Chaque vegan est un représentant du véganisme

  • Auteur de la discussion Zeas
  • Date de début

Zeas

Jeune bulbe
Inscrit
11/4/18
Messages
49
Score de réaction
0
Bonjour,

Ressentez-vous ce besoin d'être en bonne santé et de s'entretenir physiquement / sportivement pour justement l'image que vous renvoyez en tant que vegan ? (au delà de pour soi-même, qui est déjà une bonne raison à elle seule pour faire tout ça!)

C'est en tout cas ce qui me motive le plus aujourd'hui aussi bien à faire attention à tout ce que je mange (+complément) qu'à me bouger pour faire du sport : je veux être un bon exemple pour la cause que je défend ! Je veux que l'on puisse dire "ah oui je connais un vegan, il mange sainement, est sportif et est en bonne santé!" (en caricaturant bien sur ^^) parce que je considère que c'est une suite d'exemples qui fera que les mentalités changeront petit à petit !

Je vois en tout cas que les mentalités dans mon entourage changent au fil du temps, ça débute avec des inquiétudes (carences, maigrichon etc etc) et ça évolue petit à petit pour reconnaître que c'est faisable et bien plus sain pour la santé :pouces:
 

Byza

Broute de l'herbe
Inscrit
5/4/18
Messages
222
Score de réaction
0
Localité
Ariège
Je sais que c'est complètement crétin, mais pour moi, oui, ça joue à fond. Par exemple, même si je suis épuisée après une mauvaise nuit (ça arrive à tout le monde, non ?), même sous la torture, je ne l'avouerais pas en "public" (c'est à dire devant des omnis), je fais toujours semblant de péter la forme. Et je me suis mise au sport pour pouvoir participer à des courses avec un tee-shirt L214. Ou un autre truc, pour les repas partagés : quand j'étais omni je m'en foutais de ce que je ramenais, ça pouvait être le pain, le fromage, une salade toute bête... Maintenant non, ce n'est plus un plat que j'apporte, c'est un ambassadeur du véganisme, donc faut forcément que ça soit ce qu'il y a de meilleur au goût.
 

kob27g

Moulin à graines
Inscrit
12/7/12
Messages
11 120
Score de réaction
3
Je ressens surtout le besoin de m'entretenir et d'être en bonne santé pour mon bien être avant tout.

Je comprends le fait qu'en appartenant à une minorité, on puisse servir d'exemple pour le véganisme. Si un omni croise un vegan toujours fatigué et malade, le raccourci vegan = faible pourrait être vite fait.

Mais il ne faut se mettre trop la pression non plus. Même en étant vegan, on reste humain avec nos faiblesses (maladies, fatigues...)

Si vous souhaitez faire un peu de promo sur le veganisme par le sport, sachez qu'il existe l'association "Vegan Marathon". Je cours à ses couleurs depuis quelques mois.
 

Jezebel

Évéganéliste
Inscrit
12/5/10
Messages
7 179
Score de réaction
0
Localité
Un peu partout dans le monde
Pour ma part, absolument pas, c’est de la respectability politics.
C’est beaucoup plus mineur que ce que peuvent subir les gens qui vivent des oppressions et à qui on demande implicitement d’être des modèles de leur communauté (typiquement en france les musulmans ou assimilés, les racisés).
Donc, je ne mettrai pas ça au même niveau évidemment mais ca relève de la même idée.
Je ne suis pas et n’ai pas etre une VRP du veganisme. Si les gens s’arrêtent aux apparences et bien le veganisme n’est pas (encore) pour eux.
Quand un message résonne on se fout de l’apparence ou la santé de la personne.
D’ailleurs cette attitude est tellement délétère que le fat-shaming est ultra actif au sein de la communauté vegan: gros = mauvaise vitrine. Et comme c’est évidemment véhiculé par nous mêmes, les non vegans ne croient pas non plus qu’on puisse etre gros et vegan (et pourtant...).

Bref, je vais etee honnête, je suis archi contre cet état d’esprit qui n’a rien a voir avec le veganisme. C’est tres dommageable que l’activisme quel qu’il soit soit de plus en plus pollué par les messages ambiants concernant l’apparence ou la santé.

A un autre niveau, on pourrait aussi rapprocher ca du branding a tout va si bien décrit dans No Logo: on vend du lifestyle et une marque, les individus deviennent des produits et des représentants.

Donc pr moi, evidemment, la reponse est non.
 

Byza

Broute de l'herbe
Inscrit
5/4/18
Messages
222
Score de réaction
0
Localité
Ariège
Jézebel, je suis en théorie parfaitement d'accord avec toi, mais dans les faits, ça me saoulerait trop d'entendre "ah, t'es fatiguée, c'est normal, tu manques de protéines", alors je préfère faire "happy face"?
 

Pommier

Avale du tofu
Inscrit
1/6/18
Messages
594
Score de réaction
0
Pour ma part je remarque que le végétalisme m'a réellement apporté des bénéfices : je suis moins souvent fatigué, moins pâle...
Le fait que les produits animaux sont malsain est quelque choses de vrai
https://vegan-pratique.fr/pourquoi-deve ... -la-sante/
Il vrai qu'il existe des gens qui profitent du moindre truc qui ne va pas, pour dire "ah ton rhume, tu vois bien que tu n'est pas en bonne santé"
Mais je ne pense pas qu'il faut déguiser sa santé. Je préfère pour ma part rappeler que manger végane ne signifie pas forcément manger sainement, que je mange moi-même des trucs pas terrible (sucre,sel,boite de conserves...).
 

bintje

Allergique à la chlorophyle
Admin Végéweb
Inscrit
15/11/15
Messages
418
Score de réaction
4
Localité
Lille
Je suis assez d'accord avec Jezebel...
Même j'irais un peu plus loin... Et si c'était mauvais pour nous d'être végan? Du coup, on continuerait de tuer des animaux et de les manger?
C'est un peu comme les femmes et/ou féministes qui essaient de montrer aux hommes que c'est bien aussi pour eux le féminisme pour les convaincre... Mais en fait, même si c'était mauvais pour eux, on se battrait quand même pour le droit des femmes non ?
Si ces hommes sont pro-féministes parce que c'est bon pour eux, bin ils sont pas vraiment pro-féministes en fait...
Du coup, si on est végan·e·s parce que c'est bon pour nous les humains et non parce que en fait ça sauve des individus non humains, est-on vraiment anti-spécistes/végan·e·s ?

Bien sur, c'est plus facile à "vendre" avec cet argument... Mais est-ce qu'on veut jouer sur ce tableau...
 

Zeas

Jeune bulbe
Inscrit
11/4/18
Messages
49
Score de réaction
0
@Jezebel

Je suis totalement d'accord que ça ne devrait pas être un critère pris en compte et que seul le message importe, mais dans les faits ça ne se passe pas comme ça malheureusement.

A mon échelle je vois notamment que ma santé est très scrutée (et je trouve ça fou qu'elle le soit plus maintenant que quand c'était pizzas McDo et compagnie mais bon c'est comme ça) et c'est directement lié à l'imaginaire des gens (ou plutôt ce que notre société leur raconte) comme quoi nous avons besoin de ceci ou cela et que se nourrir de manière végétalienne est dangereux. On devient sans le vouloir une preuve du contraire si tout se passe bien, ou alors une confirmation des idées reçues si ça se passe mal.

Je suis donc également contre cet état d'esprit, mais à partir du moment où il est présent, je m'y adapte car je considère que cela sert le véganisme au final de le prendre en compte. Parce que, que je le veuille ou non, si je suis en bonne santé cela appuiera mon discours et au contraire si je suis en mauvaise santé cela le desservira.

-----
Edit pour réponde à bintje :

Même si c'était néfaste à ma santé d'être végétalien je ne souhaiterai pas revenir à une alimentation d'origine animale, mais l'argument santé est omniprésent et est susceptible de bloquer des personnes à aller plus loin dans la réflexion parce qu'il y a quand même une différence entre :
- se dire qu'il faut de la viande parce que notre corps en a besoin et que sans ça on serait en moins bonne santé
- se dire que la seule raison de manger de la viande vient du plaisir gustatif que l'on peut éprouver

"Bien sur, c'est plus facile à "vendre" avec cet argument... Mais est-ce qu'on veut jouer sur ce tableau..."
=> Je te rejoins sur le fait que ce soit pas ça le plus important et que ça ne devrait pas se passer comme ça... Mais qu'on veuille ou non jouer sur ce tableau, la personne carniste est susceptible de s'y intéresser à un moment donner nan ?

L'idée serait ici de ne pas créer un frein supplémentaire à ce que la personne s'intéresse au véganisme.

-----
PS: Je ne dis pas que chaque vegan se doit d'être en bonne santé parce qu'il représente le véganisme dans son ensemble, j'évoque surtout mon ressenti perso et le fait que ça m'incite à m'occuper encore plus de ma santé que je ne le faisais / le ferais.
 

Byza

Broute de l'herbe
Inscrit
5/4/18
Messages
222
Score de réaction
0
Localité
Ariège
Même j'irais un peu plus loin... Et si c'était mauvais pour nous d'être végan? Du coup, on continuerait de tuer des animaux et de les manger?
Pour ma part, les médicaments que je prends ne sont pas véganes, mais je n'ai pas d'autres choix que de les prendre, donc je les prends. Donc j'en déduis que si ne pas manger des produits animaux mettait ma vie en danger, j'en mangerais. J'ai de la chance, il se trouve que ce n'est pas le cas. :) Mais pour beaucoup de personnes, c'est quelque chose qui reste à prouver. Mon argument ce n'est pas "je suis végane parce que c'est bon pour la santé" (il y a des véganes malades et des omnis en pleine forme), mais "je suis végane et c'est sans conséquence sur ma santé" (ce qui implique de cacher ce qui pourrait être à tort pris pour une conséquence). Il faut se dire que les personnes qui accpeteraient de mettre leur vie en danger pour la cause animale doivent être très minoritaires, d'où l'importance de montrer l'inocuité du véganisme.
 

Pommier

Avale du tofu
Inscrit
1/6/18
Messages
594
Score de réaction
0
bintje":29cma30g a dit:
Du coup, si on est végan·e·s parce que c'est bon pour nous les humains et non parce que en fait ça sauve des individus non humains, est-on vraiment anti-spécistes/végan·e·s ?
Pour ma part j'ai ressenti des bénéfices avec mon alimentation 100% végétale. Même si je suis végétalien pour les animaux, rien ne m'interdit de me réjouir des bénéfices personnels que j'ai eu. On peut aussi être végétalien/végane pour les animaux ET la santé. Il existe de nombreuses végéta*iens qui le sont uniquement pour leurs santé.
Par contre, on ne peut bien sur pas être végane uniquement pour ça santé, car le végétalisme va au delà de la santé.
 

aérobiose

Élève des carottes
Inscrit
25/11/11
Messages
1 029
Score de réaction
0
Localité
au large
Alors si mes humbles perf sportives sont les ambassadrices de ma bonne santé de triathlète vegan au sein de mon club, je me garde bien d'en rajouter dans mon entourage pro, familiale et amical.
Je ne bois pas, ne fume pas, ne me came pas, suis vegan, fait bcp de sport et... je n'ai pas de copine (donc ne baise pas non plus), d'ici à passer pour un moine il n'y a qu'un pas que beaucoup franchissent ; je fais donc plutôt profil bas, surtout que je travaille dans les musiques actuelles et qu'ils picolent tous à minima...

Je sais pas si vous êtes au courant mais on passe déjà pour des gens chiants, tristes et moralisateurs
 

Tigresse

Moulin à graines
Inscrit
18/7/11
Messages
11 702
Score de réaction
8
Localité
Me cherchez pas ici, je suis ailleurs
Je suis pas ok.
Que certains les vegans qui font du sport le fassent pour leur santé, et/ou parce qu'ils aiment ça ok
Mais pourquoi vouloir faire du sport pour l'image qu'on donne ? Je veux dire : pourquoi le regard des autres est-il plus important que ce qu'on a envie de faire de sa vie ?
Si tu veux juste (par exemple) lire des mangas sur ton temps libre plutôt que d'aller courrir dans les bois, pourquoi est-ce que tu te forces à aller courrir pour ce que d'autres personnes pourraient penser de ta santé ? Tu n'as qu'une vie, utilise - la pour faire ce que tu aimes au lieu de te soucier du regard des autres :)
 

Pers0nne

Se gave de B12
Inscrit
28/11/11
Messages
4 505
Score de réaction
0
Site web
pangolincariboukoala.free.fr
Je partage l'avis de Jezebel et Tigresse, et j'ajoute ceci :

On ne milite pas pour le véganisme pour être en meilleure santé, mais parce qu'enfermer, mutiler et tuer les animaux alors qu'il n'y a aucune nécessité à ça est injuste et immoral.

Pour montrer qu'il n'y a aucune nécessité à ça, il suffit de s'appuyer sur la position officielle, scientifique, consensuelle de la plus grande organisation de diététiciens au monde (l'American Dietetic Association). Pour manger correctement, il suffit de suivre les conseils d'instances de santé officielles (généralement anglosaxonnes) qui permettent d'avoir un régime végétal sain, sans risque pour la santé.

Si certains véganes sont gros, ça ne remet rien en cause. Si certains véganes ont des problèmes de santé liés à ceci ou cela, ça ne remet rien en cause. S'appuyer sur la science, ça n'est pas étaler quelques anecdotes.
Et si le véganisme n'est valable que si les véganes sont parfaits, alors c'est qu'il y a un énorme problème : parce que les véganes ne seront jamais parfaits, si les végéphobes/carnistes/spécistes malhonnêtes veulent faire tomber le messager pour ne pas écouter le message, ils trouveront toujours un moyen. (Et dans ce cas-là, il suffit de montrer où se trouve leur malhonnêteté au lieu de s'y soumettre.)

Se focaliser sur la question santé peut même avoir de nombreux effets pervers, on en vient à passer pour des élitistes, des hygiénistes, des obsédés de la santé, des orthorexiques, des sans gluten... et le grand public en vient à oublier totalement la question des animaux et ne plus débattre que sur la question santé et croire qu'il suffit de démontrer que le véganisme n'est pas automatiquement le régime santé idéal (ce qui est factuellement vrai, quelques grammes de produits animaux de plus ou de moins ne changeront probablement rien, et accepter d'en consommer un peu -plutôt que pas du tout- rend forcément plus facile la possibilité d'obtenir tous les nutriments -même si ça n'est pas nécessaire- puisque ça revient à multiplier les sources possibles), pour l'invalider entièrement. Alors que ça n'a jamais été la question.

Autre effet pervers : certains véganes se mettent réellement à glisser vers l'hygiénisme, se chercher des régimes "encore plus sains" mais "hors système" (par méfiance vis à vis du discours médical majoritaire), le crudivorisme, le frugivorisme, les gourous façon Casasnovas, la naturopathie... et plus aucune -ou très peu- de "nourriture plaisir". ("Nourriture plaisir", de pure gourmandise, qui est nécessaire aussi, pour montrer qu'on peut continuer à prendre plaisir à vivre sans manger d'animaux.) Des trucs qui renforcent bien les clichés et font passer l'ensemble des véganes pour des illuminés dépourvus d'arguments rationnels, adeptes de la pseudo-science (ce qui est malheureusement vrai pour une partie d'entre eux, qui vont se jeter sur tous les biais de confirmation possibles).

Ajouter à cela les personnes qui s'essaient au véganisme uniquement pour des motivations santé, celles qu'on leur a fait miroiter, qui s'en trouvent déçues (ce qui se produit forcément au moins pour une partie d'entre elles, puisque le régime miracle n'existe pas), et qui abandonnent après quelques temps (parce qu'elles n'ont jamais compris la motivation éthique).
 

Byza

Broute de l'herbe
Inscrit
5/4/18
Messages
222
Score de réaction
0
Localité
Ariège
Certes, mais il y a combien de véganes en France ? 2% je crois, c'est ça ? Dans mon entourage, hors amilitants, je suis la seule végane que connaissent les personnes de mon entourage. Si j'ai l'air en permanence malade, fatiguée, qu'ils ne me voient manger que de la salade verte, est-ce qu'ils auront envie de s'intéresser au véganisme ? Tout au plus pourront-ils s'intéresser au wellfarisme, mais ça n'ira pas plus loin.
 

Pommier

Avale du tofu
Inscrit
1/6/18
Messages
594
Score de réaction
0
Tigresse":h8q7re7l a dit:
Je suis pas ok.
Que certains les vegans qui font du sport le fassent pour leur santé, et/ou parce qu'ils aiment ça ok
Mais pourquoi vouloir faire du sport pour l'image qu'on donne ? Je veux dire : pourquoi le regard des autres est-il plus important que ce qu'on a envie de faire de sa vie ?
Si tu veux juste (par exemple) lire des mangas sur ton temps libre plutôt que d'aller courrir dans les bois, pourquoi est-ce que tu te forces à aller courrir pour ce que d'autres personnes pourraient penser de ta santé ? Tu n'as qu'une vie, utilise - la pour faire ce que tu aimes au lieu de te soucier du regard des autres :)
Je n'ai pas dit qu'il faut faire du sport pour l'image que l'on donne de son régime. J'ai simplement dit que si une personne se sent en meilleurs santé avec un régime végétalien, il n'y a pas de raison pour lesquelles elle n'aurais pas le droit de s'en réjouir.


Pers0nne":h8q7re7l a dit:
Se focaliser sur la question santé peut même avoir de nombreux effets pervers, on en vient à passer pour des élitistes, des hygiénistes, des obsédés de la santé, des orthorexiques, des sans gluten... et le grand public en vient à oublier totalement la question des animaux et ne plus débattre que sur la question santé et croire qu'il suffit de démontrer que le véganisme n'est pas automatiquement le régime santé idéal (ce qui est factuellement vrai, quelques grammes de produits animaux de plus ou de moins ne changeront probablement rien, et accepter d'en consommer un peu -plutôt que pas du tout- rend forcément plus facile la possibilité d'obtenir tous les nutriments -même si ça n'est pas nécessaire- puisque ça revient à multiplier les sources possibles), pour l'invalider entièrement. Alors que ça n'a jamais été la question.
Euh, il y a quand même une certaine différences entre être un hygiéniste-orthorexique-élitiste manipuler par des gourou et un simple sportif à la recherche d'une alimentation qui augmente c'est performance. L'argument de santé ouvre même la discussion sur le bien être animal comme le prouve le livre How to make a vegan world.
Les gens s'intéresse généralement plus facilement à la santé que au bien-être animal. Une fois qu'une personne aura déjà arrêter la viande pour ça santé, sera plus ouverte au argument éthique puisqu'elle va se dire "de toute façon je n'en mange plus, donc ça me dérange pas de découvrir les problème éthique de la viande. Ainsi dans de nombreux témoignage que j'ai lu, beaucoup de personne disent avoir commencer le végétalisme pour leurs santé et après l'être pour les animaux.

Pers0nne":h8q7re7l a dit:
Autre effet pervers : certains véganes se mettent réellement à glisser vers l'hygiénisme, se chercher des régimes "encore plus sains" mais "hors système" (par méfiance vis à vis du discours médical majoritaire), le crudivorisme, le frugivorisme, les gourous façon Casasnovas, la naturopathie... et plus aucune -ou très peu- de "nourriture plaisir". ("Nourriture plaisir", de pure gourmandise, qui est nécessaire aussi, pour montrer qu'on peut continuer à prendre plaisir à vivre sans manger d'animaux.) Des trucs qui renforcent bien les clichés et font passer l'ensemble des véganes pour des illuminés dépourvus d'arguments rationnels, adeptes de la pseudo-science (ce qui est malheureusement vrai pour une partie d'entre eux, qui vont se jeter sur tous les biais de confirmation possibles).
Et alors ? Si un végane veut devenir crudivore, frugivore, ou arrêter le gluten, c'est son droit, non ? Je trouve ça d'ailleurs ironique de voir quelqu'un qui promeut le véganisme, mais qui est aussi fermé d'esprit envers les autre régimes/modes de vie.
Et la nourriture plaisir, ça existe aussi bel et bien dans le sans-gluten, le frugivorisme... suffit de regarder des recettes sur internet et de goûter.
En plus de ça, les plus célèbre des nutritionnistes végétaliens (dr. Greger, Mcdougall? Esselstyne...) ne prône pas du tout le crudivorisme/frugivorisme/hygiènisme.

autre avantage des arguments de santé : il y avait quelque années on m'avait diagnostiquer comme dépressif, j'allais vraiment mal. Si m'auriez parler de la souffrance animal, cela n'aurais que empirer mon état et peut-être m'aurais ce même conduits au suicide ! J'avais déjà suffisamment de souffrance à l'intérieur de moi, je pense que cela aurait été une très mauvaise idée d'en rajouter en me parlant de souffrance animale.
 

HaricotPrincesse

Fait crier les carottes
Inscrit
20/6/16
Messages
2 547
Score de réaction
0
Localité
Bruxelles
Site web
haricotprincesse.be
Ma réponse est peut-être chèvrechoutiste team guacamous mais, si quelqu’un se sent bien en faisant du sport en tant que végane, et qu’iel trouve ça bien parce que, en plus, ça contribue à déconstruire cette idée reçue des véganes en mauvaise santé, pourquoi pas ? C’est tout bénef’.

Par contre, se forcer à le faire pour l’image ou – pire – donner des injonctions aux autres à faire de même, c’est niet ! :cartonR:
(Et c’est pareil pour tout ce qui a trait à la santé.)

H.
 

Pommier

Avale du tofu
Inscrit
1/6/18
Messages
594
Score de réaction
0
C'est également ce que moi je pense. Ca me rappelle à une vidéo d'Olivier Roland dans laquelle il a dit qu'il ne faut pas chercher à avoir l'air parfait. Les gens savent bien que personne n'est parfait et si vous voulez donner l'impression que vous l'êtes les gens s'en rendrons bel et bien compte.
 

yapuka

Fait crier les carottes
Inscrit
21/3/14
Messages
3 781
Score de réaction
0
et modeste. :D :D
 

Zigzag

Broute de l'herbe
Inscrit
9/7/18
Messages
159
Score de réaction
1
Bonjour Zeas, excsuse ma réponse pessimiste mais cela me met une pression supplémentaire handicapante.
Face à un echec (ou un mauvais aliment végane!) j'ai l'impression (illusoire evidemment)de trahir la cause.
 
Haut