 16:01

Wow, merci beaucoup, j'ai beaucoup appris grâce à la BD "assignée garçon". J'avoue que la diversité des genres est quelque chose que je découvre complètement, je n'en avais encore jamais entendu parler il y a quelques mois !
Par contre, j'ai rencontré il y a quelques mois une personne trans, je pense grâce à vos schémas que cette personne est androgyne plutôt côté fille (mais en fait je ne lui ai jamais posé la question ... je sais juste qu'iel préfère qu'on utilise des pronoms neutres). Iel participe à une asso féministe qui organise des ateliers en "non-mixité meufs/gouines/trans/je ne sais plus.
En discutant l'autre jour, iel m'a dit qu'il fallait qu'iel aille vite s'épiler le visage (iel est sous traitement hormonal, mais commencé trop tard pour éviter la formation des bulbes pileux du visage, qui ne disparaissent pas avec le traitement) sous peine de ne pas être accepté/e à l'atelier.

Du coup, plusieurs choses me choquent :
- que quand on parle de "meufs", on soit obligé de rajouter "gouines" et trans comme si elles n'étaient pas inclues dans le mot "meuf"
- qu'on oblige quelqu'un/e à se mutiler pour qu'iel ait un physique qui colle à l'identité de genre qu'iel souhaite.

Connaissez-vous les raisons derrière tout ça ? Merci !
newmissmilly
Avale du tofu
Avale du tofu
Rang en cours à
56.8%
 
Messages: 527
Inscription: 03 Nov 2010, 21:34
Localisation: Lille
Présentation
Genre: Femme

Re: Identités de genre, non binarité.

Messagede Invite10010 » 14 Mar 2016, 16:13

Pas mal de gouines refusent d'être considérées comme des femmes, par refus de la position de soumission à l'hômme.

On rajoute trans* souvent pour inclure les mecs trans* et les autres trans* non binaires.

Pour la mutilation c'est surtout à cause de la binarité ( perso je sais que je survivrai pas longtemps avec mon manque de passing) et également des exigences de l'Etat en terme de stérilisation, opérations et traitement non réversibles pour avoir le changement de sexe sur l'état civil.

Ah et aussi comme tout le monde, pour se supporter et s'accepter dans ce monde formaté par la pub et par des critères de beauté binaires et aliénants, chacun·e fait ce qu'iel peut... donc mutilation ou adaptation de son corps à un contexte de cissexisme, les termes dépendent de comment on le voit et pourquoi on le fait.
Invite10010
 

Re: Identités de genre, non binarité.

Messagede Taitino » 14 Mar 2016, 17:47

Merci Dodo, Marceline et NewMissMilly d'avoir remonté le sujet pour que j'arrive (enfin) à lire ça. Merci pour les liens et la glossaire, qui va m'occuper un bon moment. Seule question, j'ignorais l'usage de "spoil" comme ça. J'avance mon vocabulaire encore une fois grace à Vegeweb!
Pour revenir au sujet: j'ai peu à ajouter, beaucoup s'est dit déjà. Après lecture de mal de trucs scifi récemment, il me paraît que l'ancienne division binaire est désuète et inutile. Est-ce meme nécessaire de constater un statut genr? En 21. siècle, on devrait être au stade de pouvoir dire 'non-spécifié' sur toutes les formulaires qui demandent ça: c'est uniquement un besoin de conformer (ou, sur un CV, que ça va exploser ses chances d'avoir un job?!)
Taitino
« On peut juger de la grandeur d'une nation par la façon dont les animaux y sont traités". Mahatma Gandhi
Avatar de l’utilisateur
Taitino
Avale du tofu
Avale du tofu
Rang en cours à
54.5%
 
Messages: 518
Inscription: 12 Nov 2015, 17:36
Localisation: Parthenay, Deux Sevres
Présentation
Genre: Homme

Re: Identités de genre, non binarité.

Messagede Marcelina » 14 Mar 2016, 20:32

Oh mais Soma je le comprends bien. Je voulais pas du tout paraître jugeante ou blessante en disant ça. Je trouvais juste sa démarche carrément notable et je me dis que si on évolue dans le bon sens, c'est comme ça qu'on fera dans l'avenir. Mais hélas ça ne se fait pas du jour au lendemain j'imagine... et c'est bien dommage.
"Il ne faut pas confondre la vérité avec l'opinion de la majorité." -Jean Cocteau

:monkey: :monkey: :monkey:
Avatar de l’utilisateur
Marcelina
Élève des carottes
Élève des carottes
Rang en cours à
3.5%
 
Messages: 728
Inscription: 01 Jan 2016, 21:52
Localisation: Normandie
Présentation
Genre: Femme

Re: Identités de genre, non binarité.

Messagede Xav » 15 Mai 2016, 18:11

Les intersexes revendiquent le droit de ne pas choisir de sexe
LE MONDE | 13.05.2016 Par Gaëlle Dupont

« Je suis né intersexe, c’est-à-dire avec des organes génitaux non conformes aux standards ». Vincent Guillot, membre fondateur de l’Organisation internationale intersexe (OII), ouvre les débats lors de la première table ronde officielle consacrée aux enfants à identité sexuelle indéterminée, jeudi 12 mai au Sénat.

« J’ai été déclaré garçon par défaut, poursuit-il. Je ne sais pas combien d’interventions chirurgicales j’ai subi, j’ai plus de dix cicatrices au bas-ventre. J’ai subi des injections de testostérone jusqu’à l’âge de 16 ans. A 51 ans, j’ai toujours des douleurs pour uriner, je marche avec une canne. J’ai été torturé. »
Mathieu Le Mentec, 37 ans, membre de la même organisation, a subi sept interventions entre les âges de 3 et 8 ans, afin d’obtenir le sexe masculin « assigné ». « C’étaient des douleurs, des contentions, des sondes urinaires, tout cela pendant les vacances », raconte-t-il. Nadine Coquet 45 ans, « déclarée fille à la naissance », a également été opérée à 17 ans et mise sous traitement hormonal.
Image

« J’appartiens à un tiers humain »
« Sous prétexte d’exploration, on m’a opérée sans rien m’expliquer, relate-t-elle. J’avais des gonades indifférenciées sans risque de malignité. Il n’y avait aucune justification médicale à les enlever. J’ai été victime d’un système binaire. J’appartiens à un tiers humain, ignoré par l’Etat, les statistiques et les citoyens. »
« Nous avons un travail pédagogique à faire pour rendre visibles les personnes intersexes », affirme Maryvonne Blondin (PS, Finistère), qui a organisé ces auditions avec Corinne Bouchoux (EELV, Maine-et-Loire), dans le cadre de la délégation aux droits des femmes du Sénat. En août 2015, le tribunal de grande instance de Tours a autorisé une personne intersexuée à remplacer la mention sexe masculin par sexe neutre à l’état civil. La décision a été cassée par la cour d’appel d’Orléans en mars 2016.
Combien de personnes sont concernées ? Les chiffres varient selon le périmètre considéré. La professeur de biologie et spécialiste des études de genre américaine Anne Fausto-Sterling a évalué à 1,7 % la part d’intersexués dans la population.

« On risque des troubles psychiques »
Les militants de l’OII réclament « le droit à l’intégrité physique » et « l’accompagnement de l’autodétermination des personnes concernées » jusqu’à ce qu’elles soient en âge de consentir à d’éventuels traitements. « Les droits fondamentaux de ces personnes ne sont pas respectés », approuve Benjamin Moron-Puech, docteur en droit à l’université Panthéon-Assas.
« Ces opérations sont présentées comme visant au bien-être des enfants, a ajouté Christèle Fraïssé, maître de conférences en psychologie à l’Université de Bretagne Occidentale. Mais si on ne laisse pas le corps se développer, on risque des troubles psychiques, car corps et psychisme se développent conjointement. »
Le Sénat auditionnera des représentants du corps médical le 25 mai, au cours d’une réunion fermée au public. Interrogé par Le Monde, Pierre Mouriquand, chef du service de chirurgie pédiatrique au CHU de Lyon, regrette la « présentation souvent caricaturale » du sujet. « Les anomalies du développement génital sont diverses et ne peuvent pas être toutes mises dans le même sac, explique-t-il. Les cas de véritable indétermination sexuelle sont rares. Nous en rencontrons quatre ou cinq par an. »

Une réponse médicale au cas par cas
Dans ces situations, un médecin n’agit pas seul. « Chaque situation compliquée fait l’objet de plusieurs réunions de concertation entre les équipes de différents hôpitaux, poursuit le chirurgien. Les pratiques ont changé. » Il faut aussi prendre en compte la pression des parents. « Pour eux, émotionnellement, c’est très lourd », rapporte M. Mouriquand.
« Notre rôle est d’apporter la moins mauvaise réponse au cas par cas, affirme également Yves Aigrain, chef du pôle médico-chirurgical pédiatrique à l’hôpital Necker. Cela peut parfois être une solution de ne pas choisir le sexe. Mais nous n’avons pas de recul. Un enfant qui va passer son enfance avec des organes génitaux mal formés aura-t-il une meilleure qualité de vie à l’âge adulte ? Est-ce mieux d’intervenir à l’adolescence, une période complexe, plutôt que dans les premiers mois de la vie ? Qui dit qu’on ne viendra plus tard pas nous reprocher d’avoir trop attendu ? »
Un rapport sera publié avant la fin 2016 sur ce sujet par la délégation aux droits des femmes du Sénat. Les élues de la délégation préparent des amendements sur ce sujet.
"Il s'agit d'étendre à nos frères dits inférieurs le sentiment qui déjà dans l'espèce humaine a mis fin au cannibalisme" (Elisée Reclus, 1901)
Avatar de l’utilisateur
Xav
Massacre des légumes
Massacre des légumes
Rang en cours à
10.5%
 
Messages: 1658
Inscription: 15 Juil 2012, 01:49
Localisation: Paris
Présentation
Genre: Homme

Re: Identités de genre, non binarité.

Messagede yapuka » 15 Mai 2016, 18:36

C'est difficile à appréhender quand on n'est pas concerné.e. :snif:
Personnellement, en restant l'acceptation biologique basique des termes (homme = pénis+gonades, femme = vagin+utérus+gonades), en tant que femme cis blanche hétéro, je n'arrive pas à comprendre comment ça fait de se sentir homme (quand on est femme) ou femme (quand on est homme) ou les 2 ou rien de tout ça. C'est pas que je ne veux pas c'est que je n'arrive pas à me figurer la sensation.
C'est super intéressant comme sujet.
Yapuka

Bien plus que le costume trois-pièces ou la pince à vélo, c'est la pratique de la torture qui permet de distinguer à coup sûr l'homme de la bête. (Desproges)
Avatar de l’utilisateur
yapuka
Fait crier les carottes
Fait crier les carottes
Rang en cours à
38.3%
 
Messages: 3765
Inscription: 21 Mar 2014, 21:37
Présentation
Genre: Femme

Re: Identités de genre, non binarité.

Messagede Invite10010 » 15 Mai 2016, 18:54

Je voudrais rappeler qu'il n'y a pas de binarité biologique et de lien entre le genre et le sexe assigné à la naissance.
Le cas des intersexes casse encore ce mythe de la cisnormalité en brisant cette prétendue binarité biologique ( et pourtant j'suis diplômé(e) de biologie).

Ce n'est pas grave si tu n'arrives pas à te figurer la sensation de ne pas être cisgenre, c'est le principe du privilège cisgenre, comme les mecs cis ne peuvent pas comprendre le sexisme.

Par contre ce que tu peux aisément faire, c'est être une alliée et dans ce cas précis, le vocabulaire que tu utilises ( "se sentir femme/homme/les deux /aucun" ) relaye l'idée qu'une personne trans* n'est pas vraiment un homme ou une femme transgenre ( ou invalidation du genre revendiqué ou de l'absence de genre).
Invite10010
 

Re: Identités de genre, non binarité.

Messagede Xav » 15 Mai 2016, 18:58

yapuka a écrit: en tant que femme cis blanche hétéro


Je suis à peu près tout ça (sauf que je suis un garçon et que je me considère comme tel jusqu'à nouvel ordre), mais je ne suis pas favorable à un monde normatif qui interdise, via la médecine, les services publics, les préjugés sociaux, etc., à chacun-e de suivre sa voie et l'identité qu'ille se choisit. Il y a un vrai problème qui est celui des assignations identitaires rigides et qui est lié à l'histoire de la construction de l'Etat. Le "tu es ceci, tu es cela" de l'Etat a quelque chose de liberticide et de terrifiant.

somadlateci a écrit:Je voudrais rappeler qu'il n'y a pas de binarité biologique et de lien entre le genre et le sexe assigné à la naissance.


Je suis complètement d'accord avec cette affirmation. La réduction de la diversité biologique à la binarité du genre relève d'une activité sociale (médicale, étatique, etc.) qui est extrêmement violente, en particulier pour ceulles qui ne rentrent pas dans les catégorisations usuelles. C'est ce que montrait très bien le texte (sans doute daté maintenant) d'Anne Fausto-Sterling: les cinq sexes.


somadlateci a écrit:comme les mecs cis ne peuvent pas comprendre le sexisme.


Par "cis" tu entends seulement une personne dont genre et sexe déclaré concordent ou non seulement ça mais aussi le fait que cette personne en rajoute sur sa conformité (par un discours normé, discriminant, etc.) ?

somadlateci a écrit:le vocabulaire que tu utilises


A propos de vocabulaire, je suis complètement d'accord pour dire que la grammaire est arbitraire, normative, construite par et pour les dominants, etc. Il est possible de pluraliser le genre des adjectifs par exemple (ex.: -adj en -eu-x-ses), mais ça reste binaire. Difficile de "dégenrer". Comment fais-tu?
"Il s'agit d'étendre à nos frères dits inférieurs le sentiment qui déjà dans l'espèce humaine a mis fin au cannibalisme" (Elisée Reclus, 1901)
Avatar de l’utilisateur
Xav
Massacre des légumes
Massacre des légumes
Rang en cours à
10.5%
 
Messages: 1658
Inscription: 15 Juil 2012, 01:49
Localisation: Paris
Présentation
Genre: Homme

Re: Identités de genre, non binarité.

Messagede Invite10010 » 15 Mai 2016, 19:28

Cisgenre est le terme utilisé pour une personne dont le genre est en concordance avec le sexe déclaré à l'état civil à la naissance.

(j'ai mis un lexique dans les pages précédentes).

Pour le vocabulaire, il y a pas mal de méthode. Le pronom neutre "iel" existe mais d'autres sont parfois utilisés. Pour le vocabulaire, y a l'improvisation ( amoureuxe, amourum), l'inclusion ( végétalien·ne) ou d'autres procédés ( admirativ', admiratixx ).
Sinon on peut contourner l'emploi de termes genrés ( comme j'ai fait longtemps pour parler de moi). Un peu le même procédé quand je voulais parler à ma belle famille sans les vouvoyer ni les tutoyer.
Invite10010
 

PrécédenteSuivante

Retourner vers Problématiques humaines